The Walking Dead (S07)

Spoilers

Ci-dessous, un article sur l’ensemble de la saison, écrit au fur et à mesure de la diffusion, avec des spoilers et mon avis sur chaque épisode, suivi d’un bilan.

Avis : Deux très longues semaines après la fin de Fear the Walking Dead, la série-mère est enfin de retour et l’on va savoir qui Negan a décidé de tuer. Pour être 100% honnête, je ne suis pas si impatient de voir la suite puisque j’ai découvert que j’avais plus peur de faire spoiler un truc que je n’avais peur devant un épisode de la série, qui a l’habitude de m’ennuyer. Bon, du coup, j’ai décidé de ne pas dompter la peur et de regarder l’épisode, même si j’ai un Blindspot et un Superstore en cours. Oui, « en cours » comme dans « je me suis arrêté à dix minutes de la fin car mon train est arrivé ». C’est un peu honteux. Le Comic con m’a cassé, d’ailleurs, j’ai plein d’articles à mettre à jour et publier, mais j’ai pas spécialement envie de voir des épisodes. Peu importe pour cet article, vous me direz.

The Walking Dead donc, c’est une série qui était plutôt très cool et très bien à ses débuts, mais qui maintenant cumule de plus en plus les défauts : dialogues incompréhensibles (non franchement que quelqu’un leur donne des cours d’articulation), longueurs interminables, silences qui ne s’expliquent pas, schéma d’épisode inchangé et connu par cœur… Je m’ennuie plus qu’autre chose. J’ai souvenir d’une seconde partie de saison 6 un peu plus au point, alors je garde espoir.

Je n’oublie pas l’ennui interminable de la fin de saison qui nous avait teasé l’arrivée de Negan pour que rien ne se passe dans tout l’épisode. Finalement, quelqu’un (qui n’était Rick, ni Carl) allait mourir et j’espérais juste que ce ne soit pas Rosita, car ils avaient enfin réussi à faire quelque chose du personnage, après plusieurs années.

Voilà, je ne m’éternise pas car j’ai quand même un peu envie de savoir ce qu’ils vont nous faire comme retour… Attention spoilers !!

Note moyenne de la saison : 13,25/20

 01.pngÉpisode 1 – The Day Will Come When You Won’t Be – 18/20
Today was a productive damn day

J’avais parié (hier soir notamment) sur un retour ne nous informant pas de la mort du personnage… je suis donc tellement pas surpris qu’ils retardent l’information pendant tout le premier acte que je n’arrivais même plus à être blasé face à ce suspens foireux qui aurait pu fonctionner sur une fin de saison, mais qui en début est juste un foutage de gueule supplémentaire. Après tout, les audiences suivent, ils auraient tort de se priver.

Le premier acte se concentre donc sur la relation entre Denny Duquette et Rick. Euh pardon, Negan. Je n’y arriverai jamais, Jeffrey Dean Morgan sera à jamais Denny, c’est comme ça, ça fait dix ans et Supernatural n’a pas réussi à changer ça, cet épisode non plus (et pourtant !).

Donc il faut retenir de l’épisode que ce pauvre Rick est mis à terre par ces difficiles événements traumatiques et qu’en tant que public, j’ai juste eu envie de hurler « GET TO IT » à ma télé. Un quart d’heure plus tard, on apprend enfin la mort d’Abraham qu’on nous censure malgré tout (le remplaçant par de la confiture de myrtilles et framboises). Je leur reconnais qu’une fois que c’est fait, le suspens retombe et c’était une excellente idée de s’attaquer à Glenn, cette fois avec un peu moins de censure mais toujours autant de confiture.

Sacrifier deux personnages au lieu d’un est malheureusement une bonne idée qui leur permet un vrai retour choquant, réussi et marquant pour l’introduction de Negan. Une seule mort n’aurait pas été suffisant après un été à attendre de savoir qui serait la victime de Lucille. Et puis, cette fois, Glenn ne survit pas, il était un peu temps quand on voit le nombre de fois où il aurait dû y passer.

Bref, ce retour avait la force que la fin de saison n’avait pas et, malgré les nombreux défauts initiaux (et le non-suspens autour de Rick et des zombies), il change totalement la donne de la série en réaffirmant sa violence à un nouveau niveau. À vrai dire, il faut quelques temps pour digérer cet épisode qui malgré tout a trouvé le moyen de détourner le fameux mème « We have an army / We have a Daryl » dans les répliques de Rick et à me faire rire. Oui, oui, je sais, j’ai un problème avec le rire.

Un début pourri, une suite qui met la barre très haut, ce qui pose déjà souci pour la suite de la saison (qui sera forcément moins intense), et une fin qui permet la digestion de cette violence un peu folle. The Walking Dead signe un retour en force après un départ raté, j’espère qu’ils sauront continuer sur cette voie.

02.pngÉpisode 2 – The Well – 12/20
Do I detect skepticism?

Comme je le craignais avant de faire play, cet épisode laisse de côté l’ensemble du groupe pour se concentrer sur Carol et Morgan. Il ne faut pas longtemps pour que ça parte en vrille avec des hallucinations de Carol, puis l’arrivée dans un nouveau sanctuaire, le Kingdom.

Cela permet l’introduction du personnage d’Ezekiel et de son tigre, personnages emblématiques du comic s’il en est. Et justement, comme bien souvent, la transposition à la télé est problématique, car cela devient plus comique qu’autre chose. Franchement, des pages presque flippantes du comic ne sont plus que rire ici. Et on en parle de cette chorale?

Bref, si je trouve ça cool de les voir suivre les comics, je suis moins convaincu par le rendu télé. En terme de chronologie, cet épisode avance assez vite tout en traitant correctement ses personnages.

De nouvelles perspectives s’ouvrent donc à nous dans un épisode mettant longuement en place un nouveau campement, de nouveaux personnages, de nouveaux problèmes.

Dit autrement, nous avons là un début de saison assez consistant, mais un énorme défaut de répétition et, bien sûr, l’erreur classique de TWD de ne se concentrer que sur un personnage ou deux au lieu de proposer des épisodes sur l’ensemble du casting. Ce n’était pas mauvais, certes, mais ce n’était vraiment pas exceptionnel non plus et après l’épisode de la semaine dernière, ce n’était clairement pas à la hauteur !

03.pngÉpisode 3 – The Cell – 12/20
We’re on Easy Street ♫

Bon, on est parti pour 42 minutes de musique qui donnent la pêche, de Dwight et de Daryl, faut être motivé quand même, surtout que l’épisode commence par pas moins de huit minutes de silence.

Du côté de Dwight, donc, on le voit vivre une vie de roi au premier abord, mais on comprend assez vite qu’être à la botte de Negan n’est pas si facile. Passionnant. Ce portrait psychologique nous permet de mieux cerner, en théorie, son allégeance à Negan et ses doutes. Ce n’est pas un échec total, surtout que l’on voit qu’il commence à se révolter après tout ça.

Daryl, de son côté, est prisonnier et est traité comme un chien (et même probablement moins que ça) par Dwight et toute la bande. À nouveau, on veut nous faire comprendre la toute puissance de Negan.

Le vrai problème de cet épisode est qu’il ne développe pas grand-chose de nouveau, qu’il est super sombre (en terme de luminosité) et est comme toujours extrêmement long. La musique aide un peu à passer le temps, mais franchement, il aurait pu être tout aussi poignant en deux fois moins longtemps. Je lui reconnais la qualité de m’avoir vraiment fait apprécier Dwight cela dit, c’est un début.

Bref, rien de nouveau, du TWD, je me suis plus ennuyé que divertit, mais j’ai quand même envie de savoir la suite. Fait chier.

