Bilan de février

Purée, mince c’est déjà l’heure du bilan #ChallengeSéries2016 du mois de février ? Bon et bien… Oups. Je me suis laissé divertir par le travail, par ce que j’écris, par le shop du blog… Et je n’ai quasiment pas avancé mon Challenge. Non, en revanche, ce qui devait arriver arriva, je me suis laissé distraire par d’autres séries dont je vais parler dans cet article. Non, ce ne sont pas des switchs. Disons que ce sont des bonus et que si je finis pas mon challenge à temps, je m’en servirais peut-être comme switch de dernière minute. On peut faire ça, pas vrai ? Je vais me renseigner. Je veux vraiment tenter de réussir le challenge sans vrai switch… Bon, bon, bon.

Ally McBeal, Saison 2 terminée, 14/20
Ally McBeal, saison 3 terminée, 16/20
La Théorie des Balls, saison 1 terminée, 15/20
J’ai jamais su dire non, saison 1 terminée, 13/20

Il y a quelques légers spoilers dans mes critiques (j’essaye de les éviter). N’hésitez pas à naviguer avec la fonction recherche (CTRL+F) pour passer d’une série à l’autre si vous voulez éviter de lire certains paragraphes, puisque je redonne le titre de chaque série en début de paragraphe 😉

CS Ally

Alors, oui, j’ai ralenti mon rythme comme je le disais en introduction, et c’est peut-être ça qui m’a fait baisser la note sur la saison 2 d’Ally McBeal. Je l’ai regardée tout au long du mois de février.

Concrètement, il y a toujours beaucoup de positifs : les introductions de nouveaux personnages notamment (Nell & Ling) sont géniales et font du bien à la série. Oui, la série est toujours pleine de brillantes répliques, d’une B.O top, bref elle est rafraîchissante, mais ses presque 20 ans se ressentent plus dans cette saison où plus d’une fois l’écriture du personnage d’Ally m’a déplu – un côté avant-gardiste trop souvent ravalé, disons. Beaucoup d’intrigues se perdent en cours de route dans des considérations d’un autre temps. Alors après, ne me faîtes pas dire ce que je n’ai pas dit : pour l’époque, la série reste très en avance sur son temps, mais voilà, dans cette saison 2, on sent plus que dans la première l’époque d’écriture. C’est un peu dérangeant.

Pas aussi dérangeant que d’avoir Barry White en tête pendant un mois complet ou que d’être pris de l’envie de danser un peu n’importe quand n’importe où. Ouais, Ally McBeal a de sales effets secondaires quand même. Vous êtes prévenus.

886697

Quant à la saison 3… Arf, contrairement à la deux, je me la suis dévorée sans complexe en deux jours (bon, OK, j’ai honte). Du coup, les défauts que j’ai trouvé à la deux sont clairement des défauts qui s’éclipsent en binge-watching. De cette série, j’aime surtout l’écriture des personnages (Ling !) et sa cohérence interne à plusieurs égards (notamment dans l’utilisation de sa B.O, qui n’hésite pas à ressortir à bon escient Barry White, arf, ou d’excellentes versions de Tell him s’adaptant à l’humeur du personnage). J’aime aussi toujours son avant-gardisme (notamment sur la bisexualité) qui contrastent totalement avec certains de ses personnages d’un autre temps (Richard et surtout Billy).

Billy, qui devient cette saison le pire des Nice Guys puis un connard fini – a chauvinistic pig comme ils le disent si bien. Il s’agit probablement de l’intrigue la plus travaillée de la série jusqu’à présent, cependant, et ça fait l’effet d’une bombe dans l’univers décalé et fun de la série. Bombe à retardement qui plus est… Je ne vais pas en dire plus pour ne pas spoiler.

