Midnight, Texas (S01)

Synopsis : Inspiré par des livres de Charlaine Harris (oui, oui, celle à qui l’on doit l’univers de True Blood), cette série suit la vie des habitants d’une petite ville, Midnight, où le concept de normalité est assez relatif : des vampires, des sorcières et bien d’autres créatures peuplent à la vie, offrant un refuge pour tous les reclus de la société. Le cocktail parfait pour des histoires de gangs, de policiers et de passés troubles prêts à resurgir.

Spoilers 1×04

04.pngÉpisode 4 – Sexy Beast – 16/20
How can some place so beautiful be dangerous ?

Bon, je dois dire que cet épisode s’annonce mal avec un titre pareil qui semble uniquement vouloir attirer le téléspectateur lambda, mais bon. Perso, j’ai espoir qu’il soit plus question d’Olivia, du coup. Quoi ? Oui, je suis un spectateur lambda, moi aussi.

L’épisode démarre dans une décapotable au beau milieu du désert et me contredit aussitôt en nous présentant une jolie blonde qui semble être l’arnaque parfaite. On sent en tout cas que les acteurs s’éclatent à jouer les deux jeunes sexy et glorieux… mais ça ne dure pas pour notre pauvre fils de riches qui se fait bien sûr bouffer par la créature sexy qu’il a pris en stop.

On continue avec une scène sous la douche pour Manfred et sa copine. Bon, assez clairement, la série nous vend du sexe cette semaine, histoire de faire monter ses audiences. C’est un peu abusé. Malgré ces pauses du midi qui semblent plutôt agréables, Manfred n’est pas sûr d’avoir fait le bon choix en venant à Midnight. En plus, il est toujours poursuivi par son passé.

De son côté, Bobo continue de passer beaucoup trop de temps avec Fiji et à vouloir se venger du mari d’Aubrey. La sorcière pense réussir à le convaincre de rester en dehors de tout ça, mais j’en serais moins sûr à sa place. Peu importe de toute façon, elle veut juste le mettre dans son lit et demande de l’aide (plus ou moins) à Olivia pour ça. Le relooking est radical.

Malheureusement, il est aussi inutile car Bobo découvre que les motards sont rentrés chez lui, ce qui le pousse à annuler leur dîner.

Pendant ce temps, la sœur du fils de riche débarque à Midnight et demande de l’aide à Bobo, puis à Manfred, pour retrouver son frère. Bien sûr, notre voyant n’a aucun mal à apprendre du frère décédé de quoi il retourne. Il mène dès lors l’enquête pour en savoir plus et n’est pas déçu du voyage, puisque la jolie créature (j’imaginais un succube, puis une sirène) a tué un nouvel innocent pas si innocent. Après un rapide combat avec, Manfred réunit le conseil de la ville pour savoir comment s’en tirer. Bien sûr, avec un vampire, une sorcière, un ange, le copain de celui-ci, une serveuse et Wikipédia, il paraît d’un coup super simple de s’en prendre à un succube (car c’est bien ça, mon dieu, j’ai vu beaucoup trop de séries fantastiques, je crois).

Olivia, quant à elle, est en mission à El Paso et nous en découvrons enfin un peu plus sur ce qu’elle fait de ses journées. Hormis le fait qu’elle soit criminelle, nous ne savons pas franchement grand-chose pour l’instant. Elle semble toutefois jouer les justicières dans cet épisode – mais contre un tas d’argent.

Malheureusement pour elle, elle semble s’être fait repérée et n’apprécie pas trop l’idée.

Elle s’en prend donc à l’homme qui la suit et le ramène à Midnight où elle retrouve également Lemme. Après un rapide interrogatoire, elle apprend que l’homme qui la suit est embauché par son père. Cela semble la bouleverser un temps, mais Lemme aspire son énergie – et apparemment ses émotions – et hop, tout va bien.

Elle est ainsi prête à aller dans un club avec tout le monde pour chasser le succube, laissant le détective, Ross, derrière elle. Tout le monde se retrouve donc là-bas et Fiji comprend qu’elle s’est fait pser un lapin pour que Bobo aille chercher vengeance là-bas. Elle n’apprécie pas trop l’idée qu’il fasse cavalier seul, mais elle y gagne un ou deux compliments qui lui font plaisir.

J’ai bien aimé l’excuse du club pour réunir tout le monde et, de manière générale, j’aime que la série trouve le moyen de faire travailler tout le monde en équipe à chaque épisode. Aujourd’hui, ça permet de voir l’ange rassurer son mec comme il peut, mais tous deux savent bien ce qu’il en est de ce succube insatiable : c’est un signe avant-coureur de l’apocalypse.