04.pngÉpisode 4 – Service – 13/20
I know I had to make a strong first impression

C’est parti pour un épisode de 57 minutes, c’est-à-dire beaucoup trop lent, car ne nous leurrons pas ces minutes supplémentaires sont gagnées par de longs gros plans silencieux durant lesquels rien ne se passe, à commencer par ce début d’épisode et les plans à rallonge nous montrant Michonne ne rien faire sous l’oeil (pas) discret de Rick.

Bref, la vie a repris son cours sous la domination de Negan qui s’amuse à piller tous les biens de nos héros, ce qui ne plaît pas du tout à Carlita (désolé, mais même Maggie sait se couper les cheveux quoi, même si elle est aux abonnés absents cette semaine, comme lors du décès de Beth quoi).

Beaucoup de critiques à faire donc, puisque la série se concentre une fois de plus sur la peine de Rick (normal, c’est le leader, je sais) en effaçant un peu trop d’autres personnages. Où est Sacha, par exemple ? Negan vient récupérer tous les flingues quand Michonne tente de s’entraîner à tirer, bousillant les munitions, et que Rosita fait tout ce qu’elle peut pour en trouver d’autres.

C’est l’un des plus grands points forts de la série cette semaine : se centrer un peu plus sur Rosita, qui a pris du caractère l’an dernier et est devenue l’un de mes personnages préférés (inutile de préciser qu’elle y passera probablement bientôt du coup, parce que mes personnages préférés ont une espérance de vie très limitée en général). Un bon épisode donc, mais beaucoup trop long et ne partageant pas assez le temps d’écran.

Quant au suspens qu’ils essaient d’instaurer, il n’a pas pris un quart de seconde, il m’a paru évident que Negan ne tuerait personne. Ils auraient pu en profiter pour buter un ou deux figurants pourtant, histoire de garder le stress vis-à-vis de ce méchant. À part dans le premier épisode de la saison, Negan peine à me faire angoisser personnellement, c’est un peu un échec d’avoir trop joué sur l’attente l’an dernier.

05.pngÉpisode 5 – Go Getters – 08/20
We’re all gonna be one big, happy, dysfunctional family

L’épisode nous révèle enfin ce qu’il advient de Maggie et de Sacha, qui sont donc de leur côté en train de faire leur deuil (enfin, ça c’est la théorie, en pratique, elles ont juste l’air de vivre normalement, sérieux), aidé par Jésus, qui comme l’an dernier est une jolie manière d’introduire des jurons qui n’en sont pas.

On les voit tenter de s’intégrer à une autre communauté, ce qui est simplifié par une attaque de Negan un peu con-con mais efficace, qui leur permet de prouver leur utilité et d’être protégées dans la seconde moitié d’épisode. Dit autrement, il ne se passe rien dans cette partie de l’épisode, si ce n’est que Jesus prend un peu de pouvoir qu’il redonne aussitôt à Maggie et Sacha.

Cette dernière souhaite se venger de Negan, mais le fait secrètement avec Jesus. Mouais.

Pendant ce temps, Carl continue d’être aussi insupportable qu’Enid, comme si être enfant/ado dans cette série était gage d’être tout bonnement con. Les deux amoureux s’embarquent donc dans une virée en roller qui ne m’aide décidément pas à les voir comme des personnages cools. Leur but est, pour elle, de retrouver Maggie, pour lui, de se venger de la mort de Glen, et d’Abraham. Très franchement, cette partie d’épisode n’était pas convaincante du tout, mais leur premier baiser était rigolo. Vous comprendrez donc qu’il ne s’est rien passé non plus dans cette partie de l’épisode.

Finalement, les deux intrigues se rejoignent, avec Enid ayant rejoint les filles et Carl suivant les camions de Negan, aux côtés de Jesus, mais c’est là le seul point positif (et prévisible) de l’épisode, qui parvient à réunir les personnages, tout en continuant à les diviser. Comme ça, on est sûr que rien n’avance ni dans cet épisode, ni dans les suivants.

06.pngÉpisode 6 – Swear – 15/20
We shoot strangers on sight

Ah ENFIN on découvre ce qui est arrivé à Tara, mais je n’arrive pas à être vraiment satisfait pour autant. J’attends mes explications sur son sort depuis six mois, c’est vrai, en revanche je n’oublie pas que la dernière fois qu’ils ont fait disparaître pour quelques épisodes sans explication, c’est Beth, et je me souviens parfaitement de comment ça s’est terminé pour mon personnage préféré.

Et ça ressemble un peu trop à ça cette semaine pour que je sois pleinement satisfait.

L’épisode était en effet vraiment intéressant, à nous présenter une communauté (d’amazones) de femmes guerrières dont les hommes se sont fait tuer par les Saviors. Il y a évidemment trop de lenteurs et quelques incohérences, mais ça fonctionne vraiment très très bien de manière générale, avec une organisation cohérente.

Il faut dire aussi que j’adore le personnage de Tara et que j’étais frustré de sa disparition, ça m’a aidé à entrer dans l’épisode qu’ils décident enfin de nous expliquer ce qui lui était arrivé. Pas grand-chose à faire de la disparition de Pete en revanche, je l’avais même carrément oublié, mais ce suspens à deux balles pour savoir s’il est en vie ou non est énervant. Autant se décider quoi.

J’espère que l’on reverra les personnages de la communauté et que ça ne voudra pas dire que Tara va y passer, car cet épisode m’a vraiment bien plu.

En plus, ils ont eu la bonne idée de terminer sur une confrontation avec Rosita, qui reste malgré tout mon nouveau perso préféré depuis l’an dernier, alors je suis satisfait de cet épisode. Évidemment, je trouve toujours aussi ridicule de proposer des épisodes centrés sur un seul personnage comme ça, quand ils pourraient alterner les intrigues sur chaque épisode et permettre de rompre les temps morts de chaque intrigue avec de la vraie action sans que ça ne paraisse aussi redondant.

Je veux dire : évidemment que Tara n’allait pas mourir au milieu de l’épisode alors qu’on est au beau milieu de cinquante minutes centrées sur elle. Certes, il y a de l’action, mais aucun suspens -hormis la construction des flashbacks à la rigueur, et encore! – et c’est toujours le même défaut de Walking Dead qui ressort, avec le choix de trop se concentrer sur certaines intrigues plutôt que tout attaquer de front.

Quoiqu’il en soit, c’était beaucoup plus intéressant cette semaine, mais j’attends toujours un épisode réunissant vraiment tout le monde, ce qui n’est pas prêt d’arriver j’imagine (à figure de comparaison, j’avais adoré l’épisode de la saison 4 où chaque acte se concentrait sur un groupe de personnages, c’était bien plus intéressant et ça commençait par Beth/Daryl pour finir sur la réintroduction de Tara, forcément, j’avais kiffé).

07.pngÉpisode 7 – Sing me a song – 12/20
What we talk about when you’re not here is none of your business

C’est de nouveau un (trop) long épisode d’une heure qu’AMC propose cette semaine.

D’une part, l’épisode nous fait croire que l’on va se concentrer sur Michonne quand celle-ci n’est là que pour une trop longue introduction pas bien utile. D’autre part, cette semaine encore se concentre sur Carl qui est donc dans un camion avec Jesus. Il continue de se comporter en bon débile et ne profite même pas de la chance qu’il a de tuer Negan pour le faire. Bien joué.

Le reste de l’épisode nous montre donc le grand méchant de cette série trouver un attrait incompréhensible en Carl et lui faire le tour du propriétaire, lors duquel il est rappelé que Negan viole toutes les femmes qu’il trouve à son goût et que Daryl est son petit chiot. Je me demande comment réagissent les fans du monsieur à l’arbalète cette saison.

