Mars : déjà à mi-chemin ?

Me revoilà pour un bilan du #ChallengeSéries2016, qui a heureusement un peu plus avancé en mars qu’en février. En fait, pour être honnête, en une semaine, j’en avais fait à peu près autant qu’en un mois, et ensuite j’ai ralenti le rythme. Faut bien travailler par moment, entre deux épisodes suivis à la semaine et l’ouverture de la catégorie bilans de saison.

Ce mois-ci, j’ai donc vu :
Ally McBeal, Saison 4 terminée, 13/20
Ally McBeal, Saison 5 terminée, 09/20
– Undressed, épisode 8 à 14
Jessica Jones, saison 1 terminée, 16/20
Person of Interest, épisode 1 à 11

Il y a quelques légers spoilers dans mes critiques (j’essaye de les éviter). N’hésitez pas à naviguer avec la fonction recherche (CTRL+F) pour passer d’une série à l’autre si vous voulez éviter de lire certains paragraphes, puisque je redonne le titre de chaque série en début de paragraphe 😉

CS Ally

J’ai continué (et terminé !) Ally McBeal ce mois-ci, sans grande surprise après m’être empiffré la saison 3 en un week-end. Vous le voyez à la note qui se dégrade, cependant, cette saison 4 m’a moins captivé. Elle n’était pas mauvaise, non, loin de là, mais ce n’était juste plus la même série. Les départs de Billy, puis de Georgia ont vraiment affecté la série, surtout que celui de Georgia (comme de Whipper d’ailleurs) n’est pas vraiment traité et que Renee devient un faire-valoir musical plus qu’un personnage avec une vraie histoire dans beaucoup d’épisodes. J’aurais pu passer outre si la série n’en faisait pas tant pour se donner une nouvelle image. On entre dans les années 2000 et ça se sent : la série se paye un lifting criard assez dérangeant en terme de générique et de BO. Autres scènes qui ne sont vraiment pas une réussite : les espèce de pyjamas parties entre filles qui frisent le ridicule en début de saison (rien ne va dans ces scènes, pas de crédibilité, de logique, féminisme douteux empreint de machisme et personnages qui n’ont rien à faire à interagir ensemble. Franchement, qu’on m’explique ce que fait Nell dans la chambre d’Ally ?)

Il y a quand même des points positifs à cette saison, heureusement, du côté des nouveaux arrivants surtout et notamment Robert Downey Jr. Alors, je dois être l’un des derniers au monde à ne pas avoir été au courant qu’il jouait dans Ally McBeal, mais j’ai été surpris de voir son nom dans le générique… surtout que je l’aurais pas reconnu sans ça. Hum. Moving on, sa présence était rafraîchissante et il est de loin la perspective romantique la plus cool d’Ally. Du coup, ça laisse un goût amer en fin de saison et je suis pressé de voir ce que ça pourra donner ensuite. En tout cas, la série a prouvé qu’elle savait gérer un renouvellement de casting, ce qui n’est jamais facile. Dommage que ce ne soit pas mieux maîtrisé du côté des explications de départs, ce qui m’amène à la saison 5.

tumblr_n4gmbp4Qq71r00etho8_250
Souvenir, souvenir…

Hémorragie totale en saison 5. La série se débarrasse (littéralement) de plusieurs de ses personnages. Les saisons précédentes nous montraient les personnages se faire jeter dans une benne à ordure lors des ruptures ? Parfait. C’est exactement ce qui arrive à Larry (dans de moindres proportions), à Renee, à Jackson et à Jane, pourtant fraîchement embauchée en fin de saison 4. Jackson et Jane passent encore, mais Renee ? Faire disparaître le personnage après 4 saisons sans la moindre explication. J’ai bien sûr fini par chercher sur le net, tout ça pour apprendre que c’est probablement dû à la maladie de l’actrice (schizophrénique). Bon, ça ne m’explique pas pourquoi ils n’ont pas fait dire quelque chose à quelqu’un pour justifier sa disparition (Oh Renee a déménagé à tel endroit pour tel raison, bim).

La saison est donc placée sous un signe très étrange, avec ces départs aussitôt suivis des disparitions régulières de John pour plusieurs épisodes d’affilé, puis de Ling (devenue juge, ce qui donne une maigre explication), puis de Glenn et Jane qui venaient juste d’arriver. En parallèle, la série s’encombre avec de nouveaux personnages, tentant de trouver un nouvel équilibre sans y parvenir. Coretta arrive à Cage & Fish sans qu’on ne sache bien pourquoi et, à de très rares exceptions près, sert de plante verte, de second chair, sans que son personnage ne soit développé. Et puis bien sûr, il y a ce plombier ange gardien (sérieusement) d’Ally. Et puis évidemment, il y a la fille d’Ally. La fille. Twist sympa du scénario qui permet à Hayden Pannetiere (oui, oui) de s’intégrer au générique de la série. À nouveau, je dois être le seul qui ne savait pas qu’elle avait eu un rôle régulier dans la série.

