Jessica Jones – S02E08-11

Épisode 8 – Ain’t We Got Fun – 15/20
L’épisode était bien, mais il avait un peu trop de longueurs à mon goût. Et elles n’étaient pas forcément nécessaires à ce stade de la saison. J’ai appris, depuis le temps, qu’il fallait faire ; c’est le principe des séries Netflix après tout. Toutes les intrigues avancent et elles sont presque toutes super à suivre, alors je ne peux pas trop me plaindre !

> Saison 2


Spoilers

08.jpg

He destroyed us. He’s a pervert with a God complex!

Petit thé, à défaut de la bouteille d’alcool de Jessica parce que je n’en suis pas là dans ma vie, et hop, c’est parti pour un nouvel épisode, avec Jessica qui se réveille enchaînée sur le lit où était sa mère le jour d’avant. Alisa n’est plus là, puisque sa fille ne lui pardonne pas. Heureusement pour Karl, elle ne s’est pas énervée de voir sa fille ne pas lui donner son pardon.

Karl fait bien son travail en tout cas, et il parvient presque à calmer Jessica alors que ce n’était pas gagné. Il lui assure surtout que sa mère l’aime toujours comme une mère, malgré tout et malgré les dix-sept ans d’absence… Pendant ce temps, Alisa gère ses nerfs comme elle peut, ce qui n’est pas gagné vu la situation : elle s’énerve donc en cuisine contre des œufs qui n’avaient rien demandé pourtant. Cela fait des bruits de fond sympa pour la conversation entre Jessica et Karl, également interrompue par un appel de Trish voulant des nouvelles de Jessica. Ce n’est pas si simple d’en avoir, cependant ; et Jessica refuse de lui dire la vérité. À la place, elle lui annonce que l’enquête est finie.

Le but est clairement d’obtenir la confiance de Karl afin d’être libérée, et ça fonctionne. Dès qu’elle récupère son portable, elle alerte donc la police, et ça ne plaît pas du tout à Alisa quand elle s’en rend compte. Evidemment que ça la met hors d’elle et évidemment que ce n’est pas une bonne idée. La mère et la fille ne sont pas loin d’en venir aux mains, complétement en désaccord sur Karl. En fait, Alisa bloque sa fille pour l’empêcher d’arrêter Karl, alors que celui-ci s’enfuit.

La décision est prise rapidement, mais elle est intéressante : Karl rappelle à Alisa qu’il est amoureux d’elle… avant de se barrer en l’enfermant avec Jessica. Cette dernière est un brin frustrée quand même, parce qu’elle voulait voir les deux être arrêtés. Bizarrement, Alisa est super calme une fois Karl échappé et elle accepte de parler avec sa fille, pour répondre à ses questions.

C’est vrai que l’épisode précédent n’a pas pu tout nous révéler après tout : avant l’accident, la famille de Jessica n’était pas aussi heureuse que ce que l’héroïne aimerait croire. Ses parents se disputaient au point d’envisager le divorce et son frère le savait. Quant à Jessica, elle était déjà imblairable à l’époque. C’est triste comme tout de voir que Jessica est forcée de voir la réalité en face. En revanche, ça se transforme en un épisode drôlement calme cette conversation mère/fille.

Plutôt que d’attendre simplement les flics, Jessica sympathise donc avec sa mère et… l’aide à s’enfuir, parce que la salle est loin d’être aussi sûre que prévu : sa mère s’enfuyait chaque jour, elle n’a donc aucun mal à trouver comment. La fuite est plus ou moins réussie : elles prennent un taxi dont le chauffeur énerve encore plus Alisa, et elles sont obligées de marcher.

De son côté, Malcolm est loin d’être idiot et comprend vite que Trish est en train de se droguer. Il la confronte donc et découvre vite la vérité, parce qu’elle lui avoue en étant toutefois aussi convaincante que possible à lui dire que ce n’est pas vraiment de la drogue. Ce pauvre Malcolm, il prend aussi cher que prévu.