Quoiqu’il en soit, c’est profondément long et peu intéressant de voir Carl pleurnicher de son seul oeil valide et gâcher une chanson qu’Angel m’avait déjà fait détester de toute manière.

Negan finit par le ramener chez lui et prendre bien soin de Judith, cliffhanger totalement ridicule et foiré s’il en est, qui franchement ne me donne pas spécialement envie de voir la suite immédiatement quoi.

Autrement, et clairement pêle-mêle dans cet épisode, Rosita continue sa guérilla dans son coin, convaincant Eugene de lui créer une balle pour son flingue et se mettant tout le monde à dos, alors que Rick cherche désespérément à mettre la main sur des biens suffisamment précieux pour Negan. Il est aussi question du père Gabriel qui place sa foi en Rick.

Passionnément soporifique, avec pour seule réussite la seconde scène de Michonne qui entre à son tour en vedetta contre Negan.

Capture d'écran 2016-12-12 14.56.37.pngÉpisode 8 – Hearts Still Beating – 15/20
Now I know

Une nouvelle heure d’épisode permet cette fois aux scénaristes de s’intéresser vraiment à l’ensemble des personnages, avec des facilités scénaristiques énormes et nécessaires pour avancer (Daryl). C’est bien ridicule de s’être fait chier la moitié des épisodes de la mi-saison pour en arriver à des raccourcis pareil et donc pas assez crédibles qui ont au moins le mérite de réunir tout le monde.

Je n’ai pas bien compris l’histoire de Michonne ces deux dernières semaines, ou en tout cas sa conclusion, mais je suis bien content que ce soit terminé et que tout le monde se retrouve prêt à aller casser du Negan.

Il est absolument ridicule que Rosita rate pareillement Negan avec son flingue et sa fameuse putain de balle, de même qu’il n’est pas trop crédible que Negan l’épargne.

Les sacrifices de la semaine auront été inutiles mais auront su faire monter la tension et la surprise au bon moment (je suis même un peu dég d’ailleurs des deux personnages tués), Rick aura mystérieusement trouvé encore une nouvelle personne pour garder Judith en fin d’épisode après la mort d’une nouvelle baby-sitter (si cette gamine ne développe pas un complexe de l’abandon à force) et Carol comme Morgan n’auront rien fait de toute cette première partie d’année.

Je reste assez perplexe devant leur construction générale qui ne marche définitivement pas, mais qui continue depuis trois ou quatre ans. Quel intérêt de faire traîner en longueur comme ça pour tout bâcler avec des facilités scénaristiques pareilles ? Je ne sais pas trop, mais c’est vrai que le rythme cette semaine paraissait très cool, jusqu’au montage final qui s’étire à l’infini pour rien.

Ah et ils teasent aussi l’arrivée d’encore un autre personnage alors que Negan n’a encore rien fait. Mouais. Il faudra voir comment ça évolue.

09.pngÉpisode 9 – Rock in the Road – 13/20
Let me stop you before you break into song, OK?

Et c’est reparti pour The Walking Dead après une longue, longue pause qui fait qu’on a envie d’y revenir en ayant presque oublié les défauts habituels de la série. Presque.

On est vite remis dedans avec une longue intro silencieuse et nocturne (j’en ai fermé mon volet pour tenter de voir quelque chose)… Bref, Gabriel s’enfuit avec toute la bouffe et j’en ai rien à faire.

De leur côté, Rick et tous ses amis tentent de convaincre Gregory de leur fournir des volontaires, mais ça ne fonctionne pas auprès de lui. En revanche, ça marche direct auprès des gens grâce à Enid qui marque des points auprès de Carl qui va finir par se faire dessus si ça continue (entre sa copine qui lui sourit et le fait qu’il est un des seuls à avoir un flingue quand il est entouré d’adultes sachant tirer, eux, il doit être à bout).

L’épisode tourne autour de ces longs discours pour se convaincre les uns les autres qu’il faut aller se battre, avec de jolies scènes où chacun marche bien lentement après avoir échoué et de grandes envolées lyriques à base de « quand j’étais gosse, ma mère m’a raconté une histoire » ou « mon père m’a toujours dit d’être un héros ». Sérieusement.

Bref, les scénaristes gagnent du temps avant l’affrontement, les scènes paraissent à peu près nécessaires mais étirées à l’infini sans vraie raison, comme d’hab. Il n’est juste pas crédible qu’une dizaine de personnes s’engueulant comme ils le font pour leur survie restent bien calmes et fixes à s’écouter se masturber  intellectuellement dans de grands discours, mais bon.

L’épisode marque des points car il réunit enfin les différentes intrigues présentées au cours des épisodes précédents.

C’est aussi l’occasion de retrouvailles avec Morgan et le Roi Ezekiel, mais aussi Carol (scène parfaitement inutile). Il y a de bons moments entre les personnages, notamment Rosita/Sacha ou l’évolution de Tara et même Daryl. Seulement, c’est bien trop dispersé pour être vraiment suffisant.

Le moment à suspens (non) de l’épisode concerne une horde de zombies et un tas d’explosifs, mais il est assez vite clair que rien de grave ne se passera, c’est juste un moyen de créer de l’attente pour la semaine prochaine. Petite mention pour le couple homosexuel, j’étais persuadé qu’au moins un des deux était mort vu qu’on ne les voyait plus en tant que couple depuis deux saisons. En fait, ce figurant qu’on avait souvent en gros plan était Eric, j’ai juste pas suivi, OUPS. Mais bon, faudrait pas choquer les puritains avec un deuxième baiser gay dans la série aussi…

Le cliffhanger m’a fait mourir de rire tellement Rick a une tête de con en voyant un harem de nanas le tenant en joue ! Quant à Tara, elle paraît ne pas comprendre ce qu’il se passe… moui, alors en fait, t’es la seule à savoir qui est en train de vous attaquer, meuf.
Edit : ouais bon, j’ai mal regardé, il y a des mecs dans le tas en fait. Lalala.

10.pngÉpisode 10 – New Best Friends – 15/20
Show Rick Up up up

L’introduction de cet épisode est une fois de plus à rallonge avec Ezekiel fournissant aux Saviors tout ce qu’ils veulent. Évidemment, ça ne se passe pas tout à fait comme prévu et Morgan y perd son bâton.

C’est aussi l’occasion d’introduire un nouveau personnage du Royaume qui s’oppose aux Saviors, histoire de l’associer à Daryl. Tout cet acte fonctionne plutôt pas mal, car il est intéressant de voir Daryl se mettre en danger pour protéger Carol. Ce n’est pas comme si j’étais le plus accroché au couple Daryl/Carol, mais ça avait le mérite d’être bien foutu.

Le second acte reprend sur le cliffhanger de la semaine dernière, que j’avais mal regardé de toute évidence, puisqu’il y avait des hommes parmi les assaillants. C’est un acte qui introduit donc une nouvelle communauté, celle de la déchetterie, menée par une femme un peu étrange, Jadis. C’est bien son groupe qui a Gabriel et Rick se donne du mal pour le récupérer et passer un marché avec eux. C’est bof en soi, mais comme pour une fois, ça va assez vite, c’est agréable.

Le zombie est dingue à voir et assez peu crédible (je vois mal comment enfiler ce genre de casque à un zombie, ni comment trouver que c’est une bonne idée de le garder au milieu d’une structure instable, mais bon), le groupe en lui-même fait surtout caricatural et drôle, mais l’ensemble fonctionne.

