Angel from Hell (S01)

Avis : Angel from Hell n’était pas franchement ma découverte comique de l’année, c’était sympa sans plus, mais alors vraiment sans plus. Seulement voilà, au bout de cinq épisodes, j’avais fini par m’attacher un peu au personnage, j’avais été heureux de retrouver Ginger Gonzaga et Liza Lapira, pendant que Jane Lynch renouait enfin avec un personnage marrant et supportable. Même si le trailer avait tout spoilé des vingt premières minutes, il y avait des moments cools dans les quatre autres épisodes.

Donc l’annulation m’avait un peu déçu, sans plus. Honnêtement, cinq mois plus tard, j’en avais même oublié l’existence de la série. C’est donc avec beaucoup de surprise que je l’ai vue apparaître dans mon agenda TVshowtime fin juin. Bref, la chaîne se débarrasse de ces épisodes, et même si je doute que la fin propose une vraie fin, je ne refuse pas le petit guilty pleasure d’une diffusion bâclée pendant l’été. Bref, ci-dessous retrouvez mon avis sur chacun des épisodes, à la semaine (et légèrement modifié pour les cinq premiers).

Note moyenne de la saison : 10/20

01Épisode 1 – Pilot – 14/20

Comme je m’en doutais, le trailer révélait tout ce qui pouvait prêter à sourire dans le premier épisode en 2 ou 3 minutes, c’est donc totalement spoilé que je suis arrivé devant cette série. Cela dit, vraie bonne surprise de retrouver Liza Lapira (qui devait pourtant être dans le trailer, mais j’avais oublié). Jane Lynch a trouvé avec cette sitcom un rôle rafraîchissant plus que nécessaire après la catastrophe qu’était devenu son personnage dans Glee, pilote sympa. Je regarde beaucoup trop de sitcoms « sympas » apparemment. Et en plus, Angel from Hell recycle un bon titre de la B.O d’HIMYM, je vais pas bouder mon plaisir.

02Épisode 2 – Face Your Fears – 11/20

Je me suis donc regardé le second épisode aujourd’hui, et je l’ai trouvé plutôt pas mal… décevant. Les meilleurs gags sont dans le pilote, et ça sonne ensuite un peu trop tiré par les cheveux. Au plan formel, l’épisode cumule les faux-raccords, mais j’ai cependant bien aimé le travail de la musique, histoire de leur donner un peu de crédit quand même. Pas de Liza Lapira dans cet épisode, mais Ginger Gonzaga (de l’excellente Mixology – et depuis la brillante Wrecked), qui est toujours aussi drôle dans ce genre de rôle qui lui colle à la peau. Heureusement qu’elle est là pour remonter le niveau d’humour !

03Épisode 3 – Go with your Gut – 13/20

Heureusement Angel from Hell a ensuite délivré un épisode plutôt drôle, qui rattrape ce second épisode moyen. L’histoire n’avait rien d’exceptionnelle et tous les gags ne prenaient pas forcément, mais il y en avait quelques-uns qui fonctionnaient plutôt bien. Jolie manière en tout cas de continuer les interactions entre les personnages sans qu’elles ne paraissent trop forcées dans la suite de la saison.

04Épisode 4 – Family Business – 12/20

Rien d’exceptionnel dans ces 22 minutes, qui n’étaient certes pas soporifiques, mais pas au niveau de ce que la série pourrait proposer. Un épisode qui se regarde, sans plus, malgré un gag un peu plus drôle que les autres (le coup du strip-teaseur). Dommage, la série laisse de plus en plus filer ses gags : par exemple, ici, aucune retombée. Le gag se fait et puis disparaît sans conséquence. Le côté ange gardien reste sympa aussi, mais bonjour la crédibilité. Je crois que j’aurais déjà tenté à ce stade de la tester plus – ou de m’en débarrasser !

