Suits (S06-2)

Spoilers

Avis : J’ai l’habitude de faire un seul article par saison, mais Suits fait les choses tellement bizarrement avec une pause de mi-saison aussi longue que la pause entre les saisons que je me perds dans les épisodes, alors autant y aller franco et tout diviser en deux. Vous pouvez retrouver mon avis sur le début de la saison 6 ici.

Alors, je ne vais pas mentir, j’avais oublié pas mal de choses avant de lancer, à commencer par la storyline de Louis qui demande le mariage, mais l’avantage avec Suits, c’est que tout revient assez vite entre deux « goddamn » et « shit » et autres jurons. Je ne crois pas que la série mérite beaucoup plus d’intro que ça à ce stade, alors c’est parti pour la critique des épisodes !

Moyenne de la mi-saison : 14,7

Capture d'écran 2017-01-26 22.29.40.pngÉpisode 11 – She’s Gone – 14/20
Told you it was worth the wait

Oh, ils ont osé nous faire le coup du rêve dès les départ, avec Donna/Harvey. C’était grillé à 100 km, mais quand même appréciable de les voir ensemble comme ça. Limite, ça m’a donné envie de les shipper alors que je n’ai jamais pu piffrer Harvey (sauf peut-être pendant ses crises d’angoisse). Pff, ceci est le pire début de critique du monde, il faut que je mette un peu d’ordre dans mes pensées. Jessica manque à l’épisode. Voilà, c’est dit, et l’épisode porte vraiment à merveille son nom. Autant il y a des séries qui gèrent bien le départ de leur personnage, autant là, Jessica est tellement intégrée à l’ADN de la série, qu’il est dur de ne pas s’attendre à la voir débarquer mettre un terme aux incessantes et prévisibles disputes entre Louis et Harvey. Évidemment, ces deux-là veulent être calife à la place du calife et s’en prennent même au père de Rachel qui leur propose son aide. C’était une partie d’intrigue vraiment lourde et ralentissant le rythme de l’épisode, même si j’ai aimé retrouver une nouvelle fois Katrina Bennet et les caprices de Louis. Heureusement, le personnage grandit (un peu) et comprend ses erreurs, mais malheureusement, comme d’habitude, Harvey lui tombe dessus pour passer ses nerfs. J’aimerais bien avoir un punchingball comme Louis à portée de main, moi aussi. Je ne peux pas en dire autant pour Anita Gibbs, que j’espérais ne jamais revoir, un peu comme Mike. Cette reprise nous permet donc d’en savoir un peu plus sur le sort de Mike libéré de prison : le voilà désormais qui se retrouve forcé d’être prof dans sa paroisse. Je trouve que c’est une bonne idée, très en accord avec le personnage. En revanche, toute l’intrigue pour lui donner de l’autorité là… C’est totalement déconnecté de la réalité, voire même risible (le coup du livre sur la table, mon dieu, comme si ça fonctionnait). Je suis un peu perplexe sur ce qu’ils en feront, mais j’ai aimé l’impact que ça avait sur Harvey. Sans Jessica, ni Mike, il est tout perdu et le cliffhanger est génial. Je m’attendais à voir Donna tomber dans ses bras, pas à ce coup bas final sur la famille d’Harvey. C’est un peu anti-Donna de réfuter l’idée d’une grande famille, mais en même temps, ça promet une suite de saison intéressante. L’autre vraie bonne surprise vient de Rachel qui a enfin finit de pleurnicher et prend en main son destin dans la firme en profitant de la générosité de Gretchen. Cette dernière est vraiment un bon ajout au casting, j’ai l’impression que ça ne fait pas longtemps qu’elle est là, mais je suis sûr qu’en fait, ça doit bien faire plus d’une saison déjà. Comme je le disais dans l’intro, je me perds dans les saisons avec leur hiatus bizarre, je n’aime pas ça. En plus, avec Suits, les premiers et derniers épisodes sont toujours meilleurs entre deux gros ennuis… Et, quand même, je m’inquiète car si la reprise n’est qu’à ce niveau-là, le coup de mou avant la fin de saison risque d’être violentissime ! En même temps, pour une fois, les perspectives semblent vraiment intéressantes, alors j’espère me tromper.