Le troisième acte s’intéresse cette fois à Carol, et à ses retrouvailles avec Daryl, tout en continuant sur le reste du groupe. C’est une structure un peu bizarre, surtout pour The Walking Dead, mais c’est carrément efficace. On se rapproche même d’un épisode de série classique, ce qui permet de limiter un peu l’ennui.

Du côté du groupe, Tara et Rosita se disputent, et j’avoue que je suis partagé comme j’adore les deux personnages. Rosita est un peu énervante à être aussi révoltée de la vie, mais elle marque des points quand même face à une Tara un peu trop docile. Je ne sais pas trop quoi en penser.

En ce qui concerne Carol et Daryl, ce n’est toujours pas un couple bien sûr, et Daryl choisit de lui mentir sur le sort de Glenn et Abraham. Sans vraie raison. Certes Carol est déprimée et complétement cassée, mais ce n’est tellement pas fidèle à tout ce que l’on sait de Daryl ! Morgan tente de le justifier, mais ça ne prend pas trop sur moi.

Finalement, cet épisode passe plutôt vite grâce à sa structure en deux histoires qui voient leur conclusion dans le dernier acte. C’est tellement plus agréable à suivre que ces longs épisodes se concentrant sur un seul personnage, cela résout bien la majorité des problèmes de rythme que j’ai habituellement avec cette série… mais pas tous quand même.

Les choses se mettent peu à peu en place pour mener à l’affrontement qu’on ne verra probablement qu’en saison 8 (faudrait pas aller trop vite quand même), mais le suivi d’une vraie trame narrative est plutôt efficace sur cette seconde partie de saison.

11.pngÉpisode 11 – Hostiles and Calamities – 11/20
You want something, you take it, haircut.

L’épisode repart en arrière et promet dès son résumé d’être bien chiant. Deux histoires à suivre en parallèle cette semaine : celle de Dwight et celle d’Eugène. Dwight doit assumer les conséquences du départ de Daryl, qu’il n’a pas su surveiller assez. Il se fait ainsi tabasser.

J’aime bien le personnage, mais pas assez pour être vraiment désolé face à son sort. Il ne mérite pas forcément ce qui lui arrive, car Daryl a reçu de l’aide qui n’était pas la sienne, celle de Sherry, qui en a profité pour se barrer. Negan se venge sur la mauvaise personne, mais j’en attendais pas moins de lui.

Dwight se fait bien vite absoudre cependant et il part en quête de Sherry dans leur ancienne baraque. Elle lui laisse une lettre très touchante et basta, fin pour ce personnage (pour le moment ou pour toujours, peu importe). C’est un peu triste, mais sa meilleure scène aura donc été ce voice-over, et c’est même la meilleure scène de l’épisode. Une scène où l’actrice n’est pas là. Normal.

Quand il revient, il en profite pour dire qu’elle est morte plutôt que d’avouer qu’elle s’est enfuie. Risqué, quand même, car il dit l’avoir tuée, mais c’est pas gagné, elle peut tout à fait revenir, conne comme elle a l’air d’être. Et pour ne rien arranger, il accuse le médecin que Negan tue aussi, maintenant qu’il a Eugène.

C’est du grand n’importe quoi cette gestion par Negan, il est peu compréhensible qu’il lui accorde cette confiance aveugle ou qu’il considère avoir plus besoin de Dwight que d’un docteur. Même avec un second médecin dans son groupe. Ridicule, du grand TWD quoi.

Eugène, lui, craint pour sa vie après avoir été enlevé par Negan pour avoir créé une balle de fusil. Il est complétement con et c’est sans surprise que l’on découvre que les Saviors lui réservent une vie de roi : forcément, un type capable de te réarmer au moment où ça va évidemment être la pénurie, ça se conserve.

Il était sympa de le voir découvrir sa nouvelle chambre, Easy street et le fonctionnement que l’on avait déjà deviné il y a quelques épisodes. Bon, Negan exploite ce nouvel allié autant que possible, lui demandant comment conserver en bon état ses walkers.

De passionnantes scènes nous montrent ensuite Eugène en compagnie de « femmes », autrement dit de prostituées qui n’ont pas le droit de coucher avec lui car elles sont réservées à Negan. Et même s’il est Negan, il y a des limites.

Bon tout cela permet de le convertir petit à petit, de mec qui fait dans son froc à gros connard comme les autres suivant Negan. Du coup, il a une arme qui pourrait tuer Negan, à la demande des prostituées, mais il décide de se la garder pour lui, car il craint trop que le monsieur à la batte ne l’apprenne. Les mesdames sont déçues par sa couardise (tu m’étonnes, galère de charmer un type comme ça juste pour se prendre un râteau) et lui se justifie (ou pas) par son instinct de survie, tout ça tout ça.

Le développement est réussi, c’est sûr, mais franchement passer une heure d’affilée là-dessus, ça ne m’a pas passionné et je ne suis même pas sûr que ça méritait une heure, parce que même si Eugène passe de type misérable à type au pouvoir chez les Saviors, il passe surtout de gros lâche à gros lâche dans la série.

Une heure pour un statu quo, je ne me sens pas arnaqué déjà.

Bref, cet épisode se contentait de développer des personnages tellement secondaires qu’ils auraient mérité au mieux une ou deux scènes par épisodes sur plusieurs épisodes, histoire de garder un peu l’intérêt par des moments vraiment intéressants.

On retombe dans l’ennui, même si ce développement permet de s’intéresser un peu plus au Mac Gyver de la série qui a tout du héros, sauf le courage et à Dwight, qui s’impose de plus en plus cette saison alors que, bon, il n’est pas très utile à l’économie générale de la série. Je ne donne pas cher de sa peau, mais en même temps, les choses avancent tellement lentement qu’il survivra peut-être une ou deux saisons.

En gros, pas mal de gémissements et de pleurnicheries cette semaine, on aurait pu s’en passer et passer directement à la conclusion, car l’évolution est à peine subtile, surtout chez Eugene qui passe d’un extrême à l’autre assez rapidement, sans surprise aucune car c’est son caractère.

J’espère qu’on aura droit un jour à une confrontation Rosita/Eugène, ce sera rigolo.

12Épisode 12 – Say Yes – 12/20
I tried but… I still owe you.

Youpi, une introduction sur Michonne et Rick, tout ce dont je rêvais ! Et eux aussi apparemment, ils rêvaient de passer un moment ensemble. Seulement, la conception du « ensemble » dans Walking Dead c’est de nous montrer leur voiture le long d’une route avant de lancer le générique. Sans raison.

Comme la semaine dernière, l’épisode se concentre sur deux intrigues en parallèle et n’apporte pas grand-chose à l’intrigue générale, qui avancera probablement au dernier épisode, si Michonne n’a pas bousillé toutes ses cartouches d’ici là. On voit donc les amoureux vivre leur petit rencard à la fête foraine zombies. Et oui, c’est aussi passionnant que prévu.

Ils se la jouent super-héros invicibles, et l’épisode leur donne raison. Ce n’est pas comme si on stressait vraiment pour eux, non plus. La série a perdu l’intérêt qu’elle avait par rapport à la menace zombie il y a un moment, surtout lorsqu’il s’agit de Michonne (Rick est tellement intouchable, je n’en parle même pas).

Bref, Rick fait en sorte d’offrir un joli animal à Michonne. Passionnément stupide, cela le fait tomber au milieu d’une horde de zombies. Les scénaristes tentent de bien nous faire croire que Rick est mort (lol) et que Michonne va y passer bêtement en le pensant mort (relol), mais finalement tout va bien. Sans surprise.

