The 100 (S03)

Avis : Allez, j’entame cet article en cours de saison car je viens de voir ce qui était probablement le meilleur épisode de la série, au moins celui de la saison.

Cette saison provoque de vifs débats parmi les fans, car elle n’épargne personne et surtout pas les fan-favorites, après une saison 2 déjà bien sanglante (Anya, Finn, Maya…). Elle n’était qu’une partie de plaisir. La saison 3 débute quelques mois plus tard, avec une Clarke toujours isolée du reste du casting, Murphy & Jaha à la City of Lights et le Camp Jaha qui s’est développé et s’appelle désormais Arkadia.

Au fil des épisodes, la série développe ses intrigues d’intelligence artificielle (entrevue dans le final précédent) et de vie au sol des Grounders, de manière à les faire se rejoindre assez rapidement et assez brillamment, quoi qu’on puisse en dire. Le visionnage se transforme peu à peu en torture face aux décisions prises par les scénaristes et ce producteur qui se fait quotidiennement insulter sur Twitter. Mais franchement, les insultes et la haine contre la série ne font que prouver une seule chose : cette saison déchire tout.

Note finale de la saison : 17,5/20

Retrouver les critiques brèves de chaque épisode ci-dessous et mon avis définitif sur la saison en fin d’article :

09.jpgÉpisode 1 Wanheda (1) – 18/20
“She’s known as Wanheda… The Commander of Death. »

Épisode plus qu’attendu de The 100 qui valait largement l’attente de huit mois. J’ai lu que beaucoup était déçu de la tournure que prenait « Bellarke », moi je suis bien heureux de voir Clarke poursuivre sa vie loin de Bellamy – les revoir ensemble serait peu crédible après Finn. De la même manière que sa relation actuelle avec la nana du bar n’est pas des plus crédibles non plus, affaire à suivre. Bon choix de la part des scénaristes d’avoir attendu la moitié de l’épisode avant d’en venir à elle. N’ayant jamais été un grand fan de Clarke, c’est agréable de voir qu’elle n’est plus vraiment considérée comme l’unique personnage principal. Comment ne pas revenir aussi sur l’excellente scène d’introduction, sorte de remix de Lost version bad trip ? Comment ne pas parler de l’introduction très réussie de nouveaux personnages ? Se réjouir de la tournure des intrigues, qui ne vont pas se concentrer uniquement sur City of light ? Comment ne pas aimer le road trip de nos héros, ou cette scène chantée au piano ? Énorme réussite pour un début de saison 3 qui montre que la série ne s’essouffle pas. Vivement la deuxième partie de cet épisode d’intro !

04.jpgÉpisode 2 – Wanheda (2) – 16/20
« Looks like the great Wanheda’s human after all. »

C’est toujours un plaisir de retrouver cette série. J’avoue qu’il m’a manqué un petit truc par rapport à la semaine dernière, mais je ne saurais pas trop dire quoi après cette dernière scène parfaite et cette intro à tomber de son lit. Je ne veux pas spoiler, même si les gens qui lisent ces lignes ont probablement déjà vu l’épisode, donc je n’en dirais pas beaucoup plus, mais c’était quand même un épisode bien foutu et surtout bien écrit. Toute la saison 2 est lancée désormais, avec deux (trois) intrigues parallèles qui vont forcément se rejoindre à un moment ou un autre. À ce sujet, petite faiblesse du côté de l’intrigue Abby/Lincoln/Octavia/Jasper, qui paraissait un peu trop être du remplissage. Bon, je ne m’inquiète pas pour autant : je sais que je vais adorer cette saison ! J’avais pourtant eu un peu peur avec cette intelligence artificielle en fin de saison 2, mais je me suis inquiété pour rien, j’adore la direction ça prend !

08.jpgÉpisode 3 Ye Who Enter Here 18/20
“We welcome them as the thirteenth clan.”

