Semaine 6 : du 7 au 14 février

Une fois n’est pas coutume, je poste cet article avec un peu de retard, mais je me suis laissé débordé par la masse de choses à faire par ailleurs (et surtout par l’écriture de mon histoire, The App, j’avoue). Bref, on s’en fiche, nous voilà aux épisodes de cette sixième semaine :

Supergirl (1×13), 14/20
Les colocs de Mamie (1×02-03), 12/20
Agent Carter (2×05), 15/20
Fais pas ci, fais pas ça (8×01), 13/20
Fais pas ci, fais pas ça (8×02), 16/20
The Grinder (1×14), 13/20
Grandfathered (1×15), 16/20
Suits (5×13), 15/20
Man seeking woman (2×06), 16/20
Younger (2×06), 14/20
Shadowhunters (1×05), 12/20
Trepalium (1×01), 13/20
Trepalium (1×02), 14/20
Trepalium (1×03), 16/20
The 100 (3×04), 15/20
Grey’s Anatomy (12×09), 16/20
Scandal (5×10), 11/20
HTGAWM (2×10), 15/20
Life in pieces (1×16), 17/20
Colony (1×05), 13/20

01
No one wants to be your sister, Lexie, get over it !

Dernière fois que ma semaine commence un mardi avec la reprise de TWD qui approche, mais on reprend donc ce mardi avec un nouvel épisode de Supergirl. J’ai l’impression que cette saison n’en finit plus et on en est qu’à l’épisode 13. La qualité reste la même, c’est-à-dire que la série remplit son contrat sans en faire beaucoup plus. Évidemment, l’insistance apportée au personnage d’Alex cette semaine m’a bien plu, Chyler Leigh restant mon actrice préférée de Grey’s Anatomy après tout ce temps (non, je ne me suis jamais remis de son départ). Épisode sympathique quoiqu’assez prévisible pour ce type de série, il reste la scène de mort pour surprendre un peu et justifier ce sympathique 14. Toujours pas impatient de voir la suite, mais je sais que je la regarderai quand même. C’est sympa dans le train !

07
Toujours à découvrir sur Youtube !

Je commente d’un coup les deux épisodes de la semaine des Colocs de Mamie, websérie youtube dont je vous avais parlé la semaine dernière. Et donc, quelque chose ne va pas dans ce format court. L’écriture est bonne, la musique impeccable, le rythme plutôt bien trouvé. Mais pour l’instant, quelque chose ne prend pas dans ces gags, il y a quelque chose qui me bloque. On va dire qu’il est difficile d’entrer dans « l’univers » de la série, en fait. C’est vraiment dommage, on verra comment ça se développe par la suite, mais je suis mitigé sur ces deux épisodes. Je continue à la conseiller, au moins pour le concept qui change un peu, mais bon, ça ne casse pas trois pates à un canard, pour parler comme une mamie.

02
Cordelia Chase likes that.

Le lendemain, j’ai commencé la journée une fois de plus avec un épisode d’Agent Carter. Je ne peux pas en dire autant de bien que la semaine dernière, cependant. L’épisode était bien fichu en lui-même, mais il n’y a pas eu de grands moments pour moi – à part peut-être cette blessure de Peggy. Ça commençait pourtant bien avec cette avancée dans l’intrigue, mais ensuite, je ne sais pas, l’intérêt est un peu retombé. L’épisode reste largement au-dessus de la moyenne grâce aux dialogues toujours percutants et au jeu des acteurs parfaitement maîtrisés, même lorsqu’ils sont secondaires. Qu’est-ce que j’ai aimé Violet par exemple. Le cliffhanger est frustrant, mais vite oublié. Jason reviendra, c’est trop tôt pour que l’on perde le personnage. Pas vrai ?

