Person of Interest (S02)

Avis : La saison 2 reprend exactement là où s’était arrêtée la première, et c’est tant mieux car elle s’est arrêtée sur une bonne note en saison 1 (par ici). On reprend donc sur l’enlèvement d’Harold par Root et John qui décroche le téléphone et la saison se développe à partir de là.

 Concrètement, cette seconde saison est déjà beaucoup mieux : le format série prend enfin ses droits sur les stand-alones, bien que ceux-ci dominent encore l’ensemble de la saison. De temps à autres, des éléments surgissent de-ci de-là pour satisfaire une intrigue générale plus importante que l’an dernier et qui conduit à un season finale en deux parties très réussi. Ce qui fonctionne bien, c’est l’ajout au casting de nouveaux personnages qui reviennent de plus en plus souvent (Root, Leon, Miss Shaw…) et boostent un peu la formule plan-plan du show.

 Bon, face à cette saison 2 qui avancent pour se conclure sur une apogée permettant de mieux comprendre la Machine et l’ensemble de la mythologie de la série, je ne peux m’empêcher de penser à Fringe. Les deux séries suivent pour l’instant exactement le même schéma : une saison 1 longue, plein d’épisodes indépendants et dont on ne comprend pas trop où elle veut en venir, suivie d’une saison 2 qui affirme un peu plus son côté série en développant à la fois les relations et la mythologie. Bref, c’est en voie de devenir une excellente série.

Consulter l’article marathon.

Note finale de la saison : 14,5/20

01.jpg Épisode 1 – The Contingency – 17/20
« The only question, Harold, is why didn’t it protect you? »

 J’aurais dû commencer la série par cet épisode. Je savais déjà ce qu’était la Machine et franchement ce résumé en début d’épisode en dit largement assez pour comprendre les enjeux. Amy Acker est parfaite dans le rôle de la gentille devenue aussi cinglée que calculatrice. Le rôle est fait pour elle. La course aux guests venus d’autres séries continuent (Miles ! Lost !) et le rythme s’accélère. Les flashbacks sont pour une fois intéressants et permettent de mieux comprendre le fonctionnement de la Machine tout en répondant à la question que pose Root au départ. C’est comme si tout d’un coup les scénaristes avaient corrigé tous les défauts de la série. C’est dingue, mais ça me rassure car ça confirme tout ce qu’on m’avait dit de la série. Root est encore plus badass que ce que j’en avais compris et on entre enfin dans une logique purement sérielle avec des intrigues qui se suivent (ici Root/Finch surtout, et de son côté John qui essaye de le retrouver avec l’aide des deux flics). Bon beh c’est parti pour une saison 2 déjà 1000 fois plus convaincante que le pilot de la série !

02Épisode 2 – Bad Code – 16/20
« Seemed only fair I return the favor »

 L’épisode poursuit l’enquête pour retrouver Finch et surtout… il la conclue. Je suis déçu, j’imagine que cela veut dire qu’on va vite en revenir à une série à la semaine. Je ne m’inquiète pas trop cependant, cette brèche a prouvé qu’ils étaient largement capable de réussir la transition vers une série et je pense que l’on conservera quelques intrigues de fond. Root est défintivement un excellent personnage : non seulement elle introduit la sérialité mieux que Zoé ou Elias, mais en plus elle est cinglée dans le bon sens du terme. Cette scène de torture où elle s’en prend à un type qui accepte la torture, c’est brillant ! J’ai vraiment aimé une nouvelle fois le personnage dans cet épisode, notamment avec l’excellente scène de dialogue entre Finch et elle sur les gens mal codés ou pour son échec dans la gare. Je suis pressé de la revoir. Le reste proposait une enquête plus classique, sympa sans plus, pour Carter et Lionel. Et sympa qu’ils gardent le chien !

 03Épisode 3 – Masquerade – 15/20
« I think we have a big problem »

 Bim retour à l’épisode de la semaine… Dommage. Dommage, mais en même temps c’était une enquête qui, bien que classique, était prenante et réussie. On s’attache au personnage cliché de la fille de riches (Sophia) et l’ensemble reste assez juste, avec un rôle pour Carter et Lionel assez justement trouvé. Excellent retour de Root sans avoir à payer l’actrice : cette scène où Harold se retrouve pris au piège de la circulation est cool pour montrer qu’elle est toujours là et après eux. Ce n’est pas fini… tant mieux !