Du coup, il se retrouve à Alias Investigation à bosser sur le cas de Jeri et à tenter d’obtenir des nouvelles de Jessica. En vain. Trish fait de même, pour la deuxième partie en tout cas, et elle s’énerve de ne pas la retrouver. En plus, Malcolm l’envoie paître au téléphone, elle n’est pas habituée. Elle cherche donc à le rejoindre alors qu’il est en train de draguer l’associé de Jeri mais culpabilise soudainement. Il trouve de quoi pourrir l’autre associée, parce qu’il n’a pas besoin de tout ça.

Seulement, ils se font aussi agresser verbalement à la sortie du bar et Malcolm prend assez mal les insultes homophobes. Il décide donc de riposter face à ces trois idiots, et ça tourne mal pour lui : un contre trois, c’est un peu trop (évidemment que l’associé s’est barré). Par chance, Trish débarque et l’aide à se débarrasser de ses agresseurs.

Par malchance, Trish débarque avec son inhalateur et elle réussit à le convaincre que ce n’est pas addictif. Pauvre Malcolm putain. Il se rend immédiatement compte qu’il est tombé à nouveau dans le piège de la drogue et il se barre aussi loin que possible de Trish, mais c’est trop tard.

Jessica et Alisa finissent par arriver à Alias Investigation à leur tour. C’est un soulagement pour Jess qui peut recommencer à boire, mais ça reste une inquiétude aussi : sa mère est une psychopathe qui peut tuer n’importe qui n’importe quand. Pourtant, elle est forcée de la laisser en-dehors de sa vue pour répondre à la police qui lui demande des comptes, forcément, parce que les policiers sont un peu vexés d’avoir suivi une piste ne menant nulle part.

Quand elle rentre à nouveau dans son bureau, elle s’aperçoit que sa mère s’est enfuie. Ou pas : elle s’est échappée pour que les flics ne la coincent pas, mais elle reste dans l’immeuble, et ça lui permet de rencontrer Oscar.

Bien sûr, on continue aussi de suivre l’intrigue d’Inez et Jeri, et ça ne me passionne pas. Pourtant, je trouve le personnage d’Inez sympathique, mais je ne sais pas, ça n’arrive pas à m’accrocher. Jeri se débrouille donc pour retrouver le soigneur dont lui a parlé Inez et elle a bien de la chance : il est en prison à attendre son procès. C’est une opportunité en or pour Jeri qui peut donc lui faire un chantage basique sa liberté en échange d’un traitement qui lui sauvera la vie à elle.

De retour chez elle, Jeri retrouve Inez et comme on s’en doutait tous depuis trois épisodes, elle s’arrange pour coucher avec, toute excitée qu’elle est par les cicatrices de l’infirmière. Forcément. Et comme ça ne faisait pas un bon cliffhanger, cet épisode se termine à Alias Investigations où Jessica et sa mère passent une soirée tranquille… avant de se faire tirer dessus. C’était inattendu, je n’avais même pas vu la fin des 50 minutes arriver. Forcément, ça se termine mal : Alisa pète un câble, un de plus, en voyant qu’on a tiré sur sa fille et elle décide de partir à l’attaque, poursuivie par Jessica, qui ne prend même pas le tranquillisant avec elle. Malin, ça.


Épisode 9 – AKA Shark in the Bathtub, Monster in the Bed – 16/20
Le vrai problème, c’est que je connais assez les séries Marvel/Netflix pour savoir quand un épisode essaye de m’embrouiller en faisant tout ce qu’il faut pour qu’on ne s’occupe pas de l’intrigue principale. C’est plus visible que dans les autres séries, je trouve. Heureusement, les personnages sont assez géniaux pour que ça reste intéressant !

> Saison 2


09.jpg

I so don’t need to hear about my dead’s dad dick.