03
« Ma série perd en qualité, je crois. »

La reprise de Fais pas ci, fais pas ça s’est avérée être une déception… Inattendue. C’est la première fois que j’utilise ce mot avec cette série, et j’espère vraiment que c’est la dernière (mais la pub de l’épisode suivant me pousse à craindre que non). Bon, c’était loin d’être une catastrophe et beaucoup de répliques faisaient mouche, mais il faut reconnaître qu’il y avait un feeling étrange avec ce gîte. Le cliff-hanger de l’an dernier est totalement évacué car un an a passé entre les deux saisons. Moui. Dommage, il y avait du potentiel. La séparation des familles dans deux espaces géographiques si différents est probablement ce qui a causé l’effet étrange sur l’ensemble de cet épisode, avec des gags qui tombaient parfois à l’eau. Le retour du wedding-planer de la saison précédente est une belle manière de remonter un peu le niveau de l’épisode, cela dit. Très sympa de revoir ce personnage et l’épisode termine sur une blague simple, mais efficace avec la pub qu’il fait au gîte sur le blog.

04
« C’est peut-être moins bien, mais on va sauver les apparences ? »

Heureusement, le second épisode rattrape un peu ces défauts. En fait, je me demande si les scénaristes n’ont pas senti eux-mêmes le problème de cette escapade à la campagne, car l’intrigue du gîte est quasi-totalement évacuée : elle l’est même trop et c’est dommage de ne pas avoir de meilleurs gags ou au moins une vraie conclusion à l’intrigue de Christophe faisant plaisir à la clientèle. Il y avait un bon filon. Mais bon, une fois de plus, Fabienne vole l’épisode, avec des scènes de pures comédies… et une vraie propension à la dépression aussi, en un clin d’œil. Elle reste de loin le meilleur personnage de la série, largement soutenu aussi par Valérie. Ce second épisode présente tout de même tout un tas de pistes et d’intrigues pêle-mêle (la rupture d’Eliott, la dépression de Valérie, l’ouverture de la péniche, Tiphaine et Christophe se défonçant pour le gîte, Fabienne qui veut récupérer sa maison, etc, etc). Tellement qu’on en arrive à oublier que Soline n’est pas là. C’est quoi cette histoire de Londres ? Quitte à aller suivre l’ouverture du gîte, suivez là à Londres aussi. Bref, il y a un petit côté bâclé à cause d’un trop grand nombre d’intrigues parallèles, pas toujours bien gérées et surtout conclues dans ces deux épisodes. Ca retombe d’un coup dans beaucoup trop d’intrigues (on avait la rupture avec FX dans le premier, et le gîte, la maison, la péniche… dans « Tous pour tous ».) Le second reste définitivement plus drôle avec de meilleures répliques et un jeu inégalable. Bon. En fait, j’en attendais peut-être trop d’une série qui en est à sa huitième saison. Ce retour mitigé est triste vu qu’il n’y aura que trois fournées d’épisodes. J’espère du bon pour la semaine prochaine… mais leur pub-spoiler ambulant me fait craindre le pire, malgré un retour attendu en fin d’épisode.

05
Moment de solitude

Bon, puisque j’y étais, je me suis dit que j’allais poursuivre ma soirée sur de la comédie et j’ai lancé un nouvel épisode de Grinder. Et alors, c’est dingue, mais j’y ai trouvé les mêmes défauts : ça se disperse dans trop de petites intrigues, mais heureusement, Jim Rash est arrivé et a fait fonctionner sa magie (#AndAMovie). Il n’était clairement pas à fond de son potentiel comique, mais c’était tout de même plutôt bien joué (« you just grabbed my hand »). L’avantage, c’est que Grinder a réussi sur la fin à rattraper le coup en réunissant les intrigues autour d’une seule séance chez le psy, plus drôle que tout le reste de l’épisode. Et ils ont osé ensuite le cliff-hanger, qui lui aussi remonte le niveau de l’épisode avec une blague finale très juste.

06
Ouais, c’est ma semaine photos prises sur le canapé. En même temps, ça rend bien.

C’est donc Grandfathered qui en une minute trente et beaucoup de bugs a sauvé ma soirée en me faisant beaucoup trop rire. Inattendu, après l’épisode moyen de la semaine dernière, mais les répliques sont dans cet épisode extrêmement percutantes (« I’m just pointing out the sexism in your phrasology »… Ça sonne presque comme une réplique qu’aurait pu dire Paget Brewster dans Community. Génial renversement !), faciles à citer (« Freaking millenials ») et la maîtresse de la petite est encore un guest parfait dans ma soirée. Bon, il y a aussi que ses répliques totalement déconnectées de la réalité (mais si proches de ce qu’on peut parfois entendre sur l’éducation aujourd’hui…) étaient drôles. Ils ont été jusqu’à sortir le méta et à le faire de manière lourde… et donc parfaite ! Tout y était dans cet épisode, jusqu’à la magique alchimie entre les grands-parents les plus sexys du monde.