Le club permet aussi de voir un énième rapprochement entre Manfred et Creek, qui s’inquiète surtout pour son petit frère qui a la fâcheuse tendance à suivre sa sœur ou Manfred pour savoir ce qu’ils font. Cela permet malgré tout à Creek de trouver le succube et de la priver de son charme.

Après une rapide scène qui voit Connor en danger (sans l’être vraiment dans cette série), le succube est brûlé vif par Manfred et l’on peut passer à la conclusion de l’épisode.

Dans celle-ci, Manfred et Creek filent le parfait amour, Connor décide de ne rien révéler à son père des activités de sa sœur et Fiji a enfin l’opportunité de sortir de la friendzone et embrasser Bobo. Si ce n’est pas mignon.

Reste à conclure l’intrigue d’Olivia qui libère Ross et lui raconte sa vie (tout en menaçant la sienne) pour s’assurer qu’il arrête de la suivre. Ainsi, Olivia a été prostituée par sa mère pour que cette dernière puisse se droguer. Charmant.

Malgré quelques longueurs dans l’épisode, je continue de beaucoup apprécier cette série. Cela faisait un moment que de l’urban fantasy ne m’avait pas autant plu. Au niveau des intrigues, on nous sert un peu du réchauffé déjà vu dans tout un tas de séries, mais le casting et la dynamique entre les personnages fonctionnent bien, ce qui fait que ça ne me dérange pas tant que ça. En plus, ils sont tellement nombreux qu’il n’y a pas trop le temps de s’ennuyer et que ça permet le développement de plusieurs intrigues par épisode.

Ci-dessous, mon avis sur chaque épisode de la saison, juste après sa diffusion.

 

000.png

Pour commencer, je dois dire que j’attendais impatiemment cette série pour la regarder à la belle étoile, en chassant les moustiques et tout. Pas de bol, je la commence au beau milieu d’un mois de juillet qui pourrait aussi bien être un mois de novembre : j’ai ressorti le jean le jour et la couette supplémentaire la nuit, au secours !

Au-delà de l’ambiance moite de la série qui devrait me plaire, retrouver une portion de l’univers de True Blood est a priori plaisant, même si je ne pense pas que ça sera aussi sanglant ou tendu. Je suis curieux de voir ce que ça va donner : de toute façon, l’urban fantasy et moi sommes très amis. Je supporte bien Shadowhunters, c’est que je dois avoir un capacité de résistance toute particulière à ce sujet.

La bande-annonce m’avait bien plue, mais je ne l’ai pas revue pour m’éviter de trop me souvenir de choses avant de voir l’épisode. Je lance et on verra bien !

Avis à chaud (et sans spoiler) : Le pilot propose quelque chose d’assez convenu, avec un large casting de personnages possédant tous un secret (ou plusieurs) qui devraient occuper la saison 1 en parallèle de son fil rouge. C’est une série classique pour le genre de l’urban fantasy : ça plaira aux amateurs du genre sans rien révolutionner. Bref, ça se regarde, mais c’est un peu moins savoureux que ce que j’en espérais pour le moment.

Ci-dessous la critique à la semaine des épisodes, avec spoilers, bien sûr.

01.pngÉpisode 1 – Pilot – 15/20
Usually I’m the freak in the room

La série ne perd pas de temps à mettre en place son personnage principal, le medium Manfred Berenado et la présence de surnaturel. Sa séance se passe bien sûr mal avec une possession à l’arrache, mais ça propose une bonne introduction pour la série, avec du rythme pour nous expliquer comment et pourquoi Manfred se retrouve à déménager à Midnight.

Ce pilot est pour tout dire très classique, mais pas déplaisant. J’ai trouvé qu’il partait un peu dans tous les sens à introduire chacun de ses personnages autour d’un mystère, mais à la fin d’épisode, on a assez d’informations sur tout le monde pour cerner un peu le délire de la série… et c’est un bon délire !

Grosso modo, on a affaire au cas habituel du nouveau venu dans la ville étrange, classique des séries du genre, c’est vu et revu, mais ça fonctionne bien. Il apprend à connaître tout ce petit monde en gérant ses propres secrets, et pour tout arranger, il y a un meurtre qui survient et bouleverse les habitudes de la ville. Deux éléments perturbateurs dans la communauté, donc, et de quoi proposer une intrigue fil rouge en plus des cas de chacun des personnages qui devraient être plus ou moins travaillés lors de la saison.