On reprend quelques instants plus tôt, mais du point de vue de Chneng cette fois : c’est bien sûr lui qui a tenté de tuer Jessica et Alisa. Et quand il se rend compte qu’il a foiré son coup, il tente de s’échapper. C’est peine perdue : Alisa le rattrape vite… mais Jess aussi. Et elle a le tranquillisant qu’elle n’a pas pris dans l’épisode précédent. Bizarrement, elle ne s’en sert pas sur elle mais sur lui : quand sa mère la voit, elle se calme aussitôt.

Les deux se débrouillent pour ramener Cheng dans l’immeuble d’en face, à Alias Investigations, et Jessica est soignée par sa mère ; parce qu’après tout elle s’est fait tirer dessus quand même. La nuit promet d’être longue : Alisa se fait menotter par sa fille, Cheng finit dans la baignoire et jessica ne dort pas. Pour changer.

Elle reçoit la visite de Trish, qui est toute excitée/énervée. Bon, elle demande d’abord des nouvelles de Malcolm, puis comprenant que celui-ci n’a rien dit mais a pris sa journée, elle décide d’engueuler Jessica dont elle n’a pas eu de nouvelles. Elle veut continuer à enquêter sur les meurtriers, Trish, et c’est vrai que je la comprends, elle n’a aucune idée de ce qu’il s’est passé dans la vie de Jessica.

À l’inverse, Jess ne met pas longtemps à comprendre ce qu’il s’est passé dans la vie de Trish, et elle essaye de la convaincre de vite recommencer à essayer de devenir sobre. Elles sont interrompues par des bruits dans la chambre de Jess : Trish pense que c’est un type et s’enfuit, Jess a la chance de découvrir que sa mère est somnambule, et que ce n’est pas une bonne chose.

Le lendemain, elle reçoit la visite d’Oscar qui est inquiet de découvrir sa fenêtre brisée. Cette relation amoureuse est sympathique, mais elle n’apporte pas grand-chose à l’épisode puisqu’ils sont interrompus par l’ex-femme d’Oscar, Sonia, tapant un scandale de voir qu’il n’est pas là pour récupérer leur gamin.

Jess essaye ensuite de réveiller Cheng, mais le tranquillisant était tellement une forte dose que ce n’est pas efficace, même avec de l’eau. Elle a donc encore le temps de papoter avec sa mère, ce qui permet à Alisa de rassurer sa fille sur l’absence de culpabilité qu’elle devrait avoir par rapport à l’accident. C’est triste, ça finit avec les cendres du père de Jess dans les toilettes, parce que pour Alisa, c’est lui le coupable.

Oh, Alisa en profite aussi pour demander à sa fille de s’évader avec elle, mais elles sont interrompues par Oscar qui en rajoute encore sur les épaules de Jess : il lui demande de retrouver son fils Vido, enlevé par Sonia. C’est un détour très sympathique qui permet de fournir des scènes où Jess et sa mère travaillent ensemble, puis une scène « d’action » où elles utilisent leurs pouvoirs ensemble. Certes, c’est sympathique, mais c’est un détour.

Oscar retrouve en tout cas son fils et découvre que la mère de Jess a tout autant de pouvoir qu’elle. Cette fois, c’est clair, le lien entre les deux personnages est scellé. Quant à Alisa, elle se fait de faux espoirs et s’imagine vivre avec sa fille. Elle essaye donc de la convaincre qu’elle peut tuer Cheng et se débarrasser du problème comme si de rien n’était.

Manque de bol, Cheng se réveille à ce moment-là et c’est la pire des idées qu’il pouvait avoir : Jessica réussit à stopper sa mère, certes, mais cela la confronte aussi à la réalité de ce qu’est sa mère, et son envie perpétuelle de tuer les gens. C’est gênant, quoi. Cheng réussit à la convaincre que la vie avec n’est pas possible, et Jessica décide donc d’appeler les flics pour vendre sa mère.

