Atlanta (S01)

Spoilers 1×04

04.jpgÉpisode 4 – The Streisand Effect – 10/20
I need to eat today, not in September.

Toujours pas, pourtant j’essaye. Je me suis ennuyé devant la majorité de cet épisode. Je vois la critique, je vois l’humour, mais je n’accroche pas. J’ai bien aimé par exemple la critique de la notoriété facile et stupide, celle des réseaux sociaux et tout ce qui tournait finalement autour de Paper Boi. C’était plutôt bien trouvé, mais le voir continuer sa vie comme si de rien n’était et s’offusquer de ça après l’épisode de la semaine dernière où il a vu, sans réagir vraiment, un type se faire buter sous ses yeux… Nope. Quant à Earn, l’absence de Vanessa ne lui fait pas grand bien, son intrigue s’enlisant dans le manque d’argent pour la deuxième semaine consécutive. Le problème, c’est que ce n’est pas tourné vers l’humour, c’est juste un fait et c’est même plutôt déprimant. Alors oui, il y a une forte part de réalisme, mais c’est quand même vendu comme une comédie et l’humour a du mal, à l’exception de quelques répliques, à trouver sa place et les personnages ne rentrent pas franchement dans mon cœur, entre nombrilisme et intérêts étranges. Ils sont paumés, c’est probablement voulu, mais du coup moi aussi je suis paumé et je n’ai plus trop envie de revenir, d’autant qu’il y a beaucoup de plans longs qui n’ont pas grande utilité ; le décor étant déjà fixé depuis trois épisodes. Je vais encore lui laisser (au moins) une chance la semaine prochaine, mais je crois que la série se poursuivra sans moi, malgré son renouvellement pour une saison 2.

Ci-dessous le reste de l’article sur cette saison, écrit semaine après semaine.

Avis : J’ai raté le début d’Atlanta ! Qu’à cela ne tienne, me voilà et je rattrape vite fait bien fait ces deux premiers épisodes de 25 minutes chacun. Je pensais que ce serait une série d’une heure, donc je dois dire que ça m’arrange bien que ce soit si court, même si c’est par ailleurs frustrant.

Alors je vous vois venir, si vous avez cliqué sur ce lien, c’est pour deux raisons : soit vous connaissez déjà et du coup vous êtes juste curieux de ce que je peux bien avoir à en dire, auquel cas vous êtes bons pour passer direct à la critique des épisodes ci-dessous, soit vous n’en avez jamais entendu parlé et vous vous demandez simplement ce que c’est que cette série…

Bienvenue au club ! Je n’en ai pas la moindre idée ! Je n’en ai vu que la bande-annonce des personnages regardant la télé, diffusé il y a quelques mois maintenant et je m’étais dit qu’un tel trailer était culotté. Rien que pour ça, j’espère qu’ils auront une partie de mon humour. L’autre truc qui m’a archi-convaincu que je devais tester, c’est la présence de Donald Glover, alias Childish Gambino, alias j’arrête-de-jouer-dans-Community-pour-percer-dans-la-musique-mais-finalement-je-me-retrouve-dans-une-autre-série-un-an-après-la-fin-de-Community-#andamovie. Donc voilà, c’est Troy et même si Abed n’est pas là, je me dois de regarder, pas vrai ?

En plus, Alison Brie a tweeté qu’elle adorait et mon âme de fan n’a pas pu s’empêcher de trouver ça trop cool qu’ils soient encore amis. Sans beaucoup plus de renseignement, je me suis donc plongé dans les premiers épisodes, dont voici tout de suite ma critique !

 01.pngÉpisode 1 – The Big Bang – 14/20
Yeah man, rap is D-E-D. Ded.

Ok QUOI? Je croyais que c’était une comédie, c’est quoi ce début ? Je sais qu’on est sur FX, mais je m’attendais pas à un tel début, qui commence donc par une altercation qui se finit en coup de feu. Les USA, donc. Bon, il m’a donc fallu près de cinq minutes pour rire et je ne suis donc pas tout à fait sûr de me sentir devant une comédie, mais j’ai tout de même rapidement accroché puisqu’on suit quasi-exclusivement la vie d’Earn, c’est-à-dire Donald Glover, c’est-à-dire la raison de ma présence ici. L’humour est disséminé juste assez savamment pour provoquer le sourire de temps à autres. Bon, c’est particulier, définitivement pas ce que je regarde habituellement avec une ambiance beaucoup plus portée rap et jurons raciaux. Rien qui me transporte pour l’instant, mais je crois que je vais avoir Paper Boi en tête pendant un long moment. Je ne suis pas un grand fan des épisodes en structure de flashback qui te montre la fin et passe le reste du temps à en arriver là et je trouve que ça fait mauvais effet sur un pilot. Franchement, ça m’aurait tout autant surpris en conclusion d’épisode. J’imagine qu’ils avaient peur que le public ne resterait pas sans ça.