10
« Merde, Luis est trop cool en fait ? »

Nouvel épisode de Suits pour commencer ma journée de jeudi. La série se tient, avec tout un tas de rebondissements. Rien de bien nouveau et donc toujours au même niveau, c’est constant. Dans les points forts, je retiens Jessica qui s’énerve, Donna & Rachel qui se réconcilient sans s’être jamais séparées dans leur relation amicale et la scène finale de Luis. Surtout la scène finale de Luis. Moi qui détestais (logiquement) ce personnage qui était là pour ça, je suis énervé par cette saison 5 qui le transforme en un personnage totalement cool. Le cliff-hanger n’a pas spécialement retenu mon attention, mais je serai là pour le prochain épisode, de toute manière. C’est l’avantage des séries déjà bien installées, pas besoin d’aller forcément trop loin pour tenir en haleine. J’y repère en revanche un défaut inhérent à un certain nombres de séries de ce genre : je sens à quel point la série est plus intéressante à bingewatcher qu’à voir à la semaine. Pas le temps d’être totalement dans l’intrigue pour être traumatisé par les retournements de situation en 40 minutes.

11
A way better love story than Twilight

J’ai enchaîné ensuite avec un superbe épisode de Man seeking woman. Certes, ça manquait une fois de plus de Liz, mais l’intrigue autour de Josh en campagne pour devenir le petit-ami de Rosa était bien trouvée. Toute la première partie avec les journalistes est ce que la série sait faire de mieux comme métaphores, et l’arrivée de Jésus dans cette intrigue… prévisible, mais parfaitement exécuté. La série confirme à quel point elle est solide avec ce bon épisode qui une fois de plus trouve le moyen de viser très juste par une écriture soignée, tant au niveau des personnages que des intrigues. Il leur reste peut-être à travailler des répliques un poil plus percutantes. Et à arrêter d’utiliser une chanson que je n’étais pas prêt à ré-entendre, aussi. #AndAMovie (décidément cette semaine)

12
Worst book ever? Nope, there’s still Twilight.

La conséquence d’un aussi bon épisode, c’est que Younger a paru un peu plus fade que d’habitude, alors que je pense que la qualité y était la même. Le coup de l’épaule des quarantenaires est un peu abusé pour être tout à fait crédible, mais c’est le genre de choses qui arrivent, alors pourquoi pas. L’intrigue du livre qui court depuis plusieurs épisodes est une vraie réussite dans son exécution, drôle sans paraître pour autant irréaliste. Encore que, je suis sûr que ce livre serait un succès, il faut être dingue pour le vendre : le bad buzz, ça fonctionne tellement aujourd’hui.

13
Avengers Assemble, version soft-porn

Je me suis ensuite lancé le nouvel épisode de Shadowhunters, et allez savoir pourquoi je m’inflige ça. Encore une série où les parents paraissent aussi jeunes que leurs enfants, autant en terme de look que de développement de caractère. Et Clery, bien que très jolie, reste toujours aussi insupportable. Pourtant, il y a toujours un truc qui me pousse à revenir. Le budget y est, les décors et effets spéciaux sont très réussis pour les années 90… Oh, attendez. Est-ce que quelqu’un d’autre regarde et peut m’expliquer ce qui fait qu’on reste devant ? Bon, je faisais clairement autre chose en même temps cela dit, c’est peut-être ça aussi qui fait que ça passe plus vite et que ça se regarde. Ou alors, c’est simplement parce que je n’arrive pas à savoir vers quoi ils se dirigent que ça en devient un tantinet addictif. Mais là encore : je n’arrive pas à le voir parce que je suis en train de faire autre chose. En tout cas, la série passe le test des cinq épisodes. Je n’irai pas me plaindre si elle est annulée, mais je vais poursuivre pour voir de quoi il en retourne (je sais, une recherche Wikipédia suffirait, mais j’aime pas me spoiler, même dans ces cas-là).