12Épisode 12 – The Painting – 13/20
What exactly is my job?

Comment dire ? Cet épisode n’est pas mauvais, mais il tombe un peu comme un cheveu sur la soupe pour le duo Mike/Harvey, qui est évidemment au centre de l’épisode et pour qui tout se passe tranquillement, c’est-à-dire avec quelques remous prévisibles. Mike change donc à nouveau de boulot et se retrouve sous-payé pour un super job. Rien de bien étonnant vu la manière dont ça s’était passé la semaine dernière, mais c’est quand même sacrément cool la ville d’un héros de série où les jobs te tombent dessus comme ça. Je suis un peu sceptique sur ce nouveau travail de Mike et sur ce que ça va apporter à la saison dans son ensemble. Évidemment, pour l’instant, ça se passe bien, avec une nouvelle nana un peu sexy (Marissa) pour créer du conflit et un nouveau bestie (Oliver) pour mieux l’aider (et le trahir dans quelques épisodes ?). Bref, schéma classique, avec introduction des personnages, des problèmes et création de relations dans la résolution des problèmes. Prévisible, mais efficace. De son côté, Harvey se barre chez lui. Il a un frère et une maman avec qui se réconcilier ? Après six saisons, pourquoi pas, après tout, il serait peut-être temps. Malheureusement, ça passe par de nouveaux flashbacks, comme par hasard se déroulant juste avant le début de la série. Cela paraît un peu forcé, dirons-nous. L’épisode se déroule sans trop de surprise de ce côté-ci : Harvey débarque dans sa famille, ce qui fait plaisir à tout le monde. Très vite, cependant, les choses tournent vinaigre, avant de se résoudre en fin d’épisode. C’est sympa, ça se regarde, mais la raison pour laquelle Harvey fait la gueule à sa famille est toujours aussi enfantine et ne fait pas justice au personnage. Et comme je n’ai de toute manière jamais trop aimé Harvey… je me suis contenté de chanter tout l’épisode sur cette chanson passant en boucle et déjà sur-exploitée par Walking Dead il y a une saison ou deux. Il reste donc peu de temps pour le reste du casting. Rachel sert de plante verte à Mike, Donna continue de tout gérer à la firme où la plante verte est Louis. En définitive, depuis quelques saisons, Suits est passée en vitesse de croisière. Il ne faut plus en attendre quelque chose d’exceptionnel, mais la série continue de faire son job en divertissant et en créant quelques rebondissements qui restent agréables. Après tout, pourquoi toujours chercher à faire mieux quand on peut se contenter d’être bon ? Il faut juste que j’arrête d’en attendre un peu trop et que j’espère un retour de Jessica, un jour ou l’autre.

13.pngÉpisode 13 – Teeth, Nose, Teeth – 15/20
When did you get so sassy?