 04Épisode 4 – Triggerman – 11/20
« He’s just… bad code ! »

 Aïe, on repart en arrière avec cet épisode très saison 1, à l’exception de cette citation de Finch qui nous révèle que celui-ci est plus marqué et d’accord avec Root que ce qu’il ne veut bien reconnaître. Franchement, je n’ai pas du tout accroché à cette histoire de pseudo-mafia avec tueurs à gages et couple impossible. C’était un épisode qui se contentait d’enchaîner les fusillades innombrables et longues pour pas grand chose, sans que les héros ne soit jamais en danger, mais où tous les méchants sont touchés… Barbant. Quant au retour d’Elias, bof, il m’a pas botté plus que ça non plus.

 05.jpgÉpisode 5 – Bury the Lede – 13/20
« We spent two very long nights last year »

 Heureusement que Zoe sort de nulle part dans cet épisode pour me faire rire un coup (cette claque sur les fesses aha !) parce que franchement l’épisode n’est pas oufissime, même si c’est sympa d’avoir une journaliste qui s’intéresse à HR pour faire avancer cette intrigue. Autrement dit, il y avait du bon dans cet épisode, mais ça n’en reste pas moins un épisode stand-alone qui instaure tout un univers et un personnage cool destiné à disparaître aussitôt. C’est frustrant.

 06Épisode 6 – The High Road – 16/20
« Zoe Morgan, will you be my wife? »

 Cet épisode prouve qu’une série peut faire un stand-alone apparent et malgré tout proposer un excellent épisode. Zoe est une nouvelle fois de retour dans cette enquête de la semaine et incarne la femme de John, ce qui permet de faire le parallèle avec la relation passée entre Harold et son ex-fiancée, elle aussi de retour pour quelques flashbacks. En fait, cette actrice est partout, moi qui ne la connaissais que de True Blood, je suis servi avec mon Challenge Séries ! L’épisode propose donc l’installation de John et Zoe en banlieue, et purée c’est réussi. On ne peut que regretter que ça ne dure pas plus longtemps, comme d’habitude, mais cette fois au moins, l’intrigue permet de cerner un peu mieux et de construire les personnages.

 07.jpgÉpisode 7 – Critical – 15/20
« How much more do you wanna know? »

Et voilà, encore un personnage de retour, et c’est marrant de voir deux acteurs de Lost se donner à nouveau la réplique. Cet épisode propose une intéressante course contre la montre pour sauver Amy, la femme d’une chirurgienne que l’on cherche à forcer de tuer quelqu’un. On ne sait pas trop d’où sort cette intrigue, mais elle fonctionne plutôt bien et permet d’introduire Wesley, encore un personnage que l’on reverra un jour. Cette fois, ça commence à faire beaucoup de personnages perdus dans la nature pour cette série, mais en même temps ça fonctionne plutôt bien pour l’instant et je suis curieux de voir la suite concernant ce personnage.

 08Épisode 8 – ‘Til Death – 14/20
« Besides… Our journey starts here and any mistery around the corner, we can discover together »

 Cet épisode continue d’explorer le passé de Finch et sa relation amoureuse, ce qui est une intrigue intéressante à développer, puisqu’elle permet de mieux cerner le personnage et qu’il est maintenant évident qu’on la reverra dans son présent. J’ai moins aimé le focus apporté à l’ensemble des relations amoureuses des personnages de la série, car cela apparaissait un peu forcé, surtout du côté de Lionel et Carter qui se retrouvent tous les deux avec quelqu’un dans le même épisode, un peu comme par magie. Quant à l’intrigue de la semaine, si elle ne brillait pas par son originalité (une fois de plus !), elle était assez sympa pour garder l’attention. De manière générale, cette saison 2 semble faire légèrement mieux que la première pour l’instant, uniquement parce qu’elle explore un peu plus la vie perso des protagonistes et les dynamiques entre eux. Et y a pas à dire, c’est ça qui fait une bonne série !