Alors, je sais que la semaine dernière, je prenais presque la défense de City of light et j’étais heureux de voir Murphy enfin devenir un personnage intéressant… Mais bon, c’est vrai que la série est quand même mieux quand elle ne s’attarde pas trop (du tout) sur cette intrigue. Ah, Lexa, d’épisode en épisode, je t’aime de plus en plus (et l’actrice aussi, pour la parfaite maîtrise de ces deux rôles tellement opposés entre The 100 & FTWD). Les intrigues géo-politiques de la série sont toujours aussi réussies et il est sympa de voir une série « ado » s’attarder plus longuement sur celles-ci que sur les romances des personnages, qui paraissent même bâclées pour certaines (coucou Bellamy). Cliffhanger joliment mis en place et détournement de l’attention pendant tout l’épisode (juste assez pour qu’on devine ce qu’il va se passer sans pour autant juger trop stupides les personnages), The 100 a une fois de plus fait preuve cette semaine d’une écriture parfaitement maîtrisée d’un bout à l’autre de l’épisode, et probablement d’un bout à l’autre de la saison aussi.

14Épisode 4 Watch the Thrones 15/20
“The Queen is dead. Long live the King!”

Qu’est-ce que je peux bien en dire ? Ils ont centré la moitié de l’épisode, si ce n’est plus, autour de Lexa. Ils ne sont toujours pas revenus sur City of Light. J’ai donc totalement adoré. Lexa est tellement badass. Oui, je m’attendais à son dernier mouvement dans le duel, mais c’était magistral quand même. Je l’aime, c’est tout. La note que j’ai donné à l’épisode n’est donc absolument pas objective. En revanche, j’avoue l’avoir intentionnellement rabaissé à cause de l’intrigue de Bellamy. Son revirement est un poil trop rapide pour être cohérent, et il réagit comme le cliché de l’américain de base, alors c’est assez énervant tout de même. Si ça part en vrille à cause de leur attaque, ce sera bien pire que ce qu’ils craignent et c’est tellement évident que je ne comprends pas leur point de vue. Aller déclarer la guerre à 12 colonies d’un coup, je vois pas bien où ils souhaitent que ça les amène. Bellamy est censé être un peu plus fin que ça quand même. Bon, en tout cas, ça me conforte dans mon soutien total à la team Clexa tout ça !

13Épisode 5 Hakeldama 16/20
“Pike is the problem!”

Excellent épisode de The 100, qui vient balayer mes soupçons de perte de qualité une bonne fois pour toute, dans une scène magistrale entre Bellamy et Clarke. Cette confrontation est clairement le point d’orgue de l’épisode et pour la première fois, les arguments de Bellamy sont entendus et tellement bien expliqués que je me suis retrouvé à le comprendre. Pas à être d’accord, bien sûr, mais à comprendre ses intentions belligérantes. Et quitte à parler autant dans l’épisode, la relation entre Octavia & Bellamy connaît aussi une super belle évolution… juste pas dans le meilleur des sens. Ce moment où Octavia veut le frapper, magique. Retour pas si surprise de City of lights dans ces deux épisodes, et retour plutôt réussi. Sans surprise, Raven est la première cible, et sa storyline au cours de l’épisode est très naturelle, coulant naturellement vers la fin qui promet encore de grandes choses pour la suite de la saison. Disons que je suis plus convaincu que la semaine dernière simplement parce que l’épisode a eu la bonne idée de revenir sur ce qui n’allait pas et de confronter directement ces problèmes-là. Et puis, oui, j’avoue, voir Lexa céder malgré le manque d’argument de Clarke est jouissif : elle en est clairement amoureuse, yiha. Bon, maintenant, ça va inévitablement lui revenir dans un très mauvais retour de bâton, il n’y a qu’à voir la réaction d’Indra. Je vais profiter de ce qu’on me donne et arrêter de stresser pour ce qui n’est pas arrivé.

15.jpgÉpisode 6Bitter Harvest – 16/20
“Let’s call it hope.”