Wouhou, les scénaristes ont meilleure mémoire que moi : Rachel et Mike remettent le sujet du mariage sur le tapis ! Cependant, ça ne sert que l’introduction. Le reste de l’épisode développe des problèmes persos pour un peu tout le monde et ça lui permet d’être vraiment intéressant à suivre. Louis (re)commence à stresser par rapport au bébé qui arrive et surtout par rapport au père. C’est d’ailleurs lui qui donne le titre de l’épisode, magnifique réplique d’Harvey sur ses premières pensées face à Louis. Mike continue de s’intégrer dans son boulot et de remonter le niveau de la clinique où il bosse, mais ce n’est pas passionnant, surtout que ça finit sur un nouvel échec de son pote. Rachel, elle, se voit refuser le droit de passer le barreau et s’en plaint à Louis, qui a donc enfin grandit dans cet épisode en allant demander directement conseil à Harvey, qui prend les choses en main. Une fois de plus, Rachel remet son sort dans les mains des autres, c’est un peu frustrant à force de ne pas la voir régler ses problèmes toute seule, mais bon, il fallait bien donner quelque chose à faire aux autres. C’est d’autant plus frustrant que cela se termine sur la classique scène où elle se rend compte qu’elle n’avait pas toutes les infos et vient régler ses comptes avec Harvey. Je sais bien que c’est comme ça que les personnages fonctionnent, mais cette routine finit par être dommageable pour le personnage de Rachel. Finalement, c’est Donna qui sauve totalement l’épisode, aussi bien dans son excellente relation amicale avec Rachel que dans sa relation un peu malsaine avec Benjamin. Le robot Donna était une bonne idée sur le papier, mais ça marche moyen quand elle se parle à elle-même, même si le dialogue est à mourir de rire. En fait, c’est tout ce côté léger qui m’a convaincu face à cet épisode. Je ne sais pas trop où cette intrigue va nous mener, mais j’adore le fait que l’on va revoir Benjamin, parce que son personnage m’a toujours bien fait rire. Contrairement à la semaine dernière, cet épisode n’était pas si prévisible ni routinier, parce qu’il a eu la bonne idée de recentrer les choses sur l’ensemble du casting plutôt que sur le duo Mike/Harvey. Cela fonctionne beaucoup mieux et était bien plus agréable à suivre. Quant au cliffhanger, il est plutôt classique et voit Mike trouver un moyen de redevenir avocat, après avoir été frustré de ne pas pouvoir l’être. Classique, mais efficace.

14.pngÉpisode 14 – Admission of Guilt – 15/20
Holy shit, you are ready!

Louis a été capitaine du Glee club ? Vraiment ? Ooook. Hormis ce détail, cet épisode poursuit ses storylines sans vraiment surprendre. Mike rassure son nouveau meilleur ami Oliver sur ses capacités en tant qu’avocat et galère dans son nouveau job où son patron n’est pas vraiment ravi de la charge de travail que Mike rajoute à sa clinique. On le comprend, mais bon, le parti pris de la série est clairement de soutenir les actions de Mike. Harvey gère le deal avec le type de la semaine dernière, mais doit aussi gérer Rachel malheureusement pour lui. Celle-ci réussit son examen sans même passer l’oral et cela ne lui va pas car elle sait ce que ça signifie (et pour une fois, je la rejoins). Cet épisode s’amuse à réunir enfin Mike et Harvey sur le même cas de la semaine, tout en faisant de même avec Katrina et Rachel, un duo tellement sous-exploité dans la série que je n’en crois pas mes yeux ! Évidemment, elles fonctionnent toujours aussi bien (quoiqu’en dise l’idiote qui vire la firme après cette présentation) et c’est un vrai plaisir à suivre. De son côté, Donna continue de travailler sur le Donna, et cela continue d’apporter un peu d’humour supplémentaire à la série (et de scènes où Benjamin déprime face à l’ampleur du boulot). En parallèle, elle s’occupe encore et toujours de soutenir Louis dans son job, mais malheureusement pour elle, c’est un échec. Que j’aurais dû voir venir, puisque cela permet de montrer que le Donna est prêt. Magique. En tout cas, je me suis de nouveau rendu compte dans cet épisode que Jessica me manquait. C’est étrange car je devrais m’y être habitué et elle ne manquait pas la semaine dernière, et peu celle d’avant, mais nous y revoilà. Le personnage manque vraiment dans les interactions de chacun. En définitive, l’épisode était un peu long parce qu’il n’y a pas grand-chose de neuf, mais le peu qu’il y a (Rachel/Katrina) est une vraiment bon. Quant au cliffhanger, je n’ai pas vraiment accroché à cette intrigue qui est pourtant celle de la mi-saison, alors il ne m’a pas plus traumatisé que cela.

