The Catch – Saison 1

 

01

Avis : Shonda Rhimes revient (certes, elle n’est jamais partie) avec une nouvelle série pour combler son TGIT maintenant que HTGAWM est en pause : l’histoire est d’une simplicité déconcertante et c’est pourquoi ça va probablement marcher – et me déprimer de semaine en semaine, car ça promet d’être médiocre.

Le pilot nous introduit donc dans l’univers d’une détective privée qui travaille dans un grand cabinet (il faut bien qu’elle ait des collègues). Elle est sur le point de se marier et fait face au même voleur depuis un certain temps. Oui, c’est hyper bateau et prévisible avec un bon casting, une excellente BO et une esthétique particulière. Shonda Rhimes quoi. Alors ce n’est pas révolutionnaire du tout, ni vraiment novateur, mais c’est efficace. Si vous hésitez encore à regarder, une seule question: are you ready to play ?

Note finale de la saison : 12/20
Avis définitif en fin d’article.

Ci-dessous, retrouvez un rapide avis sur chaque épisode ainsi qu’une note subjective. Pour naviguer plus vite, vous pouvez utiliser la fonction recherche (Ctrl + F) et taper directement « Épisode X » ou le titre 😉

Attention spoilers

02Épisode 1 – The Pilot – 16/20
« Are you ready to play? »

Cinq secondes suffisent à savoir qu’on est devant du Shondaland: deux plans de ville, une musique et hop, on est dans l’ambiance. La série a déjà son esthétique propre et une héroïne badass et caractérielle, avec un faux air de Meredith, qui prend l’ascenseur de son boulot après des scènes d’action pas vraiment crédibles. Pof, réunion de bureau à la Private Practice et intrigue qui devrait normalement tenir la saison (Mr X) expliquée à la nouvelle de l’équipe (?), notre point d’accroche. Bref, accumulation de clichés bien maîtrisés et légèrement détournés, diffusés à vitesse grand V pour ne pas nous laisser respirer avant qu’ils n’explosent en révélation dès le pilot là où ça aurait dû prendre plus de temps, le tout agrémenté d’une trahison et de flash-backs. Ah Shonda… maîtrise parfaite de la formule qui nous a déjà accroché à ses autres séries, c’est foutu. Excellent pilot qui nous fait naviguer dans les eaux connus du Shondaland et qui promet déjà de grands moments au détour d’une routine qui sera parfois lassante et d’une catchphrase qu’on n’arrêtera pas d’entendre et qu’on n’a pas arrêté d’entendre dans cet épisode jusqu’à son détournement prévisible dans un cliffhanger que j’attendais un poil plus explosif. Bref, le vrai catch dans cette série, c’est celui que Shonda nous pond… Oui, je suis pris au piège. À la semaine prochaine !

02-2Épisode 2 – The Real Killer – 11/20
« I miss someone who doesn’t exist. »

Sans grande surprise, la série s’engage cette semaine dans la sérialité avec une intrigue de la semaine qui casse pas la baraque et des flash-backs pseudo-romantiques pour nous faire accrocher à un couple encore moins supportable que l’Olitz de Scandal. The Catch n’est définitivement pas une série qui vise la crédibilité. J’en veux pour preuve les conseils/actions de l’avocate ou cette scène où ils se planquent derrière la voiture à trois mètres du flic d’Interpol ou encore les alias de cet arnaqueur pro qui suivent un schéma bien trop facile à décrypter… Sinon, pour une détective privée, elle n’est pas bien réactive : comment Jules a-t-il réussi à avoir cette photo, qui l’a prise et pourquoi est-ce qu’elle ne réagit même pas en découvrant qu’il était derrière elle à ce moment-là ? Comment Jules les devine-t-il en couple avec ce cliché ? La liste des maladresses de ce second épisode est assez longue. Par ailleurs, son esthétique des multiples écrans est rapidement aussi agaçante qu’inutile dans les transitions (elle doit l’être aussi pour le tournage d’ailleurs). C’est dommage car le casting est impeccable et le rythme assez intense pour qu’on puisse s’en passer. Toujours pas de moments à se décrocher la mâchoire dans ce second épisode à l’intrigue prévisible et l’effet de surprise s’étant envolé, c’est d’un coup beaucoup plus dur de trouver de quoi remonter la note, mais une fois piégé, c’est fichu.