Un épisode qui m’a légèrement moins botté que la semaine dernière. Il n’était pas vraiment gap filler car tout s’est emballé, mais en même temps, il ne m’a emballé plus que ça. Je retiens de ce The 100 qu’Octavia a une fois de plus géré – et pourtant elle revient de loin, qu’est-ce que je ne la supportais pas avec son Lincoln en saison 1. Quant à Raven, son sourire passe presque pour du surjeu tellement je ne suis pas habitué à la voir heureuse. L’intrigue City of lights se révèle petit à petit et j’ai vu dans plus d’un tweet qu’elle ne plaisait pas à grand monde. Je la trouve pourtant plutôt sympa, et elle implique deux de mes personnages favoris pour le moment. Je ne sais pas comment Raven se relèvera de tout ça, et j’espère que Jasper ne craquera pas. En revanche, c’est vrai que le cliff-hanger paraît très tiré par les cheveux. Autrement, j’ai bien cru qu’ils allaient sacrifier Monty et je suis dégoûté quand même pour Monroe. Genre, vraiment. Bon, même si le développement autour de Miller est plutôt cool, c’est sympa de voir les rôles secondaires s’étoffer. Ouais, en fait, l’épisode était aussi bon que la semaine dernière, je ne suis absolument pas objectif, juste parce que…

13Épisode 7 – Thirteen – 19/20
“You were right, Clarke. Life is about more than just surviving.”

Je n’aurais pas supporté d’être spoilé sur un épisode aussi excellent (et atroce à la fois). Donc si tu n’as pas vu l’épisode, passe ton chemin. Je ne sais pas trop par où commencer. Je sais tout à fait la seule pensée qui me vient à l’esprit : putain, ils ont tué Lexa. Ils ont tué le personnage de leur meilleure actrice et leur personnage le plus complexe, ils ont tué une relation amoureuse ambitieuse, ils ont tué mon personnage préféré et… je n’arrive pas à leur en vouloir, tant c’était nécessaire, tant c’était évident depuis la saison 2 que Lexa ne pouvait rester longtemps en vie. Ne serait-ce que pour cette histoire d’esprit, que l’on prenait tous pour une aberration des croyances grounders… Alors que putain tout est lié ! Cette fois, ils l’ont fait, ils ont connecté l’intrigue Alie avec l’intrigue Grounders VS Arkadia et… wahou. Tout colle. Parfaitement. Les bases de la série auraient pu s’effriter avec ses explications, mais tout y est et c’est à se demander si ce n’était pas prévu dès le départ – question que je me pose souvent avec The 100. Alors bien sûr, je ne vais pas me remettre de sitôt de la mort de Lexa, mais franchement, cet épisode était l’un des meilleurs de la série (avec le 2×08), alors qu’il se payait le luxe de se passer d’une énorme partie de son casting (Bellamy, Jasper, Monty, Abby, Raven, Jaha, Lincoln, la liste des absents est longue). Cet épisode expliquait une énorme partie de la mythologie manquante de la série (mais on se rendait à peine compte que ça manquait) et faisait avancer l’intrigue à pas de géant. J’étais sceptique sur Polaris la semaine dernière, et je m’en veux une fois de plus de pas leur avoir fait confiance, car ça s’est avéré être une des meilleures idées de la série. Tout était parfait, sauf la mort de Lexa donc. Je me suis fait avoir comme un bleu, je devrais connaître mieux que ça les ficelles des séries, mais j’ai vraiment crié de surprise quand elle s’est prise la balle. J’y reviendrai clairement dans la partie Analyse d’ici la mi-avril. Bon, si vous n’avez pas compris, je suis en deuil et pas encore remis de sa mort, mais le pire, c’est que je suis pressé de voir les prochains épisodes (le suivant risque de ne pas nous montrer le côté Grounders est de se terminer sur un fight, mais… oh d’ailleurs, brillante la dernière décision de Lexa). ”That’s not vengeance. That’s justice.”

12Épisode 8 – Terms and Conditions – 16/20
“I asked you here because I’d hoped you’d join me. It’s still not too late to join the right side.