Le problème de tous ces changements, c’est que cette fois, ça ne prend plus. Sans donner plus d’explications que ça, les personnages disparaissent et apparaissent dans la vie d’Ally, et ces nouveaux sont quand même moins bien écrits que les anciens (Jenny & Glenn étaient plutôt réussis…). Au-delà de tout ça, la série tente désespérément de se renouveler, avec avec Ally qui devient Senior Partner en cours de route… Mais là encore, la crédibilité n’y est plus. Qui nommerait Ally à la tête d’une firme comme ça ? Ally qui a des hallucinations et le confie régulièrement à Richard, Ally qui était juste assez impulsive pour se retrouver constamment poursuivie en justice dans les premières saisons, Ally qui est fraîchement maman d’une petite fille de 10 ans sortie de nulle part, Ally… Pff, c’est pire que les Martine, et Richard la nomme à la tête de son cabinet ?

Alors, pourquoi la note n’est-elle pas plus basse ? Parce que la série a au moins la décence de conserver un peu de sa folie et de son univers, parce qu’on sent le couperet final qui s’apprête à tomber et que l’on est nostalgique, parce qu’indépendamment de tout ça, les épisodes ne sont pas mauvais et plutôt drôles. Mais quand même, c’est décevant. C’est très décevant de finir cette série géniale sur une note aussi amère. Triste.

CS Undressed

Ce mois-ci, j’ai également continué un peu Undressed, que j’aime toujours autant. Cependant, je n’ai pas trop l’occasion de la regarder, les épisodes ne sont pas toujours évident à trouver et je commence à être frustré par la valse des personnages. Disons que j’ai vite fait de décrocher quand l’intrigue qui me passionnait le plus touche à sa fin. Toutes les histoires ne sont pas au même niveau, et je ne sais pas trop comment écrire sur cette série autrement que je ne l’avais déjà fait lors du premier bilan. Je continue à la conseiller, mais c’est vrai qu’il n’est pas utile de voir toute une saison. En vrai, je crois bien qu’on peut la commencer un peu par n’importe où et en deux ou trois épisodes, cinq max, en être arrivé au même stade de compréhension que quelqu’un qui a vu l’ensemble de tous les épisodes, tant tout se renouvelle toujours. Bref, la série ressemble un peu à un bon moyen de s’entraîner à écrire de nouveaux personnages et des dynamiques de couples pour les scénaristes et à un entraînement pour les acteurs. C’est sympa !

 CS Jessica Jones

Si vous me suivez sur Twitter ou simplement que vous passez sur le blog de temps à autre, vous avez peut-être su que j’ai vu toute la saison 1 de Jessica Jones en quelques jours. Et j’ai tellement adoré que j’en ai déjà écrit un bilan très complet disponible ici. 😉

CS POI

 

Et enfin, Person of Interest que j’ai commencé il y a une semaine à peu près. J’ai eu énormément de mal à me mettre dedans, notamment parce que j’avais déjà vu plusieurs fois le pilot sans jamais être assez convaincu de sa qualité pour le regarder. Ce début de saison 1 n’est pas franchement le genre de séries qui m’attire, c’est du procedural pur et dur avec des héros qui ne se plantent jamais et sont les meilleurs dans tout ce qu’ils font ; des héros qui fonctionnent en duo mais qui passent 90% de leur temps à jouer seuls face caméra et en tout cas sans l’autre ; des héros qui manquent sérieusement de points faibles pour être attachants, etc. Heureusement, plus on avance dans la saison, plus tout ça évolue (lentement, très lentement). J’en ai vu la moitié et ça ne vole pas bien haut, mais comme pour Jessica Jones, je me suis lancé dans l’écriture d’un article-bilan de saison à venir dans le mois sur le blog. Vous l’aurez compris, je garde malgré tout espoir pour la suite de la série et de mon challenge !

Bref, en bilan : cinquième et sixième séries du challenge terminées, ce qui me donne l’impression d’en avoir fait la moitié, même si ce n’est pas du tout le cas. Il me reste les plus gros morceaux, et certaines des séries que j’ai rayées reviendront avec une nouvelle saison à la rentrée prochaine. C’est ce qui fait le fun du challenge après tout !

On se retrouve très vite pour un article sur le 1er mini-challenge, qui est de voir une saison complète de série ce WE, et en attendant vous pouvez toujours faire un côté de l’actu du blog avec les épisodes vus la semaine dernière ou ma critique de l’épisode de The Catch d’aujourd’hui 😉

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Mars : déjà à mi-chemin ? »

  1. Person of Interest est assez longue à se mettre en place avec ses stands alones assez inutiles.
    Elle commence à devenir chouette avec l’arrivée d’Elias que tu as déjà du croiser et puis après avec Root bien sur ❤ .

    La montée en puissance au cours des saisons est super bien foutue, il y a une mythologie très bien construite, la saison 3 est un bijou.

    J'aime

    1. Oui, c’est ce que j’ai cru en comprendre dans les quelques critiques que j’ai lu par-ci par-là ! Elle suit un schéma similaire à Fringe en fait (avec la même saison 5 pour atteindre le 100è épisode facilitant les rediffusions), donc je suis pressé de dépasser ces débuts balbutiants !

      Aimé par 1 personne

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s