03.jpgÉpisode 3 – The Trial – 12/20
« I won’t come looking for you because I already found you. »

Cet épisode poursuit sur la lancée de la série et s’inscrit pleinement comme « Shonda s’aventure sur le terrain de la série d’espionnage ». Bon, c’est pas encore ça. Sans surprise, le client de la semaine a un lien quelconque avec l’un des personnages principaux (ici une belle-sœur), ce qui permet de faire monter l’enjeu en incluant un développement de personnalité… Du Shonda, donc, il faut toujours que le cas de la semaine serve à quelque chose, il n’y a qu’à voir les parallèles nombreux établis par Grey’s chaque semaine. Ceux qui suivent un peu mon blog savent que je ne suis pas un fan des procedurals et des stand-alones donc, ça ne surprendra personne que ce côté de l’épisode ne m’a pas fasciné (en plus, bonjour la crédibilité de la nana qui s’acharne à déverrouiller une serrure pour finalement se cacher dans le placard d’à-côté, pas fermé à clé et évidemment vide et sans fond, permettant donc d’accéder au placard verrouillé ? Que… QUOI ?). C’était à peine plus intéressant du côté de l’intrigue de la saison qui nous tease surtout l’épisode 4 où Alice retrouvera son Christopher. En attendant, on développe leur liaison amoureuse en faisant en sorte qu’il la protège dans le restaurant, puis qu’il la rappelle pour prendre de ses nouvelles. C’est mignon. Surtout qu’ils continuent à faire des parallèles (comme leur solitude dans le lit au moment de ce coup de fil). Bon, ça ne vole pas haut, mais ça continue de fonctionner comme du Shonda et je suis curieux de les voir se retrouver la semaine prochaine.

04.jpgÉpisode 4 – The Princess and the I.P. – 11/20
“You just meant to bankrupt my company and steal my life savings?”

Bon. J’ai trouvé le gros défaut de cette série pour l’instant, surtout pour du Shonda : elle n’a pas pris le temps d’installer ses personnages secondaires, et du coup, nous les mettre sur le devant de la scène la semaine dernière et cette semaine, sans prendre le temps d’une intro correcte ne fonctionne pas (pour moi en tout cas). L’intrigue de la semaine est sympa, mais on dirait surtout que les scénaristes cherchent des scènes chocs à mettre en avant dans la bande-annonce sans forcément chercher la logique. L’épisode nous promettait une confrontation entre Alice et « Christopher », et on l’a eue, cependant, cela n’a pas mené à de l’action. Elle ne tente pas de l’arrêter, ni de récupérer son argent, ni quoique ce soit. La manière qu’ils ont de se protéger l’un l’autre parce qu’ils sont amoureux est très mignonne, mais bon, faudrait voir à pas nous prendre pour des quiches non plus. Même du point de vue du divertissement, c’est moyen. La dernière scène est plutôt cool, mais ce n’est pas assez pour racheter l’ensemble de l’épisode et surtout, pourquoi faut-il toujours que les personnages de Shonda fassent n’importe quoi par amour, surtout quand cet amour ne tient pas la route (une trahison pareille, mais comment tu peux la surmonter ?). J’avais pourtant bon espoir après visionnage du pilote, mais je crois que Shonda est en train de se planter (encore que les commentaires n’ont pas l’air si mauvais, c’est peut-être juste moi qui n’accroche pas).