Évidemment, l’épisode laisse totalement de côté l’intrigue Polis cette semaine, mais je restais curieux de voir ce qu’ils pouvaient faire vis-à-vis de Bellamy, et surtout de savoir s’ils allaient lui faire emprunter un chemin de rédemption ou pas. J’étais donc plutôt satisfait de l’épisode et de la manière dont il se termine, l’ensemble étant assez habilement amené et très solide. En revanche, je n’ai pas aimé qu’on ne sache pas ce que faisait Abby cette semaine, parce que franchement, je m’attendais à tout moment à ce qu’elle arrive pour aider les rebelles dans leur plan. Et puisqu’on parle des rebelles, ficelle un peu grosse autour de Miller qui est donc bien gay, comme je le supposais depuis deux semaines. Ficelle grossière, parce que l’on perd donc un couple lesbien pour gagner un couple gay, ça fait très maladroit comme procédé, on se croirait dans Glee. Il n’en reste pas moins que c’est un couple intéressant pour sa dynamique de mensonge et de trahison, donc c’est à creuser. Très bon jeu de la part de Bob Morley sur la fin d’épisode, ce qui permet de remonter la note de cet épisode et de confirmer la qualité de la série et de la saison.

09.jpgÉpisode 9 – Stealing Fire – 18/20
Any last words ?”
“Not for you.”

Retour sanglant pour The 100, qui prouve une fois de plus qu’ils ont la gâchette (très) facile. Bon, je vais spoiler, évidemment. Évidemment, tout ce que je retiens de l’épisode à chaud, c’est sa dernière scène, artistiquement irréprochable. La mort de Lincoln était prévisible depuis que (la mère de) l’acteur avait annoncé son départ de la série, et c’est dommage, car en terme d’écriture, c’était une nouvelle surprise et un coup dur à encaisser. Mais avant cela aussi, les scénaristes ont concocté de bons rebondissements. Cette balle froidement tirée dans la tête de Lincoln est une image d’autant plus marquante qu’une demi-heure avant, la série nous a rappelé qu’on était sur CW quand ils ne nous ont pas montré la tête décapitée de cet enfant-héros que j’adorais déjà. Tout un tas de storylines avancent, au point qu’on en oublie presque l’absence de Raven, Jasper ou Jaha. Le gros plaisir sadique reste ce qui arrive cette semaine à Bellamy, qui paye enfin la monnaie de sa pièce. Je tire également ma révérence à Indra, seule Grounder notable à avoir survécu jusqu’ici. Bref, tout cela est bien excellent, et ils ont même trouvé le temps de nous balancer une nouvelle garce à détester, et bien sûr je l’adore, autant que Murphy qui réussit encore à se tortiller entre les mailles du filet pour survivre (et pourtant ! Là pour le coup, ça manque un poil de crédibilité). Enfin, j’adore la manière dont la série parvient une nouvelle fois à retomber sur ses pieds et envoyant Clarke chercher Luna, dont on a entendu parler dès la saison 1 et que je pensais bonne à rester la nana qu’on irait chercher pour se cacher des Grounders. Non, vraiment, il y avait du très très bon dans cet épisode !

10Épisode 10 – Fallen – 20/20
“Oh, the things I do to survive.”