15Épisode 15 – Quid Pro Quo – 14/20
Welcome back to the bar, Mike

Donna félicite Benjamin pour son excellent travail et lui prépare les premières réunions pour le Donna. Je la sens pas cette machine, je sens qu’elle va n’apporter que des emmerdes d’ici la fin de saison. Elle en parle donc au nouveau relou, Stu, mais cela est une affaire de gain de temps pour les scénaristes, car bien sûr il en demande trop. Donna cartonne de toute évidence beaucoup trop vite en femme d’affaire, et effectivement tout cela se retourne contre elle. Je ne m’attendais pas à une telle violence néanmoins, donc chapeau bas aux scénaristes et wow, me voilà devenu Team Benjamin ! Je trouve quand même que Stu n’est pas le meilleur des associés, mais bon. Une seconde intrigue voit Mike refuser finalement l’illégalité du plan d’Harvey, créant un nouveau rebondissement retardant son retour à la firme. Bien sûr, Harvey refuse d’abandonner et embarque avec lui Louis, puis Rachel, qui dépasse un peu de son cadre habituel, tandis que Mike s’enfonce dans son affaire sans parvenir à gagner, à cause d’Harvey. Comme cela ne suffit apparemment pas, Mike découvre qu’Harvey est aussi responsable du fait que Rachel est mêlée à tout ça. Finalement, elle parvient à le convaincre et Mike fait tout ce qu’il faut pour redevenir un avocat. Quant à Louis, il parvient une fois de plus à bousiller une de ses relations, mais cette fois, parce qu’il est trop honnête, sur les conseils de Rachel. Bon, ce n’était pas un épisode des plus passionnants, mais il fonctionne et fait avancer le fil rouge de la saison. On s’approche néanmoins de la fin sans vraiment discerner de gros truc à venir, alors je suis un peu mitigé sur la saison en elle-même. En tout cas, la série prouve qu’après six ans, elle a encore beaucoup à raconter. Oh et pour conclure, parce qu’il faut bien en parler, ils ont apparemment annoncé un spin-off centré sur le personnage de Jessica. Je ne sais vraiment pas quoi en penser après son départ. Je n’imaginais pas un spin-off à Suits.

Capture d'écran 2017-03-03 13.31.13.pngÉpisode 16 – Character and Fitness – 17/20
You’re in.