Les personnages, donc, venons-y ! Nous avons le héros, Manfred, qui en plus d’avoir un nom de merde a une vie de merde : les morts lui rendent fréquemment visite et il ne sait pas trop comment les stopper malgré quelques grigris. Manfred est un gitan qui dit la bonne aventure aux gens, souvent en mentant, parfois en communiquant avec les morts. Lui-même parle souvent à sa grand-mère qui, si j’ai bien entendu, s’appelle Zelda mais n’a rien à voir avec le jeu vidéo (bon, du coup, elle s’appelle Xylda, c’est moins drôle). Il emménage à Midnight dans une mini-maison louée par Bobo.

Bobo, c’est Dylan Bruce, qui restera à jamais Paul d’Orphan Black ou le type-qui-avait-un-tuyau-glamour-dans-le-nez dans Heroes Reborn (oui, j’ai regardé cette chose). Ici, il joue le mec un peu con-con (faut dire, il le fait bien), le simple humain ouvert d’esprit qui était fiancé à la nana retrouvée morte, Aubrey. Comme il n’a pas signalé sa disparition, il devient le suspect idéal surtout que Manfred obtient le message « Pecados » de la part d’Aubrey. Cela ne lui dit rien, mais pour protéger son secret, il balance l’info aux flics qui retrouvent l’arme du crime là-bas, avec probablement les empreints de Bobo (ce nom va me faire rire longtemps). Ah, avant que j’oublie, Bobo tient aussi un magasin d’antiquités qui devrait receler les quelques artefacts dont on aura besoin dans la saison.

Ensuite, enfin plutôt avant mais je fais ce que je veux, Manfred rencontre aussi Olivia, dont on ne fait qu’effleurer les secrets. C’est une humaine, assez clairement tueuse à gage et avec quelques problèmes dans ses relations paternelles. Plutôt classique, si ce n’est qu’elle se fait sucer le sang par un vampire.

Je n’ai pas retenu le nom du vampire, mais c’est grosso modo le chef de gang des créatures surnaturelles du coin, maîtrisant tout son petit monde et aspirant leur énergie. Ouais, les vampires ne font pas qu’aspirer le sang dans cette série. Cela change un peu et peut s’avérer intéressant niveau perspective d’intrigues. Il n’y a qu’à voir le fait qu’il couche avec Olivia à sa manière pour s’en convaincre. D’ailleurs, puisque j’en reviens à Olivia, je suis plus qu’heureux de retrouver l’actrice, Arielle Kebel, que j’avais adoré dans la saison 1 d’Unreal où elle jouait la bitch de service. Le rôle lui va à merveille et est d’ailleurs celui qu’elle récolte dans cette série ! Voilà un bon gros point positif, perso !

Bon qui d’autre ? La sorcière Wicca, qui s’appelle Fiji et a un chat qui parle quasiment moins réussi que celui de Sabrina l’apprentie sorcière tellement les effets spéciaux sont exagérés ; le révérend un peu étrange du coin, qui est a priori un loup-garou qui aime tuer des animaux et les enterrer, et puis Jason Lewis, qui s’appelle ici Joe et a les ailes d’un oiseau qui peuvent lui sortir du dos. Pour présenter tout ce petit monde à Manfred, on peut compter sur la serveuse du bar du coin, Creek d’après IMDB.

Oui, vous le voyez venir à 1000 km comme moi devant cet épisode, il se dessine déjà un ship Manfred/Creek et ils sont à deux doigts de s’embrasser quand la police vient arrêter Bobo en fin d’épisode. Toute la ville se retrouve dans la rue, à la Wisteria Lane, et fait blocus, refusant de voir le gentil Bobo arrêté.

Finalement, tout ce petit monde décide de bosser ensemble et intègre définitivement Manfred à la bande (mais pas sans l’avoir foutu en caleçon quelques scènes avant, parce que c’est un pilot et que ça manquait de nudité sinon), surtout que sa grand-mère était pote avec le vampire. Ouais, ça sent l’intrigue qui va surgir du passé, l’air de rien, et apporter plein de réponses.

Beaucoup de promesses, donc, je suis impatient de voir la suite, surtout que le cliffhanger voit Manfred être obligé d’aller vivre dans sa caravane !

02.pngÉpisode 2 – Bad Moon Rising – 17/20
We’re neighbors now. It’s what Midnighters do.