21
« Mais qu’est-ce qu’on fout là, il fait froid. J’espère qu’on sera bien payé. »

Triple épisode de Trepalium pour terminer mon jeudi. Alors, c’est très compliqué de critiquer cet épisode, car je suis arrivé en ayant en tête le Journal d’un Inutile (cf. article de la semaine dernière). Et l’ambiance de la série est très différente. Le jeu des acteurs moins prenant aussi. Disons qu’on les sent perdus, qu’ils soient acteurs principaux ou figurants, il y a dans cet épisode des incertitudes criantes dans le jeu. L’intrigue reste pertinente et très prenante, mais j’ai eu vraiment beaucoup de mal à entrer dans la série, malgré son esthétique très réussie et un scénario qui se tient. Scénario qui se tient, oui, mais dont on peine à cerner les enjeux dans ce pilot. On en attend difficilement plus d’une série d’anticipation.

22
On sait tous ce qu’il regarde, le pervers….

Le second épisode nous plonge un peu plus profond dans cet univers et développe des intrigues plus intéressantes, à l’instar de celle de la famille de Thaïs, et bien sûr de son double. C’est un point d’ancrage intéressant, mais tout de même, on a peine à croire que deux femmes identiques se regardent sans s’interroger plus longtemps que ça sur leur ressemblance. C’est l’un des gros points faibles de la série que de ne pas s’attarder plus sur ce point de l’intrigue – qui sera sûrement abordé plus tard. Avoir la même actrice pour jouer deux personnages était un pari risqué, mais elle en sort tout de même plutôt bien. C’est pas du Maslany, mais c’est crédible grâce à la cicatrice, grâce aux changements de costume et un peu dans le ton aussi. Bon, les révélations finales sur le père du gosse sont un peu téléphonées, je trouve, mais ça passe très bien et ça relance l’intrigue en expliquant plutôt bien pourquoi le personnage choisit de rester – précisément parce qu’elle n’a pas le choix.

23
Jeu de miroir, cette anticipation ?

Enfin, le troisième épisode est un peu l’apothéose de la soirée. Les acteurs semblent avoir enfin cerné le monde dans lequel il évolue et leur jeu s’améliore visiblement. Ou alors, je m’y suis fait entre temps, je ne sais pas trop. L’univers visuel et musical est impeccable, on s’habitue aux objets futuristes (je veux une de ces boîtes Tuperware, ça a l’air rigolo à ouvrir) et l’intrigue s’améliore elle aussi. Bon, on passera sur les scènes au Sexodrome, car je n’ai toujours pas bien saisi l’intérêt d’un tel lieu dans la mythologie de la série. On dirait qu’ils ont voulu faire quelque chose, puis qu’on les en a empêché. Gros coup de gueule quand même sur cet épisode (spoiler alert) puisque les scénaristes se sentent obligés de violer le personnage principal. Faudrait pas qu’une femme soit forte sans back story pour nous expliquer pourquoi elle est devenue si forte. Totalement inutile, même si ça révèle bien la violence de ce monde où le travail fait toutes les règles. Outre ce point très négatif, j’ai été surpris par la tournure de nombreux événements et notamment (spoiler alert bis) la mort de Thaïs. Vraiment dommage, j’aurais aimé plus de développement sur son personnage. Etonnante fin de mi-saison qui nous révèle un personnage… qu’on ne connaît finalement pas. Bon, ça reste très intrigant, et j’attends jeudi prochain avec impatience.

14
Quand on lui a tous hurlé de l’embrasser…

On en arrive à la journée très chargée de vendredi, qui a commencé par The 100. Et bon, qu’est-ce que je peux bien en dire ? Ils ont centré la moitié de l’épisode, si ce n’est plus, autour de Lexa. Ils ne sont toujours pas revenus sur City of Light. J’ai donc totalement adoré. Lexa est tellement badass. Oui, je m’attendais à son dernier mouvement dans le duel, mais c’était magistral quand même. Je l’aime, c’est tout. La note que j’ai donné à l’épisode n’est donc absolument pas objective. En revanche, j’avoue l’avoir intentionnellement rabaissé à cause de l’intrigue de Bellamy. Son revirement est un poil trop rapide pour être cohérent, et il réagit comme le cliché de l’américain de base, alors c’est assez énervant tout de même. Si ça part en vrille à cause de leur attaque, ce sera bien pire que ce qu’ils craignent et c’est tellement évident que je ne comprends pas leur point de vue. Aller déclarer la guerre à 12 colonies d’un coup, je vois pas bien où ils souhaitent que ça les amène. Bellamy est censé être un peu plus fin que ça quand même. Bon, en tout cas, ça me conforte dans mon soutien total à la team Clexa tout ça !