Allez, je leur reconnais la surprise de ne pas avoir oublié Glenn, qui surgit dans la conversation sans grande raison valable pour parler du deuil et de Michonne qui pense ne pas pouvoir survivre sans Rick.

Alors, je trouvais que leur couple pouvait s’expliquer par le manque à défaut d’être crédible, mais en arriver là si rapidement pour eux deux. Je ne sais pas, je ne suis toujours pas convaincu par le fait qu’ils soient en couple en même temps. Bref, ils trouvent des flingues, comme toujours (toujours plus !) et les ramènent à leurs nouveaux alliés qui en veulent encore plus (plus, plus, un petit plus, un peu plus, plus, plus, … OK, je sors).

De son côté, Rosita continue de ne pouvoir attendre pour se battre, c’est d’un original. Au moins, elle est badass à se couper toute seule les fils qui guérissent sa blessure qu’on n’a jamais vu avant mais qui indiquent que ça fait quand même un moment que l’épisode précédent s’est terminé pour elle. Tant mieux, ça permet d’avancer ? Pas vraiment.

Donc elle aussi se promène à la recherche de flingues, ce qui vire à l’obsession et pourrit un peu le personnage, d’autant qu’elle blâme Gabriel pour toute la merde qui lui est arrivée alors qu’elle a juste pas réussi à tuer Negan quand elle en avait l’occasion. Mouais, c’est particulièrement mauvais, et pourtant j’aime bien son personnage, ça en dit long.

Cela finit donc par une alliance qu’elle passe avec Sacha. Les deux décident d’aller tuer Negan toutes seules comme des grandes. Bref, il est de plus en plus évident qu’une des deux ne passera pas la saison, et comme ça fait un moment qu’on n’a pas vu Sacha, j’imagine qu’on aura aussi le droit à un retour en arrière en ce qui la concerne, histoire qu’elle ait son épisode où elle s’occupe de la tombe d’Abraham en pleurant et console Maggie et tue un zombie au pif à un moment histoire qu’on stresse (ou pas). Vous sentez comme je suis blasé ?

On se concentre enfin un peu sur Tara, et c’est pas mieux dans le genre on recule au maximum les choses : elle en arrive à se confier à Judith (qui grandit encore plus vite que Carl, félicitations !)… Et finit par se décider à balancer le groupe qui a failli la tuer. OK. Cela offre au moins la perspective d’un épisode intéressant. Dans deux (ou trois ?) semaines, les connaissant.

Bref, ce n’était pas mauvais, mais c’était juste un épisode servant à combler la saison, et franchement c’est dommage pour une série comme ça qui pourrait s’offrir le luxe d’avancer bien plus vite. Ou alors, je suis juste trop claqué, je sors d’une journée de concours (le fameux dont je n’arrête pas de parler, oui, oui, ça se passe) et je suis blasé par le monde entier. Allez savoir !

13.pngÉpisode 13 – Bury Me Here – 14/20
The world does drive people crazy now but you made us another road

OK, je sais qu’habituellement, je me plains des introductions mille fois trop longues de cette série, mais… qu’est-ce que c’est que ça ??

Introduction la plus inutile du monde, que je n’ai même pas compris tout de suite d’ailleurs. L’épisode se concentre totalement sur le Royaume cette semaine, c’est-à-dire que ça commence sur Carol, qui pleure la nuit, seule dans le noir. Passionnant.

De son côté, Morgan continue d’entraîner les petits garçons à se battre. C’est tout aussi passionnant. Il est donc temps de réunir les deux personnages. OK, OK. Il ne se passe rien pendant la première moitié de l’épisode, mais on continue de voir les personnages du Royaume, de les développer un peu, histoire que l’on puisse s’attacher à eux avant qu’ils ne se fassent massacrer à un moment ou un autre. Moment qui s’avère être dans cet épisode, parce que l’air de rien, on s’approche de la fin de saison.

C’est notamment le cas de Benjamin, qui est développé en périphérie de chacun des épisodes sur le Royaume depuis le début de saison. Depuis le départ, le sort de son personnage est clairement d’y passer à un moment ou un autre. Un détour en ville amène chacun d’eux dans un piège qui finalement n’en est pas un et c’est donc ensuite la livraison aux Saviors qui se passe mal, très mal.

La surprise, c’est que c’est Benjamin qui se fait tirer dessus et y passe hyper rapidement. Comme il se prend la balle dans la jambe, je pensais bien qu’il y survivrait, surtout après le temps d’écran auquel il a eu droit. Je ne suis pas dégoûté pour autant, non, ce n’est jamais qu’un personnage intéressant de plus qui y passe dans cette série avant qu’on ne s’attache vraiment à lui.

En revanche, on continue de développer le type plus vieux, Richard, qui m’énerve depuis le début. C’est lui qui est responsable de la disparition du melon qui a provoqué le meurtre de Benjamin, mais aussi du faux piège qui a mis tout le monde en retard. Bien. Son but était de se sacrifier pour prouver à Morgan qu’il fallait agir contre les Saviors. Bien sûr.

Tout cela est donc le prétexte à un développement sur le personnage de Morgan, qui devient de plus en plus fou, et à celui de Carol, qui reprend du poil de la bête, en gros.

Outre son coup de pied ridicule de Morgan dans un cageot après une forte montée en tension, le meurtre de Richard est à souligner. Il se fait tuer des mains de Morgan qui part ensuite tout confesser à Carol. Bon, du coup, cet épisode était intéressant, parce qu’il fait avancer des personnages qui étaient bloqués depuis le début de saison au Royaume. Cependant, c’est encore un moyen de retarder le développement du fil rouge.

Peu importe, c’est toujours mieux que les dernières semaines ! Bon, et maintenant, il va falloir attendre encore une semaine pour que ça avance ! Et en même temps, j’ai aimé voir apparaître une première scission au sein des Saviors. Une trahison de l’intérieur serait-elle possible ?

The Walking Dead Season 7 Episode 14-1_0002177235Épisode 14 – The Other Side – 13/20
’cause it’s a long life and then it isn’t.

Pff encore un épisode un peu long qui annonce ses longueurs dès le débuts, avec pas loin de six minutes sans une réplique. C’est bien, ça fait des vacances pour les acteurs. En plus, ça pourrait être bien, mais la musique, aussi sympathique soit-elle, n’est même pas raccord.

En gros, l’idée est de nous réintroduire la situation de Rosita et Sacha, en passant par le plus de détours possibles. On découvre un peu la vie de Maggie, Enid et Daryl au passage. Comme souvent, l’idée est bonne, mais trop étendue à l’infini et pleine de longueurs.

Quand on sort de cette introduction interminable, Sacha prépare son coup en volant des munitions à Jésus (d’ailleurs, il est gay ? J’ai Alzheimer sur ce genre de personnage, je crois) et elle est tellement discrète qu’elle se fait prendre en dix secondes, sans surprise. Avec un début aussi chiant, l’épisode promet de ne rien apporter et ne se regarde plus que d’un an.

Les adieux sont pourris et heureusement écourtés : Rosita & Sacha s’enfuient à l’arrivée des Saviors, Maggie et Daryl n’ont pas le temps de se sauver et doivent se cacher, sur les conseils d’Enid. Cette dernière a une vue sacrément perçante pour reconnaître d’aussi loin et aussi rapidement que les Saviors qui arrivent ne sont pas les mêmes que ceux qu’elle a déjà croisé. Normal.

Il y a un rapide suspens autour de la situation de Maggie et de Daryl, mais comme on est à deux épisodes de la fin de saison, il ne faut pas avoir inventé l’eau chaude pour savoir qu’ils s’en sortiront sans problème. En effet, le but des derniers épisodes est clairement de gagner du temps avant la confrontation Rick/Negan, qui ne se fera probablement qu’en saison 8.