Pour en revenir aux défauts, cette saison en a un nouveau qui m’a un peu dérangé à partir du second tiers (ehe facile, y a 21 épisodes), c’est celui d’éclipser certains personnages de son intrigue sans vraie explication (outre Billy, largement expliqué, je pense à Renée ou surtout à Georgia). C’est un peu dommage, mais ça explique peut-être la profusion de guest-stars musicales. En parlant de ça, légère déception sur le final dont j’avais entendu beaucoup de bien auparavant. L’essai d’un épisode musical était sympa, mais pas révolutionnaire pour la série qui a déjà fait bien mieux avant dans le genre. Ça fait un peu pétard mouillé comme fin de saison. Je suis quand même pressé de voir la suivante que j’ai déjà commencé et dont je vous parlerai dans un mois 😉

Allez, et puisque j’ai enfin avancé dans ma découverte d’Ally McBeal, j’ai mis à jour hier soir l’article marathon pour les curieux.

Théorie

Comme je le disais en intro, ce qui devait arriver arriva, plutôt que de me concentrer sur le challenge, j’ai erré sur Youtube après un bon épisode d’Ulysse et j’ai découvert La Théorie des Balls. Alors, la Théorie des Balls, qu’est-ce que c’est ? (inside joke) C’est une websérie diffusée l’an dernier sur Youtube et composée en grande partie de l’équipe du Visiteur du futur, que je n’ai dévorée qu’en décembre dernier (oui, chacun ses retards). Du coup, j’ai fait mon curieux et j’ai lancé ça, et je l’ai regardée pendant mes trajets en train.

Il faut quelques épisodes pour rentrer dedans, disons que je suis resté parce que je connaissais un peu les acteurs et la qualité générale de la production de FrenchNerd. Finalement, une fois qu’on accepte le délire, c’est assez prenant et surtout les blagues prennent. Il y a beaucoup de références un peu graveleuse et de blagues en-dessous la ceinture, mais on s’y fait et c’est délirant.

Les dix épisodes se voient assez rapidement et partent dans toutes sortes de folies musicales, et c’est vraiment fun. Je la conseille définitivement, ne serait-ce que pour ses nombreux running-gags qui envahiront rapidement votre vie… et pour l’envie de se trouver un bilboquet, juste pour essayer, parce que non, je n’ai jamais eu de bilboquet dans les mains.

Et le soir où j’ai fini la saison 1, j’ai découvert aussitôt l’existence de la saison 2, qui a commencé ce jour-là, avec un autre nom, Le Secret des Balls. J’en parle dans mes articles à la semaine, du coup (ici et ici, pour le moment).

dire non

J’ai aussi découvert dans la même soirée (décidément) J’ai jamais su dire non, autre websérie un peu plus vieille (2010 de mémoire) qui a… inspirée La Théorie des Balls. Donc, on y retrouve les mêmes acteurs dans des rôles très, très similaires.

C’est un peu perturbant, et en même temps on entre plus vite dans l’univers. J’ai donc vu la websérie de 13 épisodes en une seule soirée. On y retrouve tous les éléments de la seconde, avec un peu de moins de budget. L’histoire se tient et est construite sur l’ensemble des épisodes, ce qui est toujours appréciable car on a un sentiment de fin lorsqu’on l’achève. Et quitte à y passer ma soirée, le sentiment de fin était le bienvenue.

En terme d’humour, on continue dans la lignée en-dessous la ceinture, mais pas que. On y voit la genèse de certains gags et les prémices de l’intrigue de la Théorie. Du coup, je me demande si c’était pas plus intéressant à voir dans le sens où je l’ai vu plutôt que dans le sens chronologique.

Je ne sais pas si je suis très convaincant, mais les deux webséries étaient très sympathiques et je les conseille vraiment à tous sériephiles fan de sitcom et d’univers un peu délirant. La vraie réussite vient en effet de la création d’un univers drôle dans des situations de la vie de tous les jours, à la manière des meilleures sitcoms ou… d’Ally McBeal ?

Je crois que j’ai découvert ces webséries au bon moment.

 

Bref, voilà, c’était ma triste avancée du Challenge pour ce mois-ci (44 épisodes donc), je vais tenter d’améliorer mon avancée pour le mois de mars… j’aurais deux jours de plus pour ça, ça devrait être possible ! En attendant, rendez-vous demain (si tout va bien) pour l’article playlist de février !

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Bilan de février »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s