Bim, ça y est, je l’ai mis, le sacro-saint 20/20 que je gardais de côté pour un épisode inégalable. Même la mort de Lexa ne m’avait pas décidé à monter jusque-là (et pourtant l’épisode était déjà exceptionnel). Cet épisode de The 100 est époustouflant : le rythme y est et l’on se sent comme devant un film, avec une alternance des trois intrigues de la saison (cela faisait longtemps que ce n’était plus le cas). Si je devais résumer en un mot, ce serait torture. Tous les personnages sont torturés, du début à la fin de l’épisode : Octavia par la mort de Lincoln, Bellamy par la perte de confiance de ses amis (avec qui il n’est toujours pas d’accord pour autant), Raven par ses erreurs passées puis par Alie (une scène que j’ai trouvé vraiment dure à regarder), Abby par son instinct maternel envers Raven dont Alie tente de se débarrasser, Monty par la trahison de sa propre mère, Jasper par sa solitude (mais purée on a retrouvé le Jasper des débuts) ou encore Clarke, qui n’apparaît qu’une minute (coucou je suis l’actrice principale) pour apprendre que son plan tombe à l’eau avec la mort de Lincoln et que sa mère a pété un câble et tire sur son pote. Purée, même la scène de sexe de Murphy est une séance de torture où il est attaché (bon, ok il y a probablement pire comme torture). L’ensemble du casting déchire dans cet épisode, même les personnages secondaires s’en tirent bien et nous font ressentir leur vision du monde dans cette scène de la cave. La plus belle performance est probablement celle de Raven, tant pour la souffrance qu’on la savait déjà capable de jouer à la perfection, que pour ce moment où Alie prend « possession » d’elle (y a pas d’autres mots). Impressionnante, cette imitation parfaite de l’actrice. Je suis bluffé. OK, le seul défaut que j’y trouve, c’est probablement la rapidité avec laquelle l’ensemble d’Arkadia tombe dans Alie une fois qu’Abby cède… Mais d’un autre côté, il n’y a plus aucun autre leader sur place et un bon groupe parti se faire massacrer par les Grounders (merci Bellamy putain !) dans la forêt. Bref, les choses s’accélèrent drôlement vite dans cet épisode et la tension y est telle que je ne me vois pas mettre moins que 20, surtout que les ¾ des scènes de Raven étaient purement insupportables à voir. Et puis, c’est bon, on a compris qu’ils étaient prêt à sacrifier encore une bonne moitié de leur casting pour finir la saison.

11.jpgÉpisode 11 – Nevermore – 20/20
“Everywhere you go, death follows. You try to save everyone, but you don’t realise you’re the one who needs saving.”

Allez, deuxième 20 consécutif, je me lâche, parce que ce titre fait référence à Poe et son fameux refrain, qui dans cet épisode est plutôt « I’m sorry » ! L’épisode démarre fort, ce qui n’est pas bien dur après la tension de la semaine dernière : Clarke/Jasper, Bellamy/Octavia/nouvelle séance de torture pour Raven (c’est con pour quelqu’un qui ne devrait pas ressentir la douleur). J’ai beaucoup aimé tout un tas de chose : le retour de l’ex de Clarke, Bellamy qui peu à peu devient moins insupportable, Raven qui enchaîne les bitchy talks, Jasper qui en veut toujours à Clarke mais ne détruit pas Lexa… La réaction de Clarke quand il s’apprête à détruire la puce, et la simplicité de la procédure pour se débarrasser de celle-ci. J’ai moins aimé voir Raven encore souffrir et, pire, voir Monty tuer sa mère et passer à son tour du côté des personnages brisés (même si cela nous permet de récupérer Octavia dans les 100, qu’elle le veuille ou non, elle en fait partie, elle était même #1 sur Terre). Concrètement, cette saison détruit méticuleusement tout le monde et son cliffhanger du « il faut tous les tuer » ne prend pas, juste parce qu’ils sont déjà tous détruits. Je ne suis pas prêt pour ça. Autre très positif point de l’épisode : les excuses de Bellamy (à Octavia et à une grounder), les excuses de Clarke à Jasper. C’était nécessaire pour avancer et les Bellarke ne doivent plus en pouvoir. Franchement, vivement la semaine prochaine, même si le trailer en dit encore trop (pourquoi je les regarde ?). J’espère qu’on en saura plus sur ce qu’il se passe à Polis, même si l’idée ne m’a pas traversé une seconde devant l’épisode.