Il est un peu plus de minuit, il est donc temps pour moi de me mettre devant Midnight, Texas pour voir ce que propose ce second épisode. Et pour tout dire, il ne commence pas de la meilleure des manières avec un début in media res qui nous permet un retour 24h en arrière juste après. Humph. Ce n’est pas franchement une méthode que j’aime habituellement, et il en va de même aujourd’hui. Je ne comprends pas l’intérêt de nous montrer à l’avance ce qui va se produire au trois quarts de l’épisode, surtout quand la série est déjà bien prévisible sans ça. Je déteste vraiment cette méthode de narration qui consiste à nous en dire beaucoup trop dès le début. On sait par exemple que le loup-garou va vite s’enfuir, même si Olivia l’enferme. Ils osent pourtant nous en faire un suspense si l’on en croit la musique et les cliffhangers précédant les coupures pub.

Manfred n’ose pas rentrer chez lui, mais dans sa caravane, sa mamie lui conseille de demander l’aide des autres habitants de la vie. J’aime bien l’idée, surtout que ça décale un peu les préoccupations autour de Bobo et Aubrey.

Enfin, pas tant que ça non plus, car Aubrey est chez Manfred et lui emprunte son corps pour lui montrer ce qu’il s’est passé lors de son meurtre. Pas de chance, son tueur portait évidemment un masque, mais aussi un manteau des Sons of Lucifer. Alors qu’il se noie au milieu de son salon, il n’y a absolument aucun suspense quant à sa survie ou la suite de l’épisode, grâce à la première scène.

Armé de toutes ces informations, Manfred se rend au commissariat en compagnie de Joe, où il donne toutes les infos qu’il a.

Sans trop de surprises, la police interroge Bobo, mais pas seulement sur Aubrey, aussi sur le reste des habitants de Midnight et leurs capacités magiques. Ne réussissant pas à le faire parler, la flic décide de l’enfermer avec les motards qui veulent lui faire la peau. Oui, mais en fait, Bobo se révèle beaucoup plus badass que ce que l’on avait vu dans le premier épisode et il les mets tous K.O, provoquant la suspension de la flic.

En toute logique, celle-ci décide de se rendre de nuit à Midnight, alors qu’elle vient de dire à son chef qu’elle avait peur. Toujours dans cette logique, quand elle entend des bruits sourds venant d’un caveau sous l’Église, son premier instinct est d’aller voir sur place ce qu’il se passe. Du coup, elle libère notre loup-garou qui est en fait… un tigre-garou. Bon, ça ne change pas grand-chose, mais c’était une bonne surprise. Ah d’ailleurs, dans les surprises de l’épisode, Joe s’avère avoir un mec. Pourquoi pas, ça change (enfin, pas vraiment, j’ai vu True Blood).

C’est donc elle qui libère le tigre qui attaque Manfred et Creek, qui vient juste d’être sauvé par notre héros. Celui-ci est blessé par le tigre, mais peu importe, il ne se transformera pas pour autant. On félicitera Manfred d’avoir réussi à tenir debout lorsque le tigre l’attaque et je retiens surtout que j’aime beaucoup Madonna, l’autre serveuse du bar, qui s’avère soigner tout le monde sur son temps libre.

J’ai bien aimé les dynamiques entre Manfred et les différents habitants, particulièrement avec Fiji, qui exorcise sa maison comme si de rien n’était. Enfin, ça, c’est ce qu’elle pense, parce qu’en fait le démon s’attaque encore à elle.

Bon, il n’y a pas à dire, l’épisode est diablement efficace, à jongler entre trois intrigues et les interactions entre tous ses personnages. Concernant le tigre, ce sont Olivia et Lenn qui doivent s’en occuper, mais en fait, Fiji et Manfred le retrouvent en premier. Et oui un exorcisme et une conjuration de démon ne leur suffisent pas (c’est sans compter la griffure de Manfred), mais bon, peu importe, ils ont rapidement du renfort.

Hop, ni une, ni deux, le révérend-tigre est capturé et ramené à l’église où on le laisse se retransformer en homme à poil sur le parvis, normal et logique. Manfred a la gentillesse de le couvrir un peu avec sa veste (la nudité sur cette chaîne, ça ne va pas), mais bon, c’est loin d’être suffisant, clairement. Le révérend culpabilise bien sûr, mais il avoue surtout que quelque chose a changé dans sa nature ou dans l’atmosphère de la ville. Allons savoir.

Fiji révèle à son tour un secret, puisqu’elle conserve des petits pots en verre avec le nom de tout le monde dessus. Le vrai problème (et cliffhanger), c’est surtout que le démon que Manfred a chassé avec les pouvoirs de ses ancêtres est encore là. Oups.