Six semaines et puis s’en va, c’est déjà la fin de cette seconde mi-saison et, pour tout vous dire, je n’avais pas percuté, sinon je l’aurais vu bien plus tôt. Tant pis, je me suis exposé 24h aux spoilers et j’ai eu du bol, je n’ai vu qu’une photo en rapport à Donna, et qui n’en disait pas trop. Je n’aime pas prendre du retard dans mes visionnages, mais bon, la semaine prochaine, j’ai un concours au moins aussi difficile que ce pour quoi se bat Mike, et moi je n’ai pas une mémoire visuelle aussi développée que la sienne, hein (ça me serait tellement pratique, pourtant). Bref, et si je commentais l’épisode ? Je l’ai trouvé très inégal, et plus que la coupure de mi-saison, même si j’y mets finalement la même note. Il y a un côté cyclique très appréciable dans cette série, qui fait que le début et la fin de saison sont toujours à peu près au niveau, avec des passages à vide entre deux (là où dans les premières saisons, ça me paraissait hyper rythmé en binge-watching et parce que l’attrait de la nouveauté faisait bien son job). Quoiqu’il en soit, cette saison se termine sur un épisode qui divise un peu trop ses personnages et ses intrigues à mon goût. Je vais commencer par Louis, qui lors de l’épisode précédent révélait sa pire action sur les bons conseils de Rachel. Bon, ben, Rachel aurait mieux fait de se taire, parce que du coup il se fait larguer comme une merde. Tellement, d’ailleurs, que c’est par un message vocal qu’on n’entend même pas, et que l’actrice a juste droit à une petite scène nous expliquant qu’elle ne veut pas être avec un colérique comme lui. Oui, il fallait peut-être s’en rendre compte avant, on parle de Louis, ce n’est pas spécialement un côté caché de son caractère. Comme je n’ai jamais accroché à ce couple en carton tout au long de la saison, je suis soulagé plutôt que triste, et prêt à tourner la page. Cela dit, c’était beaucoup de longueur dans l’ensemble de la série si c’est juste pour en arriver à ça. Dans l’attente de sa sentence, Louis bosse sur l’affaire du Donna pour permettre à Donna de réussir à lancer son produit avec Benjamin. Là encore, j’ai eu une grosse impression de « tout ça pour ça ? » et de précipitation un peu brouillonne. Je ne sais pas, je trouve que l’on manque de scènes, on ne voit même pas Donna prendre sa décision finale et l’annoncer à ses partenaires (même s’il est évident qu’elle va suivre le conseil d’Harvey de prendre l’argent et lâcher l’affaire). C’est d’autant plus énervant que le développement du personnage est enfin pris en compte : cela fait six ans que l’on voit Donna être badass sans vraiment connaître ses failles et développer quelque chose d’autre du personnage. Elle est clairement assez intelligente pour être plus qu’une simple secrétaire (et elle est plus qu’une simple secrétaire, y compris au niveau de la paye de ce qu’on en sait), mais cela ne semblait pas la déranger jusque-là. Oui, jusque-là, précisément, parce que maintenant elle veut quelque chose de plus. Il faudra voir comment ils vont gérer en saison 7, il y a moyen de proposer quelque chose d’intéressant. Cette sous-intrigue sur le Donna ne servait donc qu’à ça, et c’est dommage d’avoir proposé un très bon gadget qui finalement n’était qu’accessoire. Moi qui imaginais tout un tas de choses à son propos ! En plus, je trouve qu’elle est un peu injuste avec Louis dans cet épisode, et l’injustice n’est pas ce qui la caractérise habituellement. Enfin, la vraie intrigue cette semaine concerne Mike, forcément. Il est donc temps pour lui d’affronter le jury pour être de nouveau avocat, et s’il pensait que ce serait une simple formalité, ça ne l’était évidemment pas : Anita Gibbs revient s’immiscer dans sa vie une fois de plus en prenant position comme juré. C’est gros. Je n’en demande pas beaucoup plus de Suits cela dit, et comme c’est l’épisode final, il fallait bien un rebondissement et une nouvelle épreuve à affronter. Cela doit être épuisant d’être eux quand même, ils passent leur vie à marchander et tout contourner. Je sais bien que c’est le principe de base de la série, mais il y a des moments où c’est un peu fatigant, et j’ai trouvé que ça me fatiguait presque dans cet épisode, même si c’est toujours aussi bien écrit. On a même eu l’occasion de voir Rachel briller cette semaine, même si ça n’a été que de courte durée, lorsqu’elle a justifié que Mike pouvait avoir un témoin. Comme c’est la fin de saison, ce témoin, les scénaristes vont nous le chercher dans les premiers épisodes sans trop le réintroduire : le psy de la prison. Bon, une fois qu’on le remet, c’est sympa à suivre, même s’il est sacrément versatile, passant d’un « je ne sais pas si j’ai envie de témoigner » à une défense digne du plus grand des avocats et des attaques frontales envers Anita Gibbs. Les échanges de répliques sont savoureux, bien sûr, mais qu’il ait autant de répartie dans une situation qu’il ne connaît pas, c’est quand même surprenant. Surprenant, oui, mais pas autant que le retour de Jessica qui vient sauver cet épisode et fait grimper la note en flèche. En effet, Harvey passe l’épisode à remuer ciel et terre pour virer Anita Gibbs du jury qui va juger Mike, mais sans y parvenir. En dernier recours, il appelle donc Jessica qui prend le premier avion tout en dénichant rapidement le moyen de pression que ni Donna ni Harvey n’avaient trouvé. OK, normal. Il est à noter quand même qu’on a enfin trouvé un personnage dans Suits qui n’avait rien à se reprocher ! Mais qu’importe, il n’est pas destiné à revenir de sitôt. Ce retour de Jessica comme Deus ex machina fonctionne comme il se doit, avec une scène où elle est totalement badass et une scène de groupe en guise de second au revoir au personnage. J’en aurais aimé plus, mais je crois que je suis déjà consolé, puisque, oui, le spin-off sur le personnage de Jessica est officiellement commandé. Et si je n’ai absolument aucune idée de ce qu’ils vont bien pouvoir en faire, ce n’est apparemment pas le cas de son interprète, l’excellente Gina Torres, qui a proposé elle-même ce spin-off. Cela promet, je serai évidemment au rendez-vous ! Pour en revenir à Suits, l’intrigue Mike est la seule qui finit bien, malgré l’intervention un peu bacle de Jessica (elle sort de nulle part avec la solution, c’est un peu gros quand même) puisqu’il redevient avocat et accepte enfin l’offre d’Harvey de travailler de nouveau pour lui. Il leur a donc fallu six saisons pour résoudre l’intrigue entamée au cours du pilot, c’est bien joué, mais ça pourrait presque servir de fin de série. Je ne sais pas trop où ils iront passé la saison 7 (s’ils sont renouvelés pour une huitième saison, mais on n’y est pas). La saison 7, justement, qui, non contente d’être annoncée depuis juillet, promet déjà de grandes choses ! Mike négocie effectivement les conditions de son retour, et il semble bien qu’Oliver finira par intégrer la firme, car le personnage a pris beaucoup trop d’importance dans la vie de Mike pour être laissé de côté. Cela fait un novice à entraîner et assure le cycle : Jessica laisse sa place à Harvey, Harvey à Mike, Mike à… Oliver ? J’espère ne pas me tromper, surtout qu’il manquait quelque chose à Suits lors de cette demi-saison maintenant que Jessica était partie. Ne pas remplacer son personnage était un choix assumé des scénaristes, mais cela a créé quelques temps morts, je trouve. Pas dans cet épisode qui, bien que très inégal dans le traitement de ses intrigues et malgré une fin en demi-teinte (triste pour Donna & Louis, heureuse pour les autres), conclue une saison 6 à la hauteur de ce que j’attends de Suits : un bon divertissement, qui peine à vraiment surprendre, quitte même à ennuyer, en-dehors de ses épisodes-clés.