Celle-ci ne vit pas bien cet appel qu’elle entend à travers la porte et pète un câble, forcément. Elle essaye de s’en prendre à Cheng, mais Jess l’en empêche, autant qu’elle peut, quitte à se prendre quelques coups. C’est drôlement violent tout ça, mais quand elle voit sa fille en sang, Alisa comprend qu’elle va trop loin. Elle laisse Cheng s’enfuir et finit devant l’immeuble où les flics l’attendent. Et la vue de Jessica arrive même à la convaincre de se rendre. Pas sûre qu’elle soit une prisonnière très stable, cela dit.

De son côté, Trish essaye de rester en manque, mais quand elle voit un reportage de Griffin, envoyé spécial sur le front d’une guerre, elle craque et reprend l’inhalateur. En parallèle, on retrouve Jeri et Inez au lit, et je ne sais pas trop quel est l’intérêt de tout ça. Comme en saison 1 – plus qu’en saison 1 ! – j’ai l’impression que les scénaristes cherchent à tout prix à trouver une occupation pour Jeri, mais bon.

Elles reçoivent ensuite la visite de Trish, dont l’enquête pour IGH vire à l’obsession et qui veut ainsi mettre Inez au micro de la radio. Jeri protège sa nouvelle copine et hop, encore une scène peu utile. L’idée est de pousser Trish dans ses retranchements. C’est donc à bout qu’elle retourne à la radio pour faire une interview sur le gluten. Rien qui ne la passionne : elle pète un câble (c’est à la mode cette saison) et décide donc de démissionner. Bien.

Pour n’importe qui, ce serait la plus grosse erreur que fait faire la drogue… Mais pour Trish, c’est le moyen d’enfin se faire remarquer par la chaîne de télé qu’elle convoite et de se faire employer. Le seul problème, c’est qu’elle sera en manque pour son interview du lendemain, parce que… l’inhalateur est vide. Il fallait bien que ça arrive, vu tout ce qu’elle prend.

Enfin, Jeri réussit à libérer son futur guérisseur de prison et à le convaincre d’essayer de la sauver. Il n’a pas vraiment le choix en fait, parce qu’il a de nouveau de quoi l’envoyer en prison. Jeri finit l’épisode à pleurer dans son lit alors qu’il essaye de la sauver, et on n’en saura pas beaucoup plus.


Épisode 10 – Pork Chop – 17/20
La série explore des pistes auxquelles je ne m’attendais pas, et une des intrigues me paraît peu cohérente par rapport aux précédentes scènes, même si je le sentais venir depuis l’épisode précédent. Dans l’ensemble en tout cas, cet épisode a réussi à piquer de nouveau ma curiosité et le cliffhanger est juste brillant.

> Saison 2


10.jpg

But one thing you will never do is control me.

L’épisode commence sans trop de surprises par Alisa en prison. Elle est représentée par Jeri, bien sûr, et elle n’a pas le droit à sa confidentialité avec son avocate. Jess est là aussi, mais s’énerver ne sert à rien dans ces cas-là, c’est un protocole spécial. On découvre donc que malgré tout, Alisa se voit offrir une peine allégée si elle livre Karl : emprisonnée à vie, elle pourrait bénéficier d’un traitement particulier adapté à sa condition si elle le fait. À l’inverse, si elle se tait, elle peut aussi finir en prison sans voir personne et sans traitement. L’enfer, donc. Sans surprise, Alisa refuse de livrer son mec, et ça énerve encore plus Jess.

Pendant ce temps, Trish commence à travailler pour ZCN. Ce n’est pas brillant : il est très clair qu’elle est gênée, et qu’elle est en manque, et ça fait de la peine de la voir comme ça, surtout que ce n’est qu’un test caméra. Et il n’est pas réussi… jusqu’à ce que le producteur lui conseille de parler d’elle. On nous fait croire que peut-être ça va aller, mais en fait pas du tout. Par contre, ça permet à Trish d’entendre qu’il y a une piste sur la meurtrière.