12.jpgÉpisode 12 – Demons – 18/20
“You got any last words for your friends?”
“Yeah. Ascende superius”

Focus sur mes trois personnages secondaires préférés dès l’introduction ? Oui, Miller, Bryan et Harper dans une scène de récits d’horreur qui nous rappelle que les 100 ne sont que des adolescents… avant de faire grimper d’un coup la tension. Excellent, et que le départ avec Arkadia en ville-fantôme est très réussi, avec même le corps de Lincoln qui a disparu. Jolie manière de forcer le deuil d’Octavia, incarné avec les nuances nécessaires malgré le peu de temps disponible. Cet épisode-thriller fonctionne à merveille, en reprenant et détournant les codes du genre. La mort de Sinclair est tout sauf une surprise, puisqu’il a largement servi son rôle ces dernières semaines ; la phrase en latin en étant clairement l’apogée. Le retour d’Emerson en guerrier rusé et puissant est toutefois un poil tiré par les cheveux : d’où Emerson peut-il mettre K.O Octavia dans un corps à corps ? Raven quant à elle en sait beaucoup trop et je ne lui fais pas entièrement confiance. Cet épisode mettait enfin un terme définitif à Mount Weather en se débarassant de la menace Emerson, et c’était réussi. On ne perd personne d’essentiel, mais le sacrifice de Sinclair est suffisant pour rendre l’ensemble très bon. Cérémonie finale en guise d’adieux à Lincoln (et Sinclair) perfectiblen mais suffisante pour tourner une nouvelle page. Cette semaine, on retournait également à Polis pour suivre le triangle amoureux de Murphy. Et il ne s’embête pas du tout le garçon, bien qu’il accorde sa confiance trop facilement à une personnage secondaire qui cachait forcément quelque chose. Évidemment, il fallait que Jaha et Ali viennent tout ruiner dans un retournement de situation politique habilement mené : de quoi relancer la série pour la suite. En bref, un épisode de transition vers de nouveaux caps pour la série, avec des réunions et des séparations créant de nouveaux groupes aux enjeux bien définis, tout en prenant le temps de conclure des pistes laissées ouvertes précédemment. Très bon.

13.jpgÉpisode 13 – Join or die – 15/20
« 
Told you I’d survive. »

Sans suspens : c’est réussi, mais un peu lent. Cet épisode installe de nouvelles dynamiques qui seront intéressantes à explorer, mais il est trop tard pour nous faire apprécier Pikes. Murphy continue donc de se faufiler évidemment et c’est là le plus gros intérêt de l’épisode : voir comment il s’en sort à chaque fois et parvient à survivre quoiqu’il se passe (en plus, ça lui permet d’avoir toujours LA réplique qui gère). La structure en flashback est ce qui plombe le plus ces quarante minutes. Pourtant, il est excellent de les revoir six mois avant, même si ça fait du mal à la série de souligner qu’il ne s’est passé que six mois quoi, surtout en ce qui concerne Clarke qui a perdu les deux amours de sa vie dans cette période. Les flashbacks en eux-mêmes sont heureusement plus intéressants ce que peuvent proposer d’autres séries (Once Upon a Time, Quantico, je vous regarde) et permettent une conclusion bien trouvée, avec la reprise de Radioactive pour le départ des 100, en écho à la BO du pilot. Simple, mais efficace. Quant à l’intrigue Luna, elle était prévisible et tout ce que j’en retiens, c’est qu’Octavia et Jasper ont découvert de la poudre de cheminette mais ne savent pas comment s’en servir.

14.jpgÉpisode 14 – Red Sky at Morning – 17/20
“Look at you: fighting is all you know. Death is all you know.”