05.jpgÉpisode 5 – The Laragan Gambit – 7/20
« 
Tell me your name! »

Mais qu’est-ce que c’est que cette série qui essaye de nous faire fantasmer sur une relation qui pourrait difficilement être plus toxique si elle essayait de l’être ? Et en plus elle culpabilise que le FBI la suive pour le retrouver ? Et sa meilleure amie fouille son portable genre normal ? Genre pas de mot de passe, pas de respect de la vie de sa pote ? Mais ? J’essaye, mais ça devient difficile, car rien ne va depuis le pilot. Pourtant celui-ci n’était pas mauvais, mais là… Ils m’ont perdu. Je vais continuer jusqu’à la fin de saison, parce que je suis du genre têtu… Je ne sais pas trop pourquoi en revanche, car je crois que la série ne va pas pouvoir s’améliorer. Ils ont déjà jump the shark depuis l’épisode 2… Est-ce vraiment un requin du coup ? Bon, allez, le cliffhanger était pas mal (mais le trailer catastrophique). Le test des cinq épisodes n’est pas franchement concluant…

 06Épisode 6 – The Benefactors – 12/20
« 
You work with some powerful kick-ass women. »

La catastrophe continue dans cet épisode de The Catch : les personnages ne sont toujours pas au top de la construction et le tout reste trop prévisible. Cette semaine, Alice continue son double-jeu et flirte de plus en plus avec l’illégalité, sans surprise, avec cette histoire de bracelet. Bon, vous comprendrez à la note et à ce commentaire que je n’accroche définitivement pas à cette saison. Je dis saison car je reste persuadé que la série peut proposer mieux, mais il faut qu’elle arrête de vouloir nous vendre Alice comme quelqu’un de bien. Qu’ils en fassent une criminelle ça ira plus vite… Sauf que Shonda cherche toujours à créer une sorte de culte autour de son héroïne et cette fois, contrairement aux autres fois en ce qui me concerne, je n’ai pas accroché dès le premier épisode (j’ai supporté Meredith et Addison lors de leurs premières saisons, Olivia pendant deux). L’intrigue de la semaine était par ailleurs d’une banalité affligeante. Bien jouée certes, mais banale. Et ce n’est pas ce féminisme à deux balles qui enrobe le tout qui va permettre à la série de se repentir, ni ce cliffhanger foireux d’ailleurs…

07.jpgÉpisode 7 – The Ringer – 10/20
“You’re still here.”

J’ai quasiment l’impression qu’Alice est surprise que ce soit moi qui soit encore là, et franchement, je me surprends encore bien souvent à me demander ce que je fais à continuer de regarder. Certes, c’est toujours mieux que la saison 1 de Shadowhunters car ici au moins les acteurs savent jouer, mais franchement, comment on peut essayer de nous vendre ça comme un couple parfait et trop romantique. L’alchimie entre les acteurs est là OK, mais quand même en terme d’intrigue de fond, ça ne fonctionne pas non ? Il n’y a que moi ? Une fois n’est pas coutume : l’intrigue de la semaine est totalement détachée du reste, n’apporte rien, mais on nous la vend avec un rythme très rapide à la Scandal et dépourvu de temps mort… Il en va de même pour cette partie de poker qui a au moins le mérite de faire un peu avancer les intrigues des « méchants ». Cela permet d’ignorer la vraie intrigue de fond des deux amants maudits qui n’avancent presque pas. Et bien sûr, Alice va voir une psy uniquement pour se confier à son ennemie, ce qu’elle ne sait pas encore mais que le spectateur savait depuis le début de l’épisode tant c’était gros.