Elle appelle donc Jessica qui sort justement de prison et il est donc temps pour Jessica de tout lui raconter. Je suis content de voir que la scène se fait aussi en présence de Malcolm, même si celui-ci n’est pas super heureux d’avoir été mis de côté depuis trois épisodes. C’est clair que c’est triste. Il s’en va donc, mais son pétage de câble suffit à faire comprendre à Jess qu’il a couché avec Trish.

Cette dernière abandonne son envie de raconter l’histoire d’Alisa maintenant qu’elle a son identité et… elle se rend chez Malcolm. Celui-ci lui ferme la porte au nez : certes, il est encore amoureux d’elle, mais il ne veut pas compenser son manque de drogue par l’amour (son manque à lui, son manque à elle ; dommage, ils faisaient un beau couple !).

Le soir, Oscar prend le temps d’appeler Jessica pour la consoler, parce qu’il sait ce qui est arrivé à sa mère. Forcément : elle s’est fait arrêter devant l’immeuble, quoi. Alors que Jess essaye de se débarrasser d’Oscar pour boire plus par elle-même, encore et toujours. Elle finit par coucher avec à la place, parce qu’il est persistant le monsieur.

Le lendemain, Jessica se rend auprès de Jeri pour gagner du temps pour sa mère : elle est sûre qu’elle peut faire en sorte que Karl soit arrêté. C’est le moment pour Jess de se prendre quelques insultes de la part d’Inez qui ne porte pas sa mère dans son cœur, évidemment, et de rencontrer le guérisseur, Shane. Rien de fou. Elle se rend ensuite en prison, histoire d’obtenir une piste pour retrouver Karl.

C’est super efficace : elle décide de faire ce qu’il faut pour retrouver Karl et pour lui offrir de nouveaux papiers, parce que sa mère est amoureuse après tout. Pour les nouveaux papiers, elle passe bien sûr par Oscar.

De son côté, Trish n’est pas si sobre que ça : elle a fait analyser l’inhalateur avec pour but de le faire reproduire. Et voilà, c’est une menteuse ; mais elle va quand même mieux et semble vouloir dire que ce n’est plus son intention. En fait, elle est plus inquiète parce qu’a dit Jessica sur les dangers de la drogue. Tu m’étonnes : il y a de quoi être flippée, apparemment, parce que les produits sont hyper toxiques et dangereux.

Contre toute attente, Trish se rend ensuite en prison pour rencontrer Alisa et pour… s’arranger pour faire arrêter Karl. Enfin, c’est ce qu’elle dit ; mais il est très clair qu’elle veut juste des pouvoirs elle aussi, et Alisa s’en rend compte. Elle s’énerve donc après Trish, qu’elle accuse d’être responsable de tous les meurtres qu’elle a commis. Ca se tient, en même temps.

Trish se rend ensuite auprès de Jessica pour tenter de la convaincre que sa mère est un monstre, mais tout ce qu’elle y gagne, c’est de comprendre que Jessica est en train d’aider Karl. Et là, Trish comprend donc qu’Alisa a raison : Jessica fait passer sa mère avant Trish. Dépitée, Trish décide donc de… se rendre auprès de Malcolm, en pleine muscu à moitié à poil évidemment. Cette fois, il ne lui claque pas la porte au nez, hein.

Pendant ce temps, en prison, Alisa est torturée sans arrêt par son gardien. Elle manque de le tuer quand il essaye de la forcer à manger de la viande, et donc il revient à la charge le lendemain, avec plus d’efficacité grâce à plus de matériel de torture. J’imagine que l’idée est de nous rendre triste pour la meurtrière.