Les Saviors viennent simplement chercher le médecin, ce qui va poser problème puisque c’est celui de Maggie. OK, OK. Gregory en profite pour signer sa volonté de trahir nos héros, rien de bien transcendant, ni surprenant.

On découvre de plus que Rosita et Sacha sont en route vers le camp de Negan sans le moindre plan et qu’elles ne sont pas d’accord. Leur rivalité un peu stupide continue. Toujours rien de transcendant, ni surprenant, et pourtant, j’insiste, ce sont deux personnages que je suis supposé bien aimer.

Tout ça enchaîne encore et encore les incohérences et scènes un peu idiotes, comme Rosita qui trafique une voiture en laissant la porte ouverte histoire de laisser un zombie s’approcher d’elle, alors qu’elle aurait pu tout aussi bien simplement fermer la portière et être tranquille. Cela dit, à quoi bon s’attacher à de la cohérence ? Au bout de six ans et demi, j’ai un peu compris que ça ne servait rien, mais je ne sais pas, je me dis que sur un malentendu…

Rosita raconte ensuite sa vie et ses mille mecs, tout en attendant que Negan se pointe. Et quand c’est le cas, Sacha n’arrive pas à trouver un bon angle pour être LE sniper qui mettra fin à Negan. Là encore, c’est vraiment sans surprise, toujours pour les mêmes raisons de confrontation à retarder un maximum.

Autrement dit, le moment le plus passionnant de cet épisode, c’est encore et toujours la dernière scène : Eugène refuse d’être libéré par Rosita et Sacha. Cette dernière largue sa pote/rivale en l’empêchant de s’infiltrer dans le camp et en se la jouant mission suicide. Elle fait donc l’exact contraire de ce qu’elle voulait en début d’épisode, soit disant parce que Rosita sera plus utile au groupe qu’elle.

OK. Franchement, je suis blasé par cet épisode. Il n’est pas spécialement mauvais, mais il n’a rien non plus pour le sauver. Il s’agit une fois de plus de rester devant pendant quarante minutes pour ne pas avancer d’un iota, puis d’être attentif une minute. Histoire de savoir ce qu’il se passera dans deux épisodes.

15.pngÉpisode 15 – Something They Need – 11/20
I do not accept your apology.

Youpi, Tara révèle tout ce qu’elle sait, enfin. Cela permet en théorie de faire avancer les choses. En théorie donc, car elle amène le groupe à la recherche des cinglées de la jungle, mais dans l’ensemble, on n’avance pas vraiment, car les avancées sont mises de côté pour la semaine prochaine. Tara les retrouve et tente de les convaincre de se battre contre les Saviors. Elle n’y arrive pas et Rick s’amuse alors à faire péter quelques bombes autour de leur camp. Le but est à nouveau de convaincre pacifiquement leur groupe que faire la guerre est une bonne idée.

C’est rigolo, parce que c’est voué à l’échec comme approche et qu’assez rapidement on sent des tensions avec Natania et le reste de son groupe, de sa petite-fille à sa seconde, toujours interprétée par Briana Venskus, qui décidément est dans toutes les séries à la fois (Agents of SHIELD, Grace and Frankie, Supergirlc’est pépère sa vie !). Elle s’amuse bien à être secondaire un peu partout.

Bref, les bombes ont attiré tous les zombies du coin et assez vite les deux groupes se retrouvent à travailler ensemble, sans pression, ni suspens. Et on en reste là, aucune décision n’est vraiment prise de vive voix, même si elle est prise implicitement.

Enfin, c’est ce que je pensais. Le groupe de Rick récupère finalement toutes les armes en laissant derrière le groupe des nanas… Ce qui est complétement con puisque certaines étaient prêtes à se battre. Du grand n’importe quoi cette saison : ils refusent donc l’aide d’une main d’œuvre motivée à se battre… sans aucune raison logique ! Juste… pourquoi ?!

Et ce que je n’ai pas encore dit, c’est qu’il s’agit là de la partie que j’ai préféré dans l’épisode, ce qui en dit long sur le pourquoi du comment la note est aussi mauvaise cette semaine alors qu’on voit enfin un peu tout le monde.

Parce que, oui, l’épisode est assez éclaté et nous montre quasiment tout le monde (sauf le Royaume, en fait). Le problème, c’est qu’il y en a qu’on nous montre pour les montrer, comme par exemple Maggie, qui s’occupe toujours du jardin. Ce n’est pas bien intéressant. Pourtant, il y aurait en théorie des pistes à exploiter, avec la nécessité d’un jardin pour survivre, mais non. Oh, Gregory vient bien la voir avec l’intention de la tuer, mais il n’y arrive pas. Normal, il n’arrive même pas à tuer un petit zombie derrière. C’est donc Maggie qui le sauve. Merci pour le suspens inutile qui ne m’a pas du tout fait peur un quart de seconde. Encore un échec.

De son côté, Sacha est en vie, mais dans la position de Daryl à l’époque où il était enfermé par Dwight, les vêtements en plus. Bon, bien sûr, on essaye de la violer, mais Negan décide de la protéger de ça, sûrement pour se la garder pour lui. Pour changer, c’est particulièrement long et inintéressant, et la série s’attarde dessus énormément. En vrai, c’est juste que ça permet de ne pas trop précipiter les choses avant le final de la semaine prochaine, et c’est exactement le but des scénaristes, comme chacun le sait je pense, surtout que je l’ai répété un certain nombre de fois tout au long des épisodes de la saison.

Negan propose à Sacha de travailler pour lui et Eugene devient la voix de la mauvaise conscience qui lui dit qu’elle ferait mieux d’accepter, avant que le charmant monsieur qui était là pour la violer ne se transforme en zombie. Bref, c’est un peu Andrea le retour quoi (oui, vous aussi vous aviez fini par oublier Andrea ? De rien). Bien sûr, Sacha est plus maline qu’Andrea et s’en sort. Elle parvient même à convaincre Eugene de lui rapporter une arme, dans le but de descendre Negan, même si elle lui dit que c’est pour se suicider. Eugene lui apporte donc de quoi le faire, mais Sacha n’a pas envie de mourir.

C’est bien la peine, je voulais la voir mourir cette semaine pour monter un peu les enjeux, c’est naze. Cette saison se résume quand même à son premier épisode pour l’instant, niveau scènes marquantes (que je pourrais même écrire au singulier).

De cet épisode, je retiens de nombreuses longueurs ainsi que l’absence totale de suspens du début à la fin, malgré de bons jeux d’acteurs (dans l’ensemble). Il faut noter des décisions un peu stupides de la part de tout le monde, qui mène à un cliffhanger tout aussi stupide, quand Rosita de retour revient avec un prisonnier. Dwight se rend en effet à Rick et son groupe pour les aider à combattre Negan. Du coup, Daryl se prend pour un chien après dix bonnes secondes où il n’a pourtant pas réagi, puis Rick braque leur nouvel allié et lui dit de se mettre à genoux.

C’est totalement illogique, oui, mais ça va permettre un dernier épisode un peu mieux, a priori. Avec Walking Dead, il faut néanmoins se méfier des a priori et il faudra peut-être attendre la saison 8 pour obtenir de nouveau un bon épisode. Je ne peux même plus dire que c’est décevant : je n’en attends plus grand-chose en-dehors des épisodes marquant les pauses… C’est dommage, parce qu’il y a eu de bonnes choses de temps à autres cette saison et qu’on remonte un peu la pente catastrophique des saisons anesthésiantes de la série.