capture-decran-2017-03-03-14-02-30

Moyenne de la saison : 14,5

EN BREF – J’ai l’impression d’avoir déjà tout dit plus haut, et surtout dans la critique du dernier épisode de la saison : Suits a proposé une bonne saison 6 qui poursuivait son chemin sur un long fleuve pas si tranquille et plein de remous. Le début de saison a proposé des arcs pour chaque personne, hormis Donna, la seconde partie de saison a rétabli l’équilibre en effaçant un peu trop Rachel à mon goût. Comme prévu, l’absence de Gina Torres a été difficile à compenser, mais en même temps, moins que ce que j’aurais pensé : les personnages se sont assez vite remis de son départ (même si son retour final suggère quand même qu’ils auront toujours un peu besoin d’elle). Finalement, c’est du côté de l’écriture de la série que ça s’est senti, ou peut-être que c’est simplement moi qui y réfléchit trop. La saison 6 a su me surprendre à plusieurs moments, notamment dans sa rapidité à conclure certains fils rouges qui auraient pu être développés plus longuement. Sans l’attachement aux personnages, j’aurais peut-être déjà passé mon chemin : la série se poursuit désormais dans un train-train moins dingue qu’avant. Malgré tout, j’attends déjà la saison 7 et son spin-off, donc je pense pouvoir parler, une nouvelle fois, d’un bilan positif sans trop me tromper !

Publicités

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s