The Walking Dead – S09E04

Épisode 4 – The Obliged – 16/20
Comme bien souvent, l’épisode prend touuuuuuut son temps à mettre en place une intrigue qui pourrait avancer au moins deux fois plus vite. Le plus frustrant est encore que l’avancée de celle-ci est intéressante et semble se concrétiser plus rapidement que lors des saisons précédentes. C’est lent, la « psychologie » n’est toujours pas exceptionnelle, mais les cliffhangers, au pluriel, suffisent à donner envie de poursuivre… encore et toujours.

Saison 9



04

Brother. Brother ? Take my hand.

De pire en pire : une semaine sans épisode plus tard, je reprends encore avec cette série malgré tout mon retard. C’est à croire que j’aime me faire du mal, et en même temps, il faut bien reconnaître que le dernier épisode avait apporté de bonnes ouvertures laissant présager de possibles bons rebondissements. Comme je suis naïf et plein d’espoir, j’ai donc envie de voir ce que ça va donner cette semaine. Et puis, ça me permet de rester à jour dans au moins une série aussi, et ça, c’est pas mal.

Pour changer, cet épisode reprend sur Michonne et Rick au lit. Il faut vraiment que je me fasse à ce couple, je crois. Ils continuent leur jolie routine, prenant même le temps de superviser la construction d’une Eglise ou de régler les querelles de jardinage des voisines. Et ça empêche Michonne de dormir apparmement. Chacun ses insomnies, et chacun ses moyens de les éviter : elle, elle le fait en allant dégommer du zombie. Elle a une vie passionnante : une vraie mère au foyer le jour, une tarée rageuse le soir. C’est digne de Buffy partant en patrouille, et même qu’on la voit nettoyer ses armes.

Comme toujours avec cette série, ça devient rapidement lassant et ça tourne en boucle : on comprend vite qu’il s’agit d’une routine pour Michonne, mais il faut encore deux bonnes minutes pour qu’on avance vers autre chose : Michonne sous la pluie, un peu énervée de tomber sur un zombie pendu. Distraite, elle ne voit pas le nouveau zombie qui s’attaque à elle et qu’elle est forcée de tuer à l’aide d’une batte. Cette fois, elle est carrément perturbée d’avoir utilisé la même arme que Negan.

De son côté, Maggie s’occupe vingt secondes d’Hershel, avant de le confier à la baby-sitter. Faudrait pas qu’elle s’encroûte elle aussi, déjà qu’elle laisse pousser ses cheveux ! Elle inquiète toutefois Jesus qui se rend bien compte qu’elle fait cavalier solo sans s’occuper de son avis à lui. Je l’aime de plus en plus ce personnage, mais il n’a plus rien à voir avec ce qu’il était à l’origine quand même. Quant à Maggie, elle décide d’aller tuer Negan, tout simplement.

La construction du pont continue sous la supervision d’Eugene et Rick, mais ils s’inquiètent de voir le courant augmenter : le pont n’a que peu de chance d’y survivre. Tout le monde semble déjà avoir oublié la rébellion de la semaine dernière, et c’est un peu abusé quand même, parce qu’on était au bord de la guerre civile et maintenant, il n’y a plus rien. Quant à Eugene, il est toujours aussi insupportable, mais Rick le complimente pour son inutilité : juge utile. Comme quoi.

Rick retrouve ensuite Carole qui a pris la décision de quitter le chantier du pont, parce qu’il n’y a plus grand-chose à faire pour le construire. Elle abandonne donc Rick qui ne le prend pas tellement bien : elle refuse de continuer à diriger les Saviors, préférant le Royaume, parce qu’elle sait bien que ce n’est pas sa place d’aider les Saviors à trouver leur voix (et leur voie). Mouais. Ce ne peut plus être une surprise après tout ça : on se fait chier dans cet épisode qui traîne en longueur dans la mise en place des situations.

Tout finit toutefois par s’accélérer quand Rick apprend que Maggie est en chemin pour Alexandria, de manière à voir Negan et à se venger. Il ne le prend pas bien du tout et sonne aussitôt l’alerte, mais il le fait devant Daryl, qui est évidemment dans le plan de Maggie. On peut difficilement faire plus ridiucle que ce qui suit : Daryl propose son aide à Rick, l’éloigne autant que possible en moto et les deux finissent par se bastonner une fois de plus, le tout pour finir dans un trou qui se trouvait comme par hasard à côté d’eux. Pff. Qui fait le malin tombe dans le ravin ? En quelque sorte.

Cela permet donc aux deux « héros » de la série de débattre de leurs petits problèmes, avec Daryl reprochant à Rick d’être trop gentil, finalement. C’est ridicule, surtout parce que l’opinion de Rick sur Negan n’a toujours pas trop de sens et parce qu’après plus d’un an de paix, ça n’a aucun sens de se réveiller du jour au lendemain.