Autre cliffhanger : le shériff se fait exploser la tronche dans sa voiture, par l’ex-mari d’Aubrey, apparemment convaincu que Bobo a tué sa femme. Du coup, il reste le mystère de savoir qui est le tueur, en fait, surtout qu’il se fait passer pour un de ses hommes.

Vous voulez encore un autre cliffhanger ? Allez, soyons fou, Joe révèle à son mec qu’il pense qu’une prophétie fait de Manfred un sauveur qui pourra sceller à jamais le voile entre les deux mondes, beaucoup trop fin à Midnight. C’est un second fil rouge plutôt sympathique, mais à plus long terme.

L’épisode se termine après tout ça sur un baiser entre Manfred et Creek, ainsi que sur la révélation que le démon qui s’en est pris/s’en prend à Fiji est lié à cette fin du monde représentée sur le tableau de Joe. Forcément. Voilà qui fait beaucoup d’informations à digérer, mais qui était tout de même excellent.

Je ne sais pas trop vers où ils se dirigent pour la semaine prochaine. En fait, comme avec True Blood, j’ai l’impression qu’il y a 150 intrigues en parallèle et qu’ils n’auront pas le temps/l’envie de tout conclure. Espérons que ça finisse mieux pour Manfred que pour Sookie, car j’avais détesté la dernière saison de la série de vampires.

03.pngÉpisode 3 – Lemuel, Unchained – 16/20
See you in the morning… oh wait, I won’t.

Il fait tellement moche aujourd’hui que j’en ai la flemme de bosser et que je préfère regarder encore une série. Oups. Logiquement, mon choix s’est porté sur le troisième épisode de cette série dispo aujourd’hui.

On reprend sur le couple Manfred/Creek qui couche ensemble avant que Creek ne rentre chez elle (chez son père, donc) seule au beau milieu de la nuit dans une ville où on a vu qu’un tigre pouvait se balader sans que ça ne surprenne personne. En toute logique, elle se fait donc agresser par un vampire nommé Zach. L’attaque ne mène à rien, car Lemuel débarque dès que Creek se met à hurler. C’est bien de se sentir protégé comme ça, j’imagine.

Bien sûr, Zach et Lemuel sont de vieux amis et cela suffit à nous lancer l’intrigue de la semaine. Je suis plutôt content car ça permet de se concentrer sur Lemuel et (surtout) Olivia, que l’on n’avait que peu vu la semaine dernière. Ainsi, tout un bus de vampires soit disant amicaux débarque en ville.

Je suis moins heureux quand cela nous mène à un flashback nous apprenant que Lemuel était un esclave cherchant à s’échapper. Au Texas, pouvait-on trouver histoire plus banale ? Il a réussi à s’échapper en étant transformé en vampire par Zach. Il est à noter que dans cette série la transformation est immédiate et que Lemuel s’est vengé de sa vie de merde (et de la mort de son pote Abraham) en bouffant tous ses riches propriétaires. Mignon.

Beaucoup plus tard, les vampires ont pris possession de Midnight et ont transformé la ville en repaire de vampires où les humains se font boire. Par chance, Lemuel était pris de remords et ne voulait pas continuer d’être horriblement méchant. Par chance, bis, il est tombé sur la grand-mère de Manfred qui l’a ensorcelé, lui donnant ses yeux bleus et le libérant apparemment de ses remords.

Mieux encore, elle lui a donné le pouvoir d’assécher tous les vampires qui voudraient s’en prendre à lui et lui a permis d’absorber l’énergie vitale des humains, ce qui explique qu’il n’a pas besoin de boire de sang. Autrement dit, Lemuel est l’exception qui confirme la règle du côté des vampires.

Dans le présent, l’arrivée des vampires ne plaît pas franchement aux habitants de la série, mais permet de fixer un peu mieux la mythologie de Midnight. Outre la transformation immédiate, les vampires n’ont pas besoin d’être invités et ne craignent pas l’eau bénite, seul le soleil et les pieux dans le cœur les affecte. Pff, pour avoir vu Buffy et Angel un nombre incalculable de fois, je trouve ça bien dommage, car ça offrait de jolies situations scénaristiques.