PS : j’étais de mauvaise foi dans la critique du 14, finalement, on a su dès cette semaine ce qu’il advenait de Sacha, même si on ne l’a pas vue échouer…

16.pngÉpisode 16 – The First Day of the Rest of Your Life – 18/20
We live. We’re the one. Us.

Ce n’est pas vrai, qu’est-ce que c’est que ce titre bidon ? Ils ont vraiment osé ? Oui, évidemment. C’est The Walking Dead, ça ne devrait même plus me surprendre. Bon, avec un titre pareil, je ne m’attends pas à un épisode grandiose et pourtant, ça y est, c’est la fin de saison tant attendue (en théorie). Pour l’occasion, les scénaristes nous offrent un épisode d’une heure. C’est un joli cadeau, qui signifie qu’il y a de grandes chances d’avoir 25 minutes (au moins) de gros plans qui n’apportent rien.

Et ça ne traîne pas, dès le départ de l’épisode avec un long plan sur Sacha qui écoute de la musique, qui aurait pu être réduit de moitié et apporter la même info et la même sensation, surtout qu’on reprend exactement au même point après le générique.

Sacha se réveille alors dans les bras d’Abraham. Bon, ok, Sacha s’enferme dans un monde idéal au fond de sa prison. Et son monde idéal, c’est ce qu’il s’est passé en saison 6. C’est soit un souvenir, soit un rêve, mais franchement, peu importe. Chacun ses rêves, ma cocotte, t’étais pas obligée de nous partager ça au début de chaque acte de l’épisode.

Oui, oui, au retour de chaque pub de l’épisode, nous avons droit à une scène interminable Sacha/Abraham, après un petit interlude musical (c’est comme s’il y avait vraiment de la pub même en replay en fait). Et le pire, c’est que dans ce rêve, il ne se passe rien. Je savais bien qu’on aurait du temps qui ne sert à rien, mais je ne m’attendais pas à ça. Bon, ce n’est pas grave, ça fait une sorte d’adieu au personnage d’Abraham.

Et à la fin de chacune des scènes de Sacha, nous avons un plan d’elle et Maggie observant un lever de soleil. Il n’en faut pas plus pour que l’on sente le danger rôdant sur ces deux personnages : c’est soit un adieu pour l’une d’elle, soit une annonce de ce qu’il se passera en fin d’épisode. Je penchais plutôt pour la seconde solution au départ, mais eh, je me trompais.

Bien sûr, Sacha est toujours emprisonnée au Sanctuaire (non, nous ne sommes pas dans les Chevaliers du Zodiaque pour autant) par Negan, qui ne tarde pas à arriver pour la sortir de là et lui annoncer qu’elle est désormais son outil de chantage.

Du côté des « héros » de la série, ça interroge toujours Dwight, avec un sentiment de haine inutile de la part de Daryl et Tara surtout (j’avais oublié que c’était Dwight qui avait tué Denise). Rosita révèle que Sacha est aussi chez les Saviors et Dwight que Negan s’apprête à arriver. Avant cela, les amis de la déchetterie débarquent pour les aider, et leur chef, Jadis, annonce à Michonne qu’elle compte coucher avec Rick. Normal.

Maggie, Jesus et Enid s’entretiennent au-dessus de Judith, pour simplement se mettre au courant de la situation. Bon, l’idée est de nous faire croire que tout le monde envisage sérieusement que Maggie reste à attendre tranquillement. LOL.

Du côté du Royaume, pareil, ils se sont mis en tête d’attaquer les Sauveurs, avec comme atout principal le retour de Carol dans leur rang et comme principal défaut un Morgan plus très sain dans sa tête qui voulait faire cavalier seul.

Autrement dit, une bonne partie de l’épisode nous prépare à l’affrontement en nous montrant chaque camp. Cela s’accélère un peu à la mi-épisode avec un retournement de situation qui aurait pu être prévisible si j’y avais réfléchi un peu : Jadis (et son clan) trahit Rick. Le plan explosif de nos héros tombe aussitôt à l’eau et Negan a une fois de plus l’avantage. Je ne l’avais pas vu venir cette trahison et c’est une excellente chose, car ça ajoute du suspense à l’épisode, qui aurait été autrement beaucoup trop long. Là, ça permet aux choses de partir plus en vrille que prévu, je ne pensais pas qu’on aurait un affrontement cette semaine.

À partir de là, pour moi, tout devient une question d’attendre l’arrivée du Royaume pour que ça parte en vrille. En attendant, justement, on nous propose un plan machiavélique de Negan, qui nous révèle que Sacha est en fait enfermée vivante dans un cercueil et que c’est là qu’on la voit depuis le début de l’épisode à écouter son iphone… et à se transformer en zombie !

OK. OK. C’est bien joué de la part des scénaristes. Je m’incline, j’avais oublié que Sacha avait la pilule pour se tuer, du coup, sa transformation en zombie m’a vraiment surprise (et donne des points à cet épisode). Sacha se suicide donc dans cet épisode et se transforme en zombie qui s’en prend à Negan qui la pensait encore en vie.

Il n’en faut pas plus pour que Carl excite sa gâchette et que la fusillade commence, partant dans tous les sens : tout le monde tire sur tout le monde. Rosita se prend une balle et est soutenue par Tara, je dis tout simplement NON car il est hors de question de perdre Rosita, merde.

Alors que leurs camps respectifs s’entretuent, Jadis laisse Rick en vie, mais puisqu’il ne lui obéit pas, elle lui tire dessus également. Bien. Il y a donc de la vraie action dans ce final, ça nous change de d’habitude et ça me renvoie au dernier épisode de la prison où tout est parti en vrille un peu comme ça.

Michonne, quant à elle, se fait maîtriser un temps par une blonde bien moins forte qu’elle, mais finit par la tuer.

Et d’un coup, au beau milieu de cette fusillade qui part dans tous les sens, on retrouve sans explication Carl prisonnier des Sauveurs, une fois de plus, et Negan tout prêt à le buter. C’est un peu naze comme ellipse, mais bon, c’est sûr qu’ils manquent de temps après tous les moments perdus pour faire un adieu digne de ce nom à Sacha et à Abraham.

Du coup, Jadis livre Rick en échange de dix personnes, qu’elle considère être un meilleur deal que les armes de Rick. Mouais, c’est bof comme trahison. Et tout ça pendant que la fusillade continue hors champ et qu’on essaye de nous faire croire à la mort de Michonne. C’est con parce qu’on sait que si on ne le voit pas, ça n’arrive pas.

En plus, le moment où le suspens devrait être à son comble est raté car on sait direct que le groupe de Maggie et celui du Royaume va arriver. Et ça ne rate pas, dans un plan digne de Narnia, Shiva la tigresse vient bouffer un des hommes de Negan au moment où Carlita est sur le point de mourir, et c’est reparti pour une nouvelle fusillade avec musique très sympa. C’est une bonne scène d’action dans l’ensemble, même s’il y a quelques coups de feu qui pourrait partir plus vite en direction des personnages principaux. Le roi nous annonce qu’Alexandria ne tombera pas aujourd’hui et si le roi le dit, ça doit se passer.

Seulement, Alexandria tombe un peu quand même, parce qu’une telle fusillade va attirer tous les zombies du coin. Enfin je pensais. En fait, Negan et ses hommes s’enfuient, et tout le monde leur court après. Bloqués dans Alexandria, nos héros enfin tous réunis se rendent à l’évidence : Negan n’est pas mort, et Eugene non plus. Quant aux zombies, la fusillade ne doit pas les attirer tant que ça puisque Sacha préfère aller errer dans les bois… Euh ? Peu importe, elle se fait tuer définitivement par Maggie qui achève ce zombie. Le lever de soleil était peut-être bien un coucher de soleil, et c’était juste une scène pour réaffirmer leur amitié histoire de faire quelques sentiments sur la fin d’épisode.