05Épisode 5 – Soulmates – 12/20

Retour apprécié de Ginger Gonzaga, dans un rôle malheureusement trop secondaire, mais l’actrice est toujours aussi géniale. Je sais que mon opinion est loin d’être la plus répandue, mais je ne suis qu’amour et elle a juste volé la vedette dans cet épisode (at least you stole the show comme dirait l’autre, dégagez de mon dancefloor). L’intrigue de la semaine en elle-même était sympathique, mais finit malheureusement assez mal avec ces chiffres aberrants de soul mates qui promettent par conséquent de trop nombreux épisodes sur la même thématique (ou pas puisque la série est annulée). Peu importe pour l’instant, ils ont encore le temps de réparer leur défaut. La série passe le test des cinq épisodes avec suffisamment de succès pour que je continue de la regarder pour l’instant, probablement pour l’ensemble de la saison 1. J’ai la géniale idée de ne pas regarder les audiences cette année, donc je n’ai aucune idée d’où ça va, mais je ne suis pas encore assez attaché pour être déçu en cas d’annulation. Donc, tout va bien.

Ironiquement, après avoir écrit ces quelques lignes, la série a été annulée et déprogrammée pour plusieurs mois…

C’est vrai que c’était pas une sitcom des plus brillantes, mais elle avait quand même des thèmes sympas et de bons acteurs. J’irai pas pleurer sur la tombe de la série en revisionnant en boucle ses cinq premiers épisodes, mais c’est dommage, il y avait quelque chose à en faire. Ginger Gonzagua, au plaisir de te revoir rapidement ailleurs ! OUF, ce fut le cas !

06Épisode 6 – Angel Probation – 11/20

Bim, cinq mois plus tard, la série ressuscite pour une diffusion express. Et bien, ce n’est toujours pas mauvais, mais franchement, ce n’est pas des plus simples de reprendre la sitcom après autant de temps. L’idée est de mettre l’ange en probation sans pouvoir parce qu’elle a triché à un jeu. Pas bien brillant, mais ça provoque les conflits humoristiques voulus, pendant qu’Alison se rapproche à nouveau de son ex. Cela dit, je ne sais pas si c’est l’annulation qui me fait prendre du recul ou non, mais j’ai trouvé dur de rentrer dans l’épisode.

07.pngÉpisode 7 – Angel Appreciation Day – 10/20
I still can’t believe you assassinated Brad’s guardian angel

Cet épisode se concentre un peu plus sur le frère d’Alison, ce qui fait du bien à la série qui sous-traite un peu trop ses personnages secondaires. Ainsi donc, il tente dans cet épisode de vendre une maison, ce qui est compliqué parce que 1) il est stupide et 2) sa sœur a tué son ange gardien qui était une guêpe. De son côté, Alison tente de gérer son stress alors qu’elle va passer à la télévision. Bon, rien d’exceptionnel franchement.

07Épisode 8 – Practice Guy – 08/20

Aïe, les audiences avaient donc raison de ne pas suivre du tout cette sitcom ? Cet épisode s’enfonce dans les pires pistes possibles : Alison s’entiche d’un beau gosse pour le principe de se remettre en selle (imagé comme expression n’est-ce pas ?) et les personnages secondaires sont enfin développés, mais leurs intrigues sont nazes (qu’est-ce que c’est que cette Prank war ?). Grosse déception sur cet épisode qui ruine un peu le potentiel de la série… Parce qu’au fond, je persiste à penser que la série a du potentiel !

09.pngÉpisode 9 – Rain check – 08/20
A Tuesday, and that’s all I can tell you. But HEY it’s a Saturday!

La série continue de développer le personnage de Brad, mais ça ne prend plus autant que dans l’épisode sept. Amy tente également d’aider son pote ange qui a fait de la merde avec sa protégée précédente, passant pour un gros stalker dans la rue. Il y avait bien quelques scènes pour faire sourire, notamment du côté du rencard d’Alison, mais c’est à peu près tout. C’était très lourd du côté du père qui recommence une vie amoureuse (et sexuelle), reprenant même des gags déjà vus ailleurs. Pas franchement un exemple d’écriture. J’aurais peut-être été plus indulgent si j’avais vu cet épisode en novembre dernier, mais là cette « scène sous la pluie », c’était franchement trop pour moi.