Assez vite, Olivia se retrouve à ne pas aimer les amis de Lemuel. Elle accepte de faire duo avec Manfred pour voir si celui-ci rencontre des fantômes dans le bus des vampires ayant débarqué en ville : ils y trouvent une femme qui se laisse boire. Cela leur pose problème, mais quand ils confrontent les vampires, le problème est vite réglé : n’ayant pas été ensorcelés, ils ne peuvent pas se nourrir d’autre chose que de sang humain. Après tout, si tout le monde est d’accord, hein. Elle reste néanmoins pour surveiller la situation et fait bien : Lemuel est rapidement empoisonné à l’argent par Zach. Olivia ne se laisse pas démonter pour autant, réduisant en poussière la petite-amie de Zach et parvenant à s’échapper alors que les vampires ont désormais pour ordre de tuer tout le monde.

Pendant ce temps, Joe se rend à l’église pour une petite visite auprès du révérend. L’ancien ange l’avertit que les vampires ne sont qu’une première menace parmi bien d’autres. Ils sont interrompus par Manfred qui débarque pour les avertir que les vampires ont tué un caissier, pauvre de lui. Enfin, les vampires, c’est surtout un vampire que Manfred n’a eu aucun mal à tuer avec un simple crayon. Eh, qui a dit « comme dans Buffy ? » ! C’est un peu abusé, mais bon.

Toute la ville est donc prévenue de l’attaque qui se prépare, mais en même temps, chacun s’y préparait déjà : Fiji s’est planquée chez elle avec Bobo car les vampires ne peuvent entrer dans sa maison, Creek préparait des pieux avec son petit frère. Malgré tout inquiet de la situation, Manfred débarque, assomme son futur beau-père et embarque toute la famille dans son van pour les mener en lieu sûr… c’est-à-dire chez lui, qui est aussi inhabitable pour les morts.

Olivia se rend chez Fiji, qui a eu la bonne idée de créer la lumière solaire. Ils pourraient attendre le lendemain matin, bien sûr, mais puisque Lem est empoisonné, les vampires pourraient aussi le tuer d’ici là. Un plan de secours est rapidement mis en place par les habitants de la ville qui parviennent à nous buter tous les vampires d’un coup en se servant des capacités de chacun (les mensonges de Manfred, les ailes de Joe, la magie de Fiji, le côté bien badass d’Olivia, tout ça, tout ça).

C’est une excellente résolution que j’ai trouvé bien menée. La vie reprend son cours à Midnight, que ce soit le couple Lem/Olivia, le couple Fiji/Bobo (ce dernier lui annonçant la couleur de la friendzone) ou Creek qui obéit un peu trop à son père.

Tout ça se termine sur un cliffhanger avec une autostoppeuse qui se fait bouffer, probablement par un vampire. Bien. Si le fil rouge n’a pas bougé d’un iota (enfin, le révérend est désormais au courant), l’épisode n’en était pas moins super agréable à voir. C’était divertissant, bien écrit et tout le monde avait son rôle à jouer dans cette intrigue à la semaine qui ne devrait pas avoir trop de conséquences pour la suite. Bref, c’était un épisode bien fichu qui confirme que la série a un bon rythme et beaucoup de potentiel. Je crois que c’est une bonne découverte de cet été.

04Épisode 4 – Sexy Beast – 16/20
How can some place so beautiful be dangerous ?

Bon, je dois dire que cet épisode s’annonce mal avec un titre pareil qui semble uniquement vouloir attirer le téléspectateur lambda, mais bon. Perso, j’ai espoir qu’il soit plus question d’Olivia, du coup. Quoi ? Oui, je suis un spectateur lambda, moi aussi.

L’épisode démarre dans une décapotable au beau milieu du désert et me contredit aussitôt en nous présentant une jolie blonde qui semble être l’arnaque parfaite. On sent en tout cas que les acteurs s’éclatent à jouer les deux jeunes sexy et glorieux… mais ça ne dure pas pour notre pauvre fils de riches qui se fait bien sûr bouffer par la créature sexy qu’il a pris en stop.

On continue avec une scène sous la douche pour Manfred et sa copine. Bon, assez clairement, la série nous vend du sexe cette semaine, histoire de faire monter ses audiences. C’est un peu abusé. Malgré ces pauses du midi qui semblent plutôt agréables, Manfred n’est pas sûr d’avoir fait le bon choix en venant à Midnight. En plus, il est toujours poursuivi par son passé.

De son côté, Bobo continue de passer beaucoup trop de temps avec Fiji et à vouloir se venger du mari d’Aubrey. La sorcière pense réussir à le convaincre de rester en dehors de tout ça, mais j’en serais moins sûr à sa place. Peu importe de toute façon, elle veut juste le mettre dans son lit et demande de l’aide (plus ou moins) à Olivia pour ça. Le relooking est radical.