 09.jpgÉpisode 9 – C.O.D – 14/20
« American dream, right? »

 C’était pas un épisode sur les Compléments d’Objet Direct je suis choqué et triste. Putain, la blague pas drôle de (futur) prof, pardon. Cash On Delivery donc. Une nouvelle enquête de la semaine rondement menée par John et ses acolytes. Cette saison se démarque toutefois de la précédente en réussissant à proposer des personnages mieux écrits, tant dans le casting régulier que dans le défilé de ceux qui ne font que passer. Ce chauffeur de taxi était marrant et, en plus, il parlait espagnol alors c’était cool. Rien d’exceptionnel, mais déjà mieux que la majorité des épisodes de la saison 1 quoi. Je continue à être hyper frustré de ces bons personnages qui disparaissent dans la nature une fois leur épisode terminé.

 10.jpgÉpisode 10 – Shadowbox – 13/20
« What did I say about setting boundaries? »

 Ce qui devait arriver arriva, voilà un épisode duquel j’ai décroché en cours de route, parce que c’est ce que je fais avec les stand-alones, c’est plus fort que moi. Pourtant, il y avait bien cet enjeu de Carter à qui on propose de rejoindre le FBI pour appâter les amateurs de storylines qui se suivent comme moi, mais ça n’a pas pris. L’intrigue de ce couple avait pourtant du bon et a surtout permis d’arriver à une conclusion qui fait avancer l’histoire dans une direction inédite (et que je n’attendais plus) avec l’arrestation de John. QUOI ? Il n’est pas invicible et au-dessus de tout alors ? Du coup, même les mauvais épisodes de cette saison servent à quelque chose et sont meilleurs que ceux de la saison 1 ? C’est ça le message que les scénaristes veulent faire passer, pas vrai ?

 11.jpgÉpisode 11 – 2πr – 13/20
« There’s only one person that I know I can trust anymore… You. »

 Voir Finch en prof remplaçant… je m’en remets pas, je ris tellement parce que ça colle à fond au personnage, à l’acteur et que la référence à Lost pouvait difficilement être plus énorme. Et puis, ses élèves résument à peu près mon attitude devant un épisode de la série… John en prison, c’est au reste de l’équipe de résoudre le problème repéré par la machine. Cela permet quelques bonnes scènes qui mettent en valeur différemment les personnages et leur relation entre eux. Bon, tout ça m’a quand même pas passionné des masses, mais c’était globalement un bon épisode.

 12.jpgÉpisode 12 – Prisoner’s Dilemma – 15/20
« Are you the person the police calls the man in a suit? »

 C’est la première fois que la série arrive à me faire vraiment aimer Elias. L’épisode était encore une fois un peu trop long, mais la construction de l’intrigue pour faire sortir John de prison fonctionne plutôt bien. Carter apparaît plus badass que jamais et le contre-point comique de voir Lionel faire (mal) le travail de John est une bonne trouvaille. La série a réussi à me surprendre, peut-être parce que je ne regardais pas assez attentivement, quand Carter et John sont pris au piège. Carter forcée de passer les menottes à John, what the f*** ! Et la toute fin ! J’étais tout content de revoir Root et là plot twist ce n’était pas Root ! Oh merde ! Oh bordel ! Bon ok. L’épisode était long au début et la fin est incroyable, comment je note ça moi ?

 13.jpgÉpisode 13 – Dead Reckoning – 14/20
« I can’t just leave a crime scene »

 Cet épisode de mi-saison est assez intéressant car il vient conclure toute une intrigue qui courait depuis la saison 1 à coups de flash-backs et d’avancées en pas de fourmis. Honnêtement, je n’ai jamais vraiment accroché à toutes ces scènes et par conséquent, j’ai eu un peu de mal avec cet épisode. Cependant, la conclusion est réussie, avec une montée de la tension et une évolution appréciable de la relation Finch/John, cette fois définitivement basée uniquement sur la confiance. Il n’y a pas vraiment de suspens sur la survie de John, mais l’ensemble reste cohérent.