08.jpgÉpisode 8 – The Package – 12/20
« 
You ask me to choose. I choose you. »

Oui, OK, The Catch, mais tu n’as rien de Person of Interest pour autant. L’explication concernant le plan de « Jessica », la psy, était sympa mais pas nécessaire. C’était probablement la partie la plus cool de l’épisode cela dit. L’intrigue de la semaine était pourtant réussie puisqu’elle permettait enfin de creuser un peu les personnages secondaires et leur passé – passé malheureusement plutôt plat. C’était marrant comme intrigue, ça développait un peu le côté réseaux sociaux aussi, clairement trop mis de côté depuis le début de la série pour un cabinet de détective privé. Puisque j’en parle, pourquoi (comment ?) un détective privé a-t-il besoin d’harceler sa collègue pour connaître le groupe dont elle a fait partie ? C’est genre hyper facile comme boulot par rapport à la routine, non ? Et cette fin est d’une platitude banale aberrante. Mais ça fonctionne, peut-être un peu mieux que d’habitude même.

09Épisode 9 – The Happy Couple – 14/20
Are you fine with this? The three of us, working together?

Et donc tout va bien dans le meilleur des mondes quand Ben « Christopher » décide de finalement travailler pour les « gentils » et que la maman des « méchants » débarquent en ville. Certes, ça sent bon le final de saison, mais bon, ça va un peu trop vite pour la crédibilité. La vitesse ne va pas, notamment pour la couverture grillée de Margot, mais au moins l’épisode est comme ça intéressant. Pas d’intrigue de la semaine puisque le groupe se concentre sur la capture de Margot. Le personnage de Sybil est un excellent ajout qui donne un peu de profondeur à toute l’intrigue et surtout une menace crédible pour la série. Je surnote un peu l’épisode : il compile les défauts de la série, mais si je suis encore là, c’est aussi parce que j’accepte ces défauts. La fin était intéressante et proposait un cliff plutôt adapté pour lancer le final.

10Épisode 10 – The Wedding – 14/20
You are the worst FBI agent ever

Merci de le reconnaître, Val ! Cela dit… Nouvelle démonstration de l’incroyable talent de détective de Val : sa meilleure amie lui dit qu’elle ne va pas bien et ne vient pas travailler, et c’est normal, malgré la fuite de Margot la veille. Oui, effectivement, heureusement qu’il y en a d’autres pour lui rappeler qu’elle n’est jamais malade (mais a sauté plusieurs journées de travail depuis le début de saison, contrairement à ce qu’ils sous-entendent). Tout aussi gros est le coup du flingue dans le sac : tellement prévisible ! Autre grand détective : Daniel, incapable de voir que son collègue est gay. Bon, je sais pas, mais quand même, c’est quoi ces détectives privés qui se font balader par tout le monde tout le temps et n’ont aucune info sur leur collègue ? Allez, si je passe par-delà tous ces défauts, c’était plutôt intéressant comme épisode : il y avait des twists sympas, on passe un bon moment à les regarder agir n’importe comment (franchement les embrassades alors qu’il est sous couverture ?) et à voir Alice sympathiser sans cesse avec l’ennemi. Margot s’en tire avec tout le pouvoir, Ben se sacrifie enfin pour Alice dans une scène qu’on veut nous faire gober comme hyper romantique. Cette fin de saison avait tous les éléments nécessaires pour être plaisante en nous faisant (un peu) oublier que rien ne va, quoi.

 00

EN BREF – Je suis plus déçu que satisfait de cette nouvelle série de Shonda Rhimes, et ça ne m’inspire pas confiance pour la nouvelle production qui débarquera bientôt (Still Star-Crossed). The Catch avait pourtant tout pour elle dans son pilote : une situation certes classique mais qui fonctionne, des personnages bien définis, un bon casting, un style visuel discutable mais reconnaissable. Tout s’effondre assez vite pour empiler les clichés et les incohérences, à tous les niveaux. Si l’on accepte de regarder la série en faisant autre chose, histoire de se divertir sans prise de tête ou sans volonté d’une crédibilité quelconque, c’est néanmoins plutôt réussi : je leur laisse du temps de cerveau disponible, comme dirait l’autre. En revanche, je ne sais pas trop si je suivrais ça à la semaine l’an prochain, la grille de mi-saison étant déjà bien remplie !

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « The Catch – Saison 1 »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s