Malheureusement, il est aussi inutile car Bobo découvre que les motards sont rentrés chez lui, ce qui le pousse à annuler leur dîner.

Pendant ce temps, la sœur du fils de riche débarque à Midnight et demande de l’aide à Bobo, puis à Manfred, pour retrouver son frère. Bien sûr, notre voyant n’a aucun mal à apprendre du frère décédé de quoi il retourne. Il mène dès lors l’enquête pour en savoir plus et n’est pas déçu du voyage, puisque la jolie créature (j’imaginais un succube, puis une sirène) a tué un nouvel innocent pas si innocent. Après un rapide combat avec, Manfred réunit le conseil de la ville pour savoir comment s’en tirer. Bien sûr, avec un vampire, une sorcière, un ange, le copain de celui-ci, une serveuse et Wikipédia, il paraît d’un coup super simple de s’en prendre à un succube (car c’est bien ça, mon dieu, j’ai vu beaucoup trop de séries fantastiques, je crois).

Olivia, quant à elle, est en mission à El Paso et nous en découvrons enfin un peu plus sur ce qu’elle fait de ses journées. Hormis le fait qu’elle soit criminelle, nous ne savons pas franchement grand-chose pour l’instant. Elle semble toutefois jouer les justicières dans cet épisode – mais contre un tas d’argent.

Malheureusement pour elle, elle semble s’être fait repérée et n’apprécie pas trop l’idée.

Elle s’en prend donc à l’homme qui la suit et le ramène à Midnight où elle retrouve également Lemme. Après un rapide interrogatoire, elle apprend que l’homme qui la suit est embauché par son père. Cela semble la bouleverser un temps, mais Lemme aspire son énergie – et apparemment ses émotions – et hop, tout va bien.

Elle est ainsi prête à aller dans un club avec tout le monde pour chasser le succube, laissant le détective, Ross, derrière elle. Tout le monde se retrouve donc là-bas et Fiji comprend qu’elle s’est fait pser un lapin pour que Bobo aille chercher vengeance là-bas. Elle n’apprécie pas trop l’idée qu’il fasse cavalier seul, mais elle y gagne un ou deux compliments qui lui font plaisir.

J’ai bien aimé l’excuse du club pour réunir tout le monde et, de manière générale, j’aime que la série trouve le moyen de faire travailler tout le monde en équipe à chaque épisode. Aujourd’hui, ça permet de voir l’ange rassurer son mec comme il peut, mais tous deux savent bien ce qu’il en est de ce succube insatiable : c’est un signe avant-coureur de l’apocalypse.

Le club permet aussi de voir un énième rapprochement entre Manfred et Creek, qui s’inquiète surtout pour son petit frère qui a la fâcheuse tendance à suivre sa sœur ou Manfred pour savoir ce qu’ils font. Cela permet malgré tout à Creek de trouver le succube et de la priver de son charme.

Après une rapide scène qui voit Connor en danger (sans l’être vraiment dans cette série), le succube est brûlé vif par Manfred et l’on peut passer à la conclusion de l’épisode.

Dans celle-ci, Manfred et Creek filent le parfait amour, Connor décide de ne rien révéler à son père des activités de sa sœur et Fiji a enfin l’opportunité de sortir de la friendzone et embrasser Bobo. Si ce n’est pas mignon.

Reste à conclure l’intrigue d’Olivia qui libère Ross et lui raconte sa vie (tout en menaçant la sienne) pour s’assurer qu’il arrête de la suivre. Ainsi, Olivia a été prostituée par sa mère pour que cette dernière puisse se droguer. Charmant.

Malgré quelques longueurs dans l’épisode, je continue de beaucoup apprécier cette série. Cela faisait un moment que de l’urban fantasy ne m’avait pas autant plu. Au niveau des intrigues, on nous sert un peu du réchauffé déjà vu dans tout un tas de séries, mais le casting et la dynamique entre les personnages fonctionnent bien, ce qui fait que ça ne me dérange pas tant que ça. En plus, ils sont tellement nombreux qu’il n’y a pas trop le temps de s’ennuyer et que ça permet le développement de plusieurs intrigues par épisode.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Midnight, Texas (S01) »

  1. Bobo c’est le nom d’un démon dans Wynonna Earp, avec un acteur que j’aime beaucoup qui portait très bien le manteau de fourrure. Pas vraiment le même style donc, ça m’a fait beaucoup rire.