15
Papy Richard a mis 12 saisons à comprendre que c’était n’importe quoi l’arbre généalogique de cette série… Bien joué !

Ensuite, c’était le retour de Grey’s Anatomy qui a réussi l’impensable en livrant jusque-là une excellente douzième saison, largement au-dessus du niveau de ce qu’elle proposait depuis quelques années. C’est mon grand problème avec Grey’s, chaque fois que c’est mauvais, je sais qu’il y a moyen que ça redevienne bien. J’ai enduré les saisons 3, 4, 7, 9, 10 et 11 et me suis senti récompensé dans mon attente par les 5, 8 et 12. Bon, il y avait du bon aussi dans les saisons que je dis avoir enduré (encore que franchement la 10… je ne m’en souviens pas du tout, tellement elle était bien). Bref, ce 12×09 signe un excellent retour. Malheureusement, cela se fait encore au détriment de Meredith. Le gros point négatif de cet épisode, c’est en fait ça, que les scénaristes s’acharnent une fois plus sur Meredith. Le personnage n’avait pas besoin de ça pour rester intéressant. Je n’aimerais pas vivre les 12 années qu’elle a vécu la pauvre (ça doit d’ailleurs faire plutôt 15 ou 16 avec toutes les ellipses au cours de la série – et de Private Practice, même si là niveau chronologie, il valait mieux laisser tomber avec des épisodes qui nous pondaient six mois en quarante minutes et des aller-retours au Seattle Grace en parallèle). En tout cas, de cet épisode, je retiendrais l’excellent jeu d’Ellen Pompeo, et la justesse perpétuelle d’Amelia, autre personnage pas gâté par les scénaristes.

16
*Qu’est-ce que je fous habillée en rouge ?*

J’aimerais pouvoir tenir le même genre de discours sur Scandal. Sauf que… non. La saison 1 était excellentissime, la 2 était bonne et depuis… On oscille entre de très bons épisodes et des plot twists tellement énormes que non, juste non. Je ne supporte plus Olivia, je ne supporte plus Fitz (ah oui, c’est vrai, je ne l’ai jamais supporté), je ne supporte plus Jake. Ne me parlez pas d’Olitz, ça me donne de l’urticaire qu’une telle relation puisse avoir des shippers. Mellie a résumé tout le bien que je pense de Fitz il y a quelques épisodes. C’est un putain de misogyne persuadé d’avoir raison sur tout et d’être le martyr dès qu’on lui prouve qu’il a tort. Mais ce n’est pas vraiment dans cet épisode que ça se sentait le plus. Non, dans cet épisode, j’ai concentré ma haine sur Olivia qui retourne avec Jake et dîne avec son père. Ça ne prend pas. Bon, je continue de regarder la série pour savoir ce qu’il adviendra des personnages parce que je suis curieux (et ça me perdra, on y reviendra dans l’article de la semaine prochaine avec TWD) et pour Abby, qui elle a sacrément bien évolué. Bref, un retour très mitigé, et une série que je ne suis plus que d’un œil.

17
Quand j’ai compris qu’elle était cinglée…

Heureusement, je n’en suis pas là avec HTGAWM. Les plot twists n’y sont pas forcément plus crédibles, mais la série est agréable à suivre. Et puis, je suis un fan inconditionnel du casting, j’avoue. Ils sont géniaux. Et ça manquait de Jack Falahee cette semaine, on ne l’a pas du tout assez vu. Par contre, très heureux de revoir Amy Okuda, qui a bien grandi (clairement pas en taille) depuis The Guild. J’ai fait partie de la horde de fan d’Orphan Black révolté que Tatiana Maslany (purée, mais elle est partout dans mes articles celle-là !) n’obtienne pas son award aux Emmy… mais Viola Davis a proposé dans cet épisode de retour une performance vraiment digne d’un Emmy. Ce qui m’énerve, c’est que je ne l’ai jamais pensé durant la saison 1, mais que c’est frappant dans cette seconde saison. Du coup, j’ai l’impression qu’elle l’a volé à Maslany quand elle aurait pu l’avoir l’année suivante. C’est vraiment frustrant. Sinon, je suis totalement sous le charme de cette intrigue en flashback. Je suis pressé d’en savoir plus.