 14.jpgÉpisode 14 – One Percent – 14/20
« I’m awake… and just who are you? »

 Nouvelle variation dans la formulation habituelle de la série : cette fois, le « client » (il leur manque un nom générique à ceux-là) ne veut non seulement pas être protégé, mais en plus il est assez malin pour en découvrir plus que ce qu’il ne devrait savoir. L’épisode en lui-même est très moyen, mais il introduit un nouveau personnage qui sera probablement récurrent et des enjeux nouveaux pour la série, avec un riche capable de les traquer. Pourquoi pas ? Cela peut certainement apporter du bon à la série, si les scénaristes prennent la peine de le faire revenir.

 15Épisode 15 – Booked Solid – 13/20
« Miss May you’ve only been working with me for two months and you already know me better than I know myself. »

 On continue à s’engouffrer dans l’aspect série : Zoé est de retour et le nouveau mec de Carter a quelques secrets non dévoilés pour l’instant qui promettent un épisode centré sur lui dans quelque temps. L’intrigue de la semaine n’est pas des plus intéressantes, même si l’hôtel devient petit à petit un huis-clos, une situation que j’aime bien, mais qui n’est pas exploitée ici car il s’agit tout de même d’un espace trop large pour ça. Bref, ça se regarde, c’est mieux que la saison 1, mais c’est toujours pas ça. Le retour de Root en revanche… Voilà qui me rassure pour le dernier tiers de la saison qui devrait remonter le niveau !

 16.jpgÉpisode 16 – Relevance – 15/20
« Trust is overrated. »

 Le genre d’épisode qui passe ou qui casse, une excellente initiative de la part des scénaristes ! Pas de longueur autour de John cette semaine, on ne se concentre que sur la nouvelle venue de l’univers de Person of Interest… J’adore ! L’intrigue est bien trouvée, bien ficelée et permet des retours sympas de guests, autant Root que Leon (il faut vraiment lui faire sa fiche sur TVshow time, il est revient plus souvent que Zoe j’ai l’impression). Cet épisode se démarque des autres et c’est très réussi, on en arrive à regretter que la série n’ait pas commencé par-là (et ce n’est pas la première fois). Bref, l’épisode ressemble à une introduction à l’univers de la série pour ceux qui seraient en retard et n’auraient pas vu les premières saisons. Et puis, la rencontre avec Root… Ouais, moi aussi j’aime ça !

 17.jpgÉpisode 17 – Proteus – 11/20
« I’m glad the machine was right. »

 Nouvelle variation dans le schéma de la série (décidément), il y a cette fois six personnes à surveiller. Easy. Comme prévu, l’épisode en profite pour traiter la nouvelle relation de Carter. Bon, c’est encore un épisode qui m’a fait décrocher. J’ai passé plus de temps à espérer le retour de Root qu’à suivre ce qui était en train de se passer. Bon, ça reste intéressant de savoir que la machine peut déconner par moment et la fin ouvre un cliffhanger sympa à l’approche de la fin de saison. Bref, un stand-alone qui n’est là que pour combler. Dommage.

 18.jpgÉpisode 18 – All in – 13/20
« A million? You trust Leon with that much of your money? »

 Retour réussi de Leon, pour changer ! L’idée derrière le personnage est sympa et ses apparitions apportent toujours une bonne touche d’humour à la série, qui en manquait cruellement auparavant. L’épisode se contente pour le reste d’une intrigue assez banale dans un casino, avec le twist de se concentrer sur des personnes âgées enrôlées dans un trafic de blanchiment d’argent. L’idée se tient, l’épisode est plus sympa que la moyenne des POI, mais ce n’est toujours pas des plus transcendants. Je ne sais plus bien ce que j’attends de la série, qui propose pour le moment des bons épisodes auxquels je n’arrive pas à mettre des notes à la hauteur de ce qu’on m’a dit de la série. Bon, et en même temps, j’ai encore la masse d’épisodes à voir, c’est encore trop tôt pour dire si on me l’a survendue.