    Et la grand mère c’est Xylda 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Déjà d’une: J’ai enfin compris ce que tu entendais par « ship »… Oui, je suis un vieux, je préfère dire « relation », ou « grosse ficelle » 🙂 Deuxio, j’ai pu regarder le pilote en entier sans broncher, ce qui change des 15mn de Shadowhunter après lesquelles je saignais des yeux et hurlait de désespoir dans mon jardin, ça m’a l’air en effet très convenu, mais bon de temps en temps, un truc léger. J’avais bien aimé les deux premières saisons de trueblood tiens, après c’était évidemment pour satisfaire les jeunes pré-pubères, mais pas mal également.
    Merci à toi pour ton article, je note que tu as une production conséquente!

    Aimé par 1 personne

    1. Faut vraiment que j’envisage un article lexique un de ces 4, avec tous mes termes anglophones lalala (ship = deux personnages que tu veux voir en couple, par extension, le couple lui-même avec souvent un « nom de ship » reprenant des syllabes des deux noms de perso xD)

      Belle réaction pour Shadowhunters, mais c’est tellement drôle (la saison 2 s’améliore peu à peu, ou alors je suis juste trop habitué à leur merde maintenant).
      J’avais adoré la première de True Blood, mais la deuxième avait commencé à me souler déjà (pourtant j’étais tout à fait ce public là lol). J’ai une histoire compliquée avec True blood, aimant une saison sur deux et désespérant devant un quart des épisodes, mais continuant toujours. La fin est l’une des fins de série les plus décevantes que j’ai pu voir dans ma vie,je crois.
      Merci pour le commentaire, et ouais, je fais ce que je peux 🙂

      Aimé par 1 personne

  3. C’est vrai que les noms dans cette série sont vraiment pourris!! :’D Je trouve François Arnaud canon mais quand tu comprends qu’il s’appelle Manfred ça casse un peu l’image! lol Tu rajoutes à ça Bobo et Creek et tu te demandes où l’auteur est allée trouver ces noms. Et je viens de vérifier, le vampire s’appelle Lemuel Bridger…là encore c’est pas top mais au moins il a l’excuse d’être vieux et d’avoir logiquement un ancien prénom.
    Sinon on a à peu près le même avis sur le pilot. J’espère que la suite saura prendre un peu plus son temps parce que là c’était vraiment trop rushé sur certains plan!

    Aimé par 1 personne

  4. Bon je n’avais pas commenté la semaine dernière car je n’étais pas là 🙂 Cette série est sympa à suivre, clairement pas le chef d’oeuvre de l’année mais ça se laisse voir l’été. Comme Yoda Bor, j’ai du mal avec le nom Bobo de Dylan Bruce car c’est trop connoté mon démon préféré dans Wynonna Earp.
    Et tu ne l’as pas précisé mais Joe est un ange, enfin il me semble. Quand à Olivia, qui reste pour moi la Lexi de The Vampire Diaries, je ne veux pas m’avancer mais j’ai l’impression que c’est une Amazone. Outre le fait d’être tueuse à gages. Mais bon, je me trompe sûrement. C’est juste qu’à un moment dans l’épisode 1, elle était harnachée de telle façon qu’on en aurait dit une.

    Et pour en revenir à l’épisode 2, il lance plein de pistes, ça va bien nous tenir tout le reste de la saison 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais un doute pour Joe, mais Yoda a justement fait remarquer que j’avais juste pas suivi ses scènes dans le pilot mdr
      Ah pas bête pour l’amazone ! Enfin, elle a ses deux seins quand même mdr
      Oui, le 2 m’a plus motivé que le un 🙂 merci pour ton commentaire !

      J'aime

      1. Oui le fait qu’elle ait ses deux seins me donnent à penser que je me trompe sûrement. Mais bon Wonder Woman a aussi ses deux seins 😀

        J'aime

  5. Bon clairement Olivia n’est pas une Amazone, je m’étais trompée. Mais ça reste mon perso préféré de la série avec Lemme. Pour le reste, ça se laisse voir gentiment. J’ai l’impression que le copain de l’ange est une créature surnaturelle aussi vu ses conversations avec son chéri. Mais bon je peux me tromper… Again 🙂

    J'aime

    1. Je ne sais pas trop ce qu’il pourrait être, mais oui, ça sent le couple ange avec un démon ou une connerie comme ça xD
      Olivia est clairement beaucoup trop cool 😀

      J'aime

      1. Oui j’ai aussi pensé à l’ange/démon surtout qu’apparemment tous deux se cachent de forces supérieures. Enfin je l’ai compris comme ça.

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s