18
Je suis amoureux.

Bon, je dois être public facile cette semaine, mais Life in pieces était absolument hilarant et tordant ! Je l’ai regardé dans le train, alors les conditions n’étaient pas idéales, mais j’ai explosé de rire à deux reprises. Dans le train. Merci Jen pour les répliques brillantissimes. Oui, je sais le casting est hyper large et il y avait plein de bons gags, y compris le running-gag du Heater (brillant de le voir traverser les différentes histoires)… mais franchement, une fois de plus, c’est le duo Jen/Greg qui porte le comique de l’épisode. Et c’est vraiment pour être sympa avec le personnage de Greg et qu’on ne m’accuse pas d’être encore tombé sous le charme d’une autre actrice (vous pouvez cela dit, c’est vrai). Cette intrigue de cigogne et de signes était géniale. J’ai adoré cet épisode. Allez, hop, je vais modifier la note et lui rajouter un autre point. Je ne m’y attendais pas en début de saison, mais cette sitcom est en passe de devenir l’une de mes préférées. Purée, je m’attache beaucoup trop vite aux personnages et aux séries. Mais bon, je le savais déjà avant d’écrire cet article.

20
Quand Sarkozy s’est fait embaucher dans Colony… (désolé)

Et enfin, j’ai terminé ma semaine avec Colony. L’épisode était loin d’être brillant, mais en même temps, il n’était vraiment pas mauvais non plus. Et je n’attendais plus du tout du brillant, de toute manière. Je me suis quand même fait piéger par mes règles des cinq épisodes. J’avais détesté le début et j’aurais peut-être dû en rester là, car maintenant je me sens pris au piège de cette série, exactement comme je le suis The Walking Dead. Exactement comme je l’étais avec Prison Break. Sarah Wayne Calles… je ne sais pas comment tu fais, mais tu choisis tes séries. Et non, cette fois, vous ne pouvez pas m’accuser de rester pour elle, déjà parce que j’aime bien aussi le jeu de Josh Holloway (et que la saison 5 de Lost reste un bijou cher à mon cœur), ensuite parce que c’est vraiment pour l’intrigue que je reste. Je suis curieux de voir comment va se développer la rébellion, et la répression de celle-ci. Il y a des bonnes trouvailles dans leur scénario, et des parallèles qui se dessinent déjà (la scène où la nana de Geronimo dit à Josh Holloway qu’elle ne sait pas comment il peut faire ce qu’il fait renvoie directement au pilot). Je suis curieux aussi de tout ce qui tourne autour de l’intrigue du fils. Bref, je suis faible.

 

AFH
À la prochaine

Pour conclure cet article, j’aimerais signaler ma frustration de l’arrêt de diffusion d’Angel from Hell. C’est vrai que c’était pas une sitcom des plus brillantes, mais elle avait quand même des thèmes sympas et de bons acteurs. J’irai pas pleurer sur la tombe de la série en revisionnant en boucle ses cinq premiers épisodes, mais c’est dommage, il y avait quelque chose à en faire. Ginger Gonzagua, au plaisir de te revoir rapidement ailleurs !

Pour la peine, j’abandonne déjà American Crime Story, je me la garde pour cet été quand je n’aurais plus rien à voir (peu probable, étant donné que je n’ai absolument pas avancé mon challenge ce mois-ci… Seulement 4 épisodes, gloups). Bon, je me la garde pour un jour. Ou plutôt une nuit d’ailleurs. En binge-watching. Le scénario n’était pas des plus dingues, et en plus, je sais comment ça va finir. Je préfère me réserver du temps pour des séries susceptibles de me surprendre ; et je crois que j’en regarde déjà beaucoup trop.

Voilà, c’est tout pour cette semaine… et c’est franchement déjà pas mal 🙂

Publicités

7 réflexions au sujet de « Semaine 6 : du 7 au 14 février »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s