Il n’empêche que Rick finit en larmes quand il apprend que Daryl est prêt à relancer les hostilités d’une guerre. Pour lui, cela veut simplement dire que Carl est mort en vain, et il prend très mal que Daryl lui affirme qu’il suit un rêve vain. C’est censé être plein de larmes et de moments émotion, mais ça m’est passé au-dessus, je dois l’avouer.

Pendant ce temps, Maggie est donc en chemin vers Negan, qui est en pleine grève de la faim. Oh, il refuse cette appellation quand Michonne est chargée par Nora de s’occuper de lui. Enfin, je le dis mal : Nora, qu’on ne connaissait pas encore, est là pour faire un rapport de la situation merdique de la journée.

Michonne va donc discuter avec Negan qui s’arrange pour qu’elle reste avec lui : il demande une convers       ation, en échange de quoi il acceptera de manger. Pourquoi pas, allez. Il est rigolo de voir Michonne s’obstiner à dire qu’elle est à la base d’une nouvelle civilisation pour ensuite simplement entendre Negan raconter sa vie et lui parler de Carlito… puis du fils qu’il devine qu’elle a eu. Pas bête le Negan, dis donc. Je ne vois pas bien ce que tout ça apporte, mais ce duo est sympa juste parce que ce sont de bons acteurs. Tout n’est pas perdu, donc, mais ça manque juste d’intérêt. Et tel un serpent de la Genèse, Negan fait en sorte d’énerver encore plus Michonne et de lui instaurer un tas de mauvaises idées.

Elle finit par s’énerver après lui et se barrer, mais cela signifie qu’elle a besoin de calmer ses nerfs. Quand c’est comme ça, elle se contente généralement d’aller buter du zombie, mais cette fois, elle refait un repas à Negan et retourne le voir. Si c’est pas n’importe quoi, ça. C’est un terrible aveu de faiblesse que de lui refaire à manger, mais bon. Elle se décide finalement à faire un joli speech à Negan, qui voit finalement clair dans son jeu : elle a peur de finir seule, exactement comme lui.

Et c’est ainsi que la série nous fait de la psychologie de comptoir et du développement de personnage à la truelle. On ne peut pas dire que ça ne fonctionne pas, cela dit, mais ça traîne en longueur et Maggie n’est toujours pas là. En plus, tout le bon travail autour de Michonne est complétement ruinée par Negan demandant à voir sa batte. Il est tellement amoureux de son arme qu’il finit en larmes quand il apprend qu’elle a été abandonnée dans la forêt : il décide carrément de se la jouer Dobby et de s’éclater le front contre un mur. Non mais sérieusement ? C’est ça le grand méchant qui nous a tué Glenn et Abraham ? Eh bah !

En parallèle de tout ça, quelques Saviors ont récupéré des armes. Ils sont toujours menés par Jed, l’insupportable type de la semaine dernière, qui veut aller au bout de sa révolution, quitte à désarmer Carole. Celle-ci se laisse faire parce qu’elle veut éviter une guerre, mais ça vire à la fusillade malgré tout, forcément. Quand ils entendent ça, Rick et Daryl se décident à bosser ensemble pour sorir de leur trou, et ça ne leur prend que quelques secondes pour y parvenir. Ils avaient juste besoin de motivation, quoi.

Bon, les scénaristes en profitent malgré tout pour faire un peu de suspense à base de zombies tombant dans le trou quand eux-mêmes n’arrivent pas à en sortir, c’est n’importe quoi, même si l’excuse de la fusillade explique la présence des zombies. Sans trop de surprise, ils s’en tirent en vie et réconciliés, pour mieux se prendre la tête sur la marche à suivre ensuite. Rick décide de se séparer de Daryl pour attirer les zombies aussi loin que possible du camp, alors que Daryl y retourne, acceptant ce « sacrifice » du shérif qui est rapidement dans la merde : il se retrouve encerclé par des zombies et son cheval le vit mal… Il n’en faut pas plus pour que Rick finisse par tomber de celui-ci et s’empaler comme un idiot. On voudrait nous faire croire que Rick va mourir bêtement qu’on ne s’y prendrait pas mieux.

Au beau milieu de l’épisode et sans aucun lien ni logique avec le reste, on retrouve également Anne qui s’occupe de Gabriel elle peut une dernière fois avant de le livrer. Pour cela, elle doit le céder à un zombie qu’elle a ramené auprès de lui, après les avoir ligotés. Elle semble n’avoir aucun scrupule à le sacrifier, mais lui est insupportable de bienveillance et de gentillesse. Il lui dit la pardonner juste avant de se faire mordre, et ça fait qu’Anne culpabilise et arrête tout. L’épisode se termine donc sur Gabriel en larmes de découvrir qu’Anne s’est barrée sans lui. À quoi s’attendait-il ? Et à quoi je m’attendais moi, à espérer que le niveau serait là ?

Saison 9

Publicités

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.