Encore un très bon épisode de The 100 cette semaine : en effet, tout est mis en place pour avancer dans l’intrigue avant le double-épisode final. C’est parfois un peu trop simpliste (notamment dans l’intro), mais en même temps, à quoi bon s’attarder ? Plusieurs bons points à relever dans cet épisode, à commencer par l’utilisation d’Emori (elle resplendit dans la City of Lights !). Autre bon point : Monty qui hésite à faire confiance à Raven (à tort, et j’avais tort aussi). J’ai vraiment bien aimé toute la partie de l’épisode qui se déroule à Arkadia car ce sous-groupe est rarement mis en avant. Du coup, même si on voyait venir Monty/Harper, ça reste une surprise tellement la série a pris l’habitude d’en faire des personnages vraiment secondaires. Bon, et j’aurais aimé voir Monty rester éternel célibataire, parce que ça allait bien avec le personnage et parce qu’on sait comment ça finit quand ils sont en couple. D’ailleurs, il faut pas attendre longtemps pour le voir torturer à nouveau quand il décide de supprimer sa mère une seconde fois (et pour rien !) avant de reprocher le tout à Raven. Cette dernière repart donc une spirale culpabilisatrice, pour ne pas changer. Dommage, mais le rebondissement du serveur dans l’espace fonctionne pas mal. Ce qui marche moins : le groupe de Luna, qui a peiné à me convaincre avec ce pacifisme de façade et un manque de développement flagrant de leur manière de vivre dans un si petit espace confiné et dont la leader a évidemment raison concernant Clarke. Luna d’ailleurs qui est une badass totale, qui maîtrise Clarke en une seconde cinquante avant de se faire torturer bêtement. Et puis Jasper qui drague Shay, c’était franchement too soon après le cirque qu’ils ont fait autour de Maya. J’ai de nouveau espoir de le voir finir avec Octavia qui plus est – et puis il n’a pas semblé très réactif à sauver sa Shay quand il reste planté là à lui dire de courir (gros problème de rythme). Heureusement, la fin d’épisode est très réussie, avec un retournement de situation inévitable. Et si Luna ne veut pas être la prochaine Heda, on n’est pas dans la merde pour la fin de saison !

PS : Je viens de regarder le Disney Rebelle pour la première fois et j’ai pas pu m’empêcher de rire de Luna du coup.

15.jpgÉpisode 15 – Perverse Instantiation : Part One – 19/20
« They sent us all down here to see if the ground was survivable. From what I seen, it’s not. »

Évidemment. Jasper a ingéré la puce la semaine dernière et les scénaristes se sont bien gardés de nous le révéler. Cela explique pourquoi Jasper s’est remis si vite de la perte de Shay qui le guérissait enfin de la perte de Maya. Je n’irai pas jusqu’à prétendre que je le savais, mais il était de toute manière évident que quelque chose clochait quand ils révélaient leur plan à Arkadia et je n’étais pas surpris de voir Ali apparaître derrière eux. Quand Jasper s’est enfin réconcilié avec Monty, il était évident qu’il était le traître (involontaire). Il fallait donc passer un bon tiers de l’épisode pour enfin se sentir dans une fin de saison, lorsque Clarke se retrouve face à Jaha et que tout semble perdu. Franchement, je ne serai pas contre une fin négative pour une fois. Bref, j’aime beaucoup les approfondissements qu’Ali apporte à la relation Jasper/Monty, largement maltraité cette année. De même, la torture psychologique est bien menée, notamment dans cette scène entre Clarke et Abby, où la maman s’occupe d’expliquer à sa fille que les décolletés plongeants, c’est mal. Hum, ou pas. Toutes les intrigues se rejoignent enfin quand Murphy sauve le groupe de Bellamy. Je continue d’espérer qu’ils tuent Pike rapidement, car il continue d’avoir la gâchette beaucoup trop facile et de s’en sortir sans le mériter, contrairement à Murphy. Ce dernier connaît encore une belle évolution dans son association avec Bellamy alors que l’amitié Monty/Raven se développe enfin. La tension explose évidemment sur la fin, laissant le sort d’une trop large partie du casting incertain et tuant Ontari, ce que je trouve dommage. Les séquelles de la tentative de suicide d’Abby peuvent être encore violentes, Indra & Kane sont laissés pour très mal en point, de même qu’Harper… Bon. La semaine va être très longue désormais…

16.jpgÉpisode 16 – Perverse Instantiation : Part 2 – 19/20
Just another day on the Earth, right?