 19Épisode 19 – Trojan Horse – 14/20
« You think I should have a hobby. Now what would that be? Hanging around your derelict library with you, your poorly socialized guard dog… and Bear here? »

 Arf. Person of Interest a recommencé ! Un épisode tout lent et tout banal qui a dix minutes de la fin s’emporte et devient génial ? C’est de plus en plus le schéma que suit la série, et c’est hyper frustrant parce que je décroche énormément sur les débuts d’épisodes (au point de me « réveiller » au milieu d’une scène avec l’excellente Shahi et de devoir rembobiner un peu pour comprendre comment elle est arrivée là), du coup j’arrive sur la fin sans forcément comprendre comment tout s’est enchaîné. Oups. La mort de Cal m’a ainsi fait tomber de ma chaise, surtout qu’on ne la voit pas se produire à l’écran et que la série nous a habitué à une foulée de personnages immortels. Je ne m’attendais donc pas à le voir disparaître si vite, bien que c’est vrai qu’il avait servi son rôle dans la série. On le sait innocent, le mystère autour de son personnage a disparu. Tout s’acélère donc sur la fin et transforme irrémédiablement l’ADN de la série… Un virus contre la machine ? C’est une trouvaille trop évidente pour être bonne ? Ou elle est trop bonne parce qu’évidente ? Dans tous les cas, ça fonctionne.

20Épisode 20 – In extremis – 15/20
« Here’s a better one : don’t get in a car with strangers. »

 Pof, retour à un épisode prévisible assez bien monté, mais pas assez quand même pour que j’en oublie que c’est qu’un épisode de la semaine dont les 3/4 seront à oublier aussitôt que je les aurais vus. Côté série, on développe un peu le passé de Fusco, mais le problème c’est que ce n’est pas le personnage que je préfère, principalement parce qu’ils ont trop tardé à révéler tout ce qu’on soupçonnait déjà. Du coup, la réaction de Carter tombe à côté – c’est dans le personnage, certes, mais elle devait bien se douter qu’elle ne travaillait pas avec un ange tout de même ! Quant au suspens de savoir s’ils allaient le sauver ou pas, il était évident que oui, surtout partant du fait que John lui-même n’est pas si blanc que ça dans le genre… Mais c’est vrai que je ne m’attendais pas à ce que ce soit Carter qui le fasse. J’aimerais qu’on passe plus vite à cette affaire de virus, qu’on nous tease depuis quelques épisodes et qui va forcément nous ramener Root. La fin de l’épisode semble indiquer que oui.

21.jpgÉpisode 21 – Zero Day – 18/20
“The machine is being buried under an avalanche of data.”

 Ce début d’épisode ! J’ai adoré le générique bugué, ça met tout de suite dans l’ambiance. Et cette réintroduction de Root pile au moment où ça parle de menace… La voir débarquer avec son pistolet (je le considère mythique depuis l’épisode 1×23). Tout se complique dans cet épisode et ça devient pleinement intéressant avec la Machine qui se créé une personnalité et demande à être sauvé. Par ailleurs, le retour de Grace dans les flashbacks est d’une mignonnerie qui ne devrait pas être tolérée dans cette série ! Sans surprise, tout cela nous ramène à Root et Shaw, et ça y est, la série prend une tournure passionnante à suivre, surtout que Root est juste tellement adorable (bien que totalement sociopathe). Cet épisode s’éloigne un peu de Carter et Fusco, mais mon dieu qu’il est génial ! Et ce cliffhanger !

22.jpgÉpisode 22 – God Mode – 17/20
“Come on Harold, time to meet God.”

 Bon et beh ça fait plaisir d’enfin enchaîner les épisodes en ayant envie de voir la suite. Et puis, ça change aussi. Belle montée en tension tout au long de l’épisode, la machine n’a jamais paru si badass et les liens avec Harold sont enfin tous explicités. Ses scènes dans le passé étaient toutes passionnantes, notamment le moment où il décide de se faire passer pour mort. Horrible. Un autre très bon épisode, légèrement en-dessous du précédent. J’adore l’idée derrière le God Mode, surtout sur la toute fin d’épisode… Ce sourire final de Root… Je fonds, je craque, je suis amoureux, et OK, c’est bon j’enchaîne sur la saison 3, ils m’ont eu !

Du coup, rendez-vous par ici pour le compte-rendu de la saison 3. Et pour la saison 4. 😉

Publicités

13 réflexions au sujet de « Person of Interest (S02) »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s