 10.pngÉpisode 10 – Funsgiving – 07/20
That’s what funsgiving is all about

La diffusion précipité d’été n’aide pas un seul instant à se mettre dans l’ambiance de cet épisode censé être dévoilé pour Thanksgiving. Du coup, je l’ai regardé d’un œil, mais il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose qui vient le sauver, la majorité des gags tombant à plat en ce qui me concerne. J’ai commencé à me dire devant ces vingt minutes qu’il allait être long de voir toute la saison en fait, et j’espère que je me trompe : il y a eu de bons moments après tout dans les premiers épisodes, mais clairement, je ne retiens pas grand-chose de positif de celui-ci.

 11.pngÉpisode 11 – The Flask – 08/20
She is so funny and aggressive and always around

Et ça continue de partir en vrille côté qualité dans cet épisode, c’est donc avec satisfaction que je m’approche de la fin. Cette fois, Amy vend sa flasque d’alcool chez un antiquaire pour payer le loyer à Alison… sauf qu’elle ne peut apparemment garder l’argent selon les règles des anges (qui continuent d’apparaître au bon vouloir des scénaristes), ce qui fait qu’Amy paye à Alison tout un tas d’objets et de services qui sont supposés être des blagues. Dommage que celles-ci ne prennent pas. À la place l’épisode s’éternise en longueurs pas très utiles (la harpiste, vraiment ?) et essaye trop d’être drôle sans l’être vraiment. Ou alors, c’est parce que je sais que c’est annulé que ça ne prend pas. Allez savoir. La révélation finale sur la classe d’impro ne m’a pas franchement surpris, même si je regardais tellement ça d’un œil distrait que je ne peux pas dire l’avoir prévu.

 12.pngÉpisode 12 – Believe me (1) – 09/20
Payback is an orange bitch

Cet épisode semble trainer en longueur tout du long pour en arriver à un final qui sera un peu mieux fichu avec, je suppose, le mariage. Je ne sais pas bien comment on en est arrivé là : il y avait pourtant de bonnes racines dans les premiers épisodes, mais ça évolue toujours de plus en plus mal. Dans cet épisode, Amy et Alison se retrouvent coincées sans argent, ni papier, ni téléphone et cherchent un moyen de s’en sortir… pourquoi pas, mais c’était un peu long, malgré quelques bonnes blagues et références à ET. D’un autre côté, les intrigues s’attardent sur le père et le frère d’Alison, sans qu’on ne sache vraiment pourquoi ils sont soudainement si importants pour la série.

 13.pngÉpisode 13 – Believe me (2) – 12/20
You would never do anything to make me believe that you’re an angel

Bon, voilà un épisode qui enfin permet à Alison de croire qu’Amy est un ange, ce qui donne la possibilité d’avancer dans l’intrigue générale de la saison… mais c’est à peu près tout et c’est une fin ratée. Ce dernier volet prend également le temps d’approfondir les personnages secondaires, ce qui est quelque chose que j’apprécie généralement, mais ici, ça marche moyen en ce qui me concerne, principalement parce que c’est un dernier épisode et que c’est trop tard pour faire ça. L’intrigue autour du mariage a annulé offre finalement une scène drôle, mais il a fallu le temps pour en arriver là, et tout cela se conclue sur un cliffhanger qui tente de relancer l’intérêt de la série… Pour rien, puisque c’est définitivement annulé. Bon, ben voilà.

 00

EN BREF – Ce n’était pas forcément super drôle, mais il y avait Ginger Gonzaga en guest dedans, et rien que pour ça, j’imagine que ça valait le coup de suivre ces treize épisodes. Bon, il y avait de bonnes blagues parsemés au hasard dans ces treize épisodes, mais plus la saison avançait, plus l’humour s’épuisait. Définitivement, cette annulation n’est pas une grosse perte ! Le cliffhanger final ne me fait ni chaud, ni froid, c’est terminé et ce sera bien vite oublié de toute manière.

Publicités

5 réflexions au sujet de « Angel from Hell (S01) »

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s