02Épisode 2 – Streets on Lock – 13/20
I fucking hate this place, man.

Earn et son cousin, Paper Boi, se sont donc fait arrêter après le coup de feu. Le vrai problème du pilot était qu’il ne définissait pas vraiment l’intérêt de la série et ça se ressent dans ce second épisode qui continue d’errer sans trop savoir ce qu’il nous montre. Certes, ça fait facilement écho à la situation du personnage principal lui aussi en pleine errance, mais c’est un peu bizarre comme lancement, surtout que je ne me suis pas renseigné sur la série avant. La comédie a certes ses personnages principaux, mais j’ai un peu de mal à voir les tenants et les aboutissants. À défaut d’être bien trouvée, la critique sur le racisme policier et carcéral était assez bien menée et est toujours nécessaire. J’ai malgré tout préféré la célébrité nouvelle de Paper Boi, c’était un peu plus accrocheur et léger. Bon, je suis très mitigé sur la série pour l’instant, il me manque un vrai point d’accroche je trouve. À voir par la suite.

03.pngÉpisode 3 – Go for Broke – 14/20
My name is “12 years a slave”. The slave.

La prison a disparu du paysage avec l’épisode 2, ce qui nous laisse la perspective de suivre un Earn complétement fauché – et j’entends par là plus que moi – à travers une double journée forcément pas facile. Cet épisode m’a fait un peu plus rire avec sa scène totalement absurde de fast-food, mais pour le reste, je continue à y trouver des coupes étranges, des transitions pas franchement compréhensibles et, heureusement, une bonne vibe rap par derrière. C’est la seule chose qui me fait rester, son côté décalé par rapport à ce que je regarde d’habitude, mais j’ai pas encore le matériel pour m’attacher aux personnages et c’est un peu décevant niveau humour par rapport à ce que j’en attendais/ce que j’avais lu comme réactions dessus. J’ai malgré tout apprécié les scènes avec Vanessa qui étaient fun, mais pas du tout capté l’intrigue autour de l’interprète de Paper Boi (dont j’ai pas encore retenu le nom). Bref, toujours pas convaincu après trois épisodes, je suis toujours aussi perdu devant Atlanta. C’est peut-être ce qui fera sa force à long terme, si je veux rester optimiste.

04.jpgÉpisode 4 – The Streisand Effect – 10/20
I need to eat today, not in September.

Toujours pas, pourtant j’essaye. Je me suis ennuyé devant la majorité de cet épisode. Je vois la critique, je vois l’humour, mais je n’accroche pas. J’ai bien aimé par exemple la critique de la notoriété facile et stupide, celle des réseaux sociaux et tout ce qui tournait finalement autour de Paper Boi. C’était plutôt bien trouvé, mais le voir continuer sa vie comme si de rien n’était et s’offusquer de ça après l’épisode de la semaine dernière où il a vu, sans réagir vraiment, un type se faire buter sous ses yeux… Nope. Quant à Earn, l’absence de Vanessa ne lui fait pas grand bien, son intrigue s’enlisant dans le manque d’argent pour la deuxième semaine consécutive. Le problème, c’est que ce n’est pas tourné vers l’humour, c’est juste un fait et c’est même plutôt déprimant. Alors oui, il y a une forte part de réalisme, mais c’est quand même vendu comme une comédie et l’humour a du mal, à l’exception de quelques répliques, à trouver sa place et les personnages ne rentrent pas franchement dans mon cœur, entre nombrilisme et intérêts étranges. Ils sont paumés, c’est probablement voulu, mais du coup moi aussi je suis paumé et je n’ai plus trop envie de revenir, d’autant qu’il y a beaucoup de plans longs qui n’ont pas grande utilité ; le décor étant déjà fixé depuis trois épisodes. Je vais encore lui laisser (au moins) une chance la semaine prochaine, mais je crois que la série se poursuivra sans moi, malgré son renouvellement pour une saison 2.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Atlanta (S01) »

  1. J’ai vu le premier épisode en grande fan de Troy and Abed in the morning ^^ dans la bibliotheca voilà voilà, mais je ne pense pas poursuivre. J’ai trouvé ce début laborieux.

    J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s