L’épisode reprend quelques instants après celui de la semaine dernière, Clarke retrouve sa mère après lui avoir retiré la puce et a déjà trouvé son plan… Il faut bien que j’avoue que je n’ai pas tout compris. Oups. Post-générique, j’ai vu apparaître le nom d’Alycia Debnam-Carrey, merci le spoiler (bon OK, on le savait probablement tous via Twitter et la photo des actrices sur le tournage). Ah ça y est, j’ai compris le rapport avec Mountweather. Je trouve le transfert de sang beaucoup trop rapide : elle vient à peine de commencer que Murphy lui met déjà la puce ? Je comprends que les scénaristes manquent de temps, mais faut peut-être pas abuser non plus, la science ne marche pas comme ça. Bon, je peux difficilement ignorer la mignonnerie de Bellarke quand ils se prennent la main, il me faut bien être un peu objectif et leur reconnaître ça. Clarke prend donc en deux minutes deux puces différentes, et se retrouve héroïne de l’épisode dans la City of Lights. Trop rapide, ça aurait mérité un final en trois parties ! Dans le même genre : ils grimpent sacrément vite. Je veux bien qu’ils ne ressentent pas la douleur, mais franchement… Gros kiff sur Octavia qui s’en prend à Pike, si seulement il avait pu mourir. Le retour de Lexa est parfaitement maîtrisé par les scénaristes (ça manque juste d’un baiser au moment des retrouvailles, mais il fonctionne un peu plus tard). J’ai aimé voir Jasper en méchant là-bas, de même que l’intervention de Raven (ça a dû être chiant à tourner pour les acteurs par contre d’être simplement assis). Bordel, le sacrifice de Lexa, encore, ne me va pas du tout car j’aurais aimé la voir rester plus longtemps dans la tête de Clarke, pas plus que ne me va la révélation d’Ali sur la Terre (en revanche j’ai adoré Ali 2 et son jeu moins robotique). Bon, dans la tour de Polis, c’était un peu moins passionnant de voir Abby nous pomper le cœur d’Ontari, mais la pression y était sur la fin, surtout dans le fight entre Bellamy et Kane ou Pike qui sauve Octavia (putain, j’ai cru qu’ils allaient nous le garder en vie à cause de ça). Les dernières secondes où la décision de Clarke est évidente sont malgré tout bien réussies. Les retombées et retrouvailles sont franchement géniales, surtout Jasper/Monty, enfin, après une saison ! J’ai eu peur de voir Jasper se suicider, mais ça n’a pas duré quand j’ai explosé de rire à la mort de Pike. Drôle de fin tout de même, je me demande vraiment comment la saison 4 va commencer après ça. Pfiou. Sacrée saison et de belles perspectives déjà ouvertes pour la suite !

EN BREF – Au regard de l’excellente note que j’attribue à cette saison en moyenne (17,5/20), les premiers mots qui me viennent pour la qualifier sont très honnêtement « sans faute ». Il est pourtant difficile de la qualifier comme ça quand on voit les remous qu’elle a provoqué sur Twitter et dans l’industrie, notamment autour du hashtag #LGBTdeservedbetter. Cette saison plus que jamais nous a proposé des personnages en pleine torture, psychologique comme physique, constamment, avec très peu de répit. Ce rythme essouflé atteint son paroxysme en milieu de saison et il y a certes un ou deux épisodes moins emballant par la suite, mais l’ensemble se dévore et je sais que je reverrais cette saison. Rare sont les séries qui me donnent envie de revenir pour un rewatch désormais, mais cette saison 3 en fait définitivement partie. Certes, certains choix m’ont vraiment fait de la peine, mais après tout, les deuils que j’ai dû faire aux décès de certains personnages sont la preuve de la qualité d’écriture de la série. Je suis on ne peut plus pressé de découvrir la saison 4 !

 

 

 

Publicités

11 réflexions au sujet de « The 100 (S03) »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s