Je m’attendais vraiment à la mort de Sacha, j’en suis déçu car c’était un bon personnage, mais en même temps, c’est bien fichu. Bon, bien sûr, l’épisode nous apprend également que Michonne n’est pas morte, mais salement amochée quand même, et que Rick est capable de gambader à la même vitesse que Carl malgré sa balle dans la jambe, normal.

Des perspectives pour la saison 8 ? Oh, l’annonce d’une guerre à venir, sans surprise, avec un Negan qui a encore plus d’hommes prêts à le suivre au Sanctuaire. Mouais. Je me demande surtout pourquoi personne ne s’y rebelle maintenant qu’il y a une vraie coalition en place. Oh, et bien sûr Dwight est du côté de Negan, de même qu’Eugène.

L’épisode se conclue sur un discours sympa de Maggie et un dernier hommage à Sacha, qui se voit offrir une belle fin. Je reconnais de mon côté que l’épisode a su apporter plus d’action que prévu et un rebondissement ou deux que je n’attendais pas.

fin.pngEN BREF – Cette saison 7 est un peu moins décevante que les précédentes en ce qui me concerne. Elle souffre toujours de beaucoup (beaucoup) trop de longueurs et temps morts, mais cette fois, j’ai réussi à raccrocher aux personnages. L’introduction de nouveaux groupes permet la création d’un certain nombre dynamiques plus politiques et efficaces qu’auparavant. J’aime la mise en place d’un jeu d’alliance, enfin, après avoir vu six saisons du groupe de Rick contre le reste du monde. Cela change un peu et apporte de bonnes choses.

Je reste sceptique sur la construction générale de la série, dont la lenteur provoque souvent l’ennui alors que l’histoire en elle-même aurait de quoi vraiment m’accrocher à chaque épisode normalement. Plus que tout, je suis sceptique face à la prévisibilité de cette saison. Je trouve que ça empire d’année en année et que la série souffre un peu de sa vieillesse malgré tout. Elle tue moins qu’avant, ne le fait plus qu’aux épisodes tournants et sur des personnages qu’on s’attend à voir mourir (Abraham, Glenn et Sacha étaient tous déjà sur ma liste des gens à mourir prochainement ; seule Rosita s’en tire étonnamment).

Au niveau des personnages, je ne supporte vraiment plus Rick, Daryl et Carl, mais c’était déjà le cas l’an dernier. Maggie a été un peu sous-traitée cette année, mais finit plutôt bien. Il me reste Rosita surtout, dont l’évolution amorcée en fin de saison 6 a continué avec brio cette année. Elle est souvent insupportable, mais ça change un peu du côté cliché et comic qu’elle avait jusque-là. Coup de cœur qui se confirme également pour Tara et pour Negan, deux personnages que l’on apprend à connaître un peu mieux cette année. Oui, oui, j’aime bien Negan, c’est un bon méchant quand même.

Cette saison 7 a donc réussi à me faire aimer de nouveau certains personnages et à lancer des dynamiques vraiment innovantes pour la série. On sort un peu du long passage à vide des saisons 5 et 6 pour revenir à une série qui bouge un peu, malgré une deuxième parte de saison un peu décevante de ce point de vue-là.

Le cliffhanger est bien moins frappant que l’an dernier, mais l’épisode final est meilleur. Ce ne sera pas une torture d’attendre octobre et maintenant, j’ai juste envie qu’on me rende vite Fear the Walking Dead, parce qu’Alicia me manque !

Publicités

11 réflexions au sujet de « The Walking Dead (S07) »

  1. Rosita, ils ne sont jamais arrivés à en faire grand-chose. C’est pas cet épisode qui pourra me convaincre du contraire… 😀
    Bon, par contre, [SPOILER ALERT] était-ce vraiment nécessaire de laisser ce pauvre Glenn agoniser dans de derniers gargarismes affreux, le tout pendant que son oeil gauche essaie de prendre la poudre d’escampette ? Hein ? Vraiment ?
    On n’avait pas besoin de ça pour piger que Negan était bien un gros FDP. Déjà rien qu’un barbu avec une veste en cuir qui chantonne du Am-Stram-Gram en souriant tel l’Antéchrist d’un clip de Lady Gaga, ça met bien mal à l’aise.
    Et puis sinon, Dwight possède un faciès qui m’irrite profondément la vue, vivement que Daryl le lui démolisse à coups de briques, je me sentirai mieux.

    J'aime

    1. Oh mais si, à s’énerver en saison 6, ils ont réussi à en faire à peu près quelque chose. En échange, on a définitivement perdu Tara qui ne sait toujours pas que sa petite amie est morte, de mémoire 😂😅
      Oui, c’était nécessaire parce que (Comic spoiler alert) c’est une superbe reprise de la bd, qui est leur matériel d’origine. Pour une fois qu’ils s’en souviennent… Par contre, je te rejoins tellement pour Dwight !

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, Tara & Heath sont perdus dans la Nature depuis que Rick & ses copains ont attaqué l’avant-poste de Negan. Et dans les teasers multiples, on comprend qu’ils sont quand même un peu dans la merde… (as usually).

        Aimé par 1 personne

  2. Heu, attends deux secondes… C’est que des meufs à la fin ? J’ai dû regarder en biais parce que j’étais persuadée qu’on venait de découvrir une nouvelle communauté d’inconnus, qui ont un look probablement volé à Ghost of Mars. Et puis Rick qui sourit, c’est parce qu’il aperçoit quelqu’un qu’il connaît, non ? Genre Gabriel ? Ou Carol ? Ou une autre personne dont j’ai oublié l’existence mais qui en fait était un personnage important ?
    Je ne pense pas que ce soit le groupe Oceanside, sur lequel était tombé Tara… Elle a l’air de tomber des nues total, alors que Rick, non. Du coup, je m’interroge.

    Et Rosita m’a proprement exaspéré dans cet épisode (sauf pour l’histoire des explosifs, ça y est, elle redevient utile, hallelujah!)(explosifs probablement installés par Eugène, non ?). Et son dialogue avec Sasha, en mode « Ouais on n’est pas copine hein, t’enflammes pas » me laisse présager que l’une ou l’autre y passe cette saison. Et je tends à parier sur Sasha, pour l’instant.

    Sinon Daryl + Jesus + Ezkiel = Trop de badassitude dans un seul épisode, ça fait plaisir.

    Aimé par 1 personne

    1. Non ben j’ai revu une photo et c’est moi qui ai mal vu parce qu’il y a effectivement un mec avec des cheveux longs, OUPS. Pour moi, Rick sourit simplement parce qu’ils ont trouvé assez de gens pour s’opposer aux Saviors, c’était un peu le but de l’épisode donc voilà. T’as peut-être raison sinon, mais ce serait chelou. Enfin avec eux on n’est plus à ça près xD
      Rosita 😍👌 je suis sûr qu’elle va y passer depuis le début de saison, alors que Sasha je la vois rester encore un peu. Même pressentiment sur ce dialogue en tout cas !
      Je ne trouve aucun des trois badass OUPS 😂😂

      J'aime

      1. Ça doit être ça mon problème 😂 c’est trop Comics tout ça, ça passe mal à l’écran je trouve 🤔 (et en même temps j’ai lâché les Comics y a longtemps alors voilà 😂)

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s