Elle prend quand même le temps de signer les papiers de son marché pour rester dans cette prison, ce qui prouve à quel point elle tient à sa fille. Cette dernière croise Jeri et est bien forcée de lui avouer qu’elle a appris que Shane n’était pas un patient de Karl, et qu’elle n’était donc pas guérie. Bien évidemment, Jeri refuse d’y croire. M’enfin bon, la graine du doute est là à présent. Tout ça pour rien, cela dit : quand Jeri rentre chez elle, elle s’est tout fait voler, parce qu’Inez l’a manipulée pour mieux la cambrioler. Quelle horreur. Les scénaristes nous ont bien eu aussi, parce qu’Inez semblait avoir vraiment eu de la peine en découvrant les pilules de Jeri. Elle n’avait pas du tout la tête d’une meuf qui avait un gros plan machiavélique. C’est une fin d’épisode hyper violente pour Jeri en tout cas.

Jessica se rend ensuite auprès de sa mère et découvre qu’elle est torturée par un gardien… Je ne donne pas cher de sa peau, du coup. Le truc, c’est que pendant qu’elle s’occupe de son cas, elle ne s’occupe pas de Trish et Malcolm qui décident de retrouver Karl et y parviennent grâce au cloud de Jessica. Ils terminent l’épisode devant le bon motel. Une fois qu’elle est sûre d’être au bon endroit, Trish n’hésite pas à assommer Malcolm avec son flingue.

Le gardien de prison ? Jessica se renseigne sur lui et découvre qu’il a poussé plusieurs prisonniers au suicide. Elle ne peut pas laisser faire ça, c’est évident. Par conséquent, elle décide de s’introduire chez lui pour avoir plus de renseignements pour le faire tomber… et ça finit mal : elle se rend compte qu’il tue ses prisonniers, il la découvre chez lui, il l’attaque et alors qu’elle se fait tabasser, Jessica, qui n’avait rien à faire là, le… tue. Oups.


Épisode 11 – Three Lives and Counting – 18/20
Ah lala, les scénaristes ont eu la meilleure idée possible pour le guest-star de cet épisode qui apporte énormément d’humour à une intrigue lourde en stress et en tension. Par conséquent, c’est brillant, tout simplement, avec pile poil le bon équilibre pour rendre cet épisode passionnant. J’ai hâte de terminer la saison à présent, parce que tout ça est superbement amené !

> Saison 2


11.jpg

What a difference a guard makes.

L’épisode reprend là où le précédent nous a laissé, sauf que Jessica est désormais en pleine crise de nerfs… au point d’entendre Kilgrave lui suggérer de faire passer ce meurtre pour un suicide. Moui, c’est mal barré vu la violence du coup qu’elle lui a foutu. Elle fait le ménage bien comme il faut, écrit sa lettre de suicide, avec toutes les preuves pour le justifier, puis balance le corps du haut de l’immeuble. C’est bien la fille de sa mère, et Kilgrave l’applaudit.

Elle rentre ensuite chez elle pour mieux se remettre à boire. J’aime comment tout ça est traité : même si c’est une héroïne badass, elle n’est pas habituée à tuer, et c’est ce qui la rend différente de pas mal d’autres héros Marvel – tous les autres sont des tueurs, quoi.

Une fois chez elle, elle se débarrasse de ses fringues qu’elle ne peut plus supporter forcément et reçoit un appel de… sa mère. Cette dernière est en effet surprise de voir que son garde n’est pas venu et elle comprend immédiatement que Jessica y est pour quelque chose. Un message codé peu discret suffit à ce qu’elle en reçoive la confirmation au téléphone.

Elle finit en larmes, mais elle est quand même fière de sa fille Alisa. Quant à Jessica, elle est harcelée par le souvenir de Kilgrave, étonné de la voir meurtrière et de gérer les faux papiers de Karl. Le problème, c’est que quand elle va porter les faux papiers de Karl au motel, il n’est plus là… Contrairement à Kilgrave. Il fait une bien meilleure voix off que Jessica à commenter tout ce qu’elle découvre. Il ajoute énormément d’humour et ça permet de se rendre compte à quel point il était un méchant brillant en saison 1. Cette saison 2 s’en tire bien sans grand méchant, surtout qu’Alisa est un vrai bon personnage dans cette deuxième moitié, mais tout de même, rien ne vaut Kilgrave chantant I want your cray cray.

L’épisode ne nous dit pas ce qu’a fait Trish la veille, ce qui est bien dommage, mais on suit toute la journée de Jessica qui prend le temps, une fois de plus, d’aller voir sa mère en prison. Sachant qu’elle ne conduit pas, je ne sais pas comment elle arrive à gérer ses journées ! Elle va à tellement d’endroits différents à chaque fois !

Enfin bon, ce n’est pas le sujet, le sujet, c’est qu’elle rentre à Alias Investigation et que Malcolm et Trish ne sont pas super intelligents : ils ont laissé l’ordinateur allumé sur la photo de Karl, ce qui suffit à Jessica pour comprendre la trahison de Malcolm, puis son lien avec Trish quand elle en trouve les lunettes de soleil sur son lit. Evidemment. Le meilleur dans cette enquête de Jessica qui réussit à retrouver Malcolm grâce à son application de rencontre ? Les commentaires de Kilgrave, bien sûr.

Pendant ce temps, Trish se débrouille donc pour retrouver son sacro-saint inhalateur : elle emmène Karl faire quelques courses afin de le recréer, tout en gardant Malcolm dans le coffre où elle l’a enfermé. Celui-ci réussit à se libérer malgré tout, mais pas à arrêter Trish qui n’hésite pas à essayer de lui tirer sur le pied. Wow. On l’a vraiment perdue dans son addiction la Trish. C’est tellement triste. Même Jessica ne parvient pas à la convaincre de s’arrêter quand elle la retrouve.

Elle mène alors l’enquête avec Malcolm, qui s’en veut à mort, (et Kilgrave) et comprend rapidement la triste vérité : Trish ne veut pas se droguer ; elle veut des pouvoirs. Et Karl peut lui en donner. C’est complétement dingue, mais bon, c’est Patsy. Le truc, c’est qu’alors que Trish a toute sa tête quand elle accepte la procédure qui lui injecte le sérum capable de lui donner des pouvoirs, Jess pète un câble total dans la rue, parce qu’elle voit Kilgrave absolument partout.

Malcolm se charge de s’occuper des gens qu’elle agresse pendant que Jess retrouve Trish… un tout petit peu trop tard : le produit est injecté. La procédure est toutefois interrompue, parce que Jess débarque à temps pour ça. Elle est encore obsédée par Kilgrave, en revanche, et elle envisage sérieusement de tuer Karl avant de se rendre compte de ce qu’elle fait.

Si elle ne le tue pas directement, ses mots suffisent à lui donner envie de se suicider : il fait exploser tout le bâtiment dès que Jess et Trish en sont sorties. Mouais, il reste le doute : on ne le voit pas mourir à l’écran, alors bon…

L’épisode se termine avec une Trish à l’hôpital et un Malcolm inquiet pour elle, autant que Jessica. Oui, mais cette dernière ne le vit pas du tout pareil pour autant : elle est hyper énervée par la trahison de Malcolm et elle le vire une fois de plus… ouais mais cette fois, il démissionne en représailles. C’est d’un triste. Kilgrave ? Jessica parvient à s’en débarrasser après une petite conversation, c’était presque trop simple.

En parallèle, l’épisode prend aussi le temps de nous proposer un flashback inutile sur Karl et Alisa, à l’époque où le médecin a proposé à sa patiente de venir vivre avec lui. Pas très intéressant, mais juste ce qu’il fallait pour rendre la perte de Karl un peu plus triste. Et puis, bien sûr, le cliffhanger de l’épisode voit Alisa apprendre que son mari est mort, et qu’il a été vu plus tôt dans la journée avec Trish. Elle s’en prend donc à sa nouvelle gardienne, pourtant super sympa, et s’échappe de prison, avec sûrement pour intention d’aller tuer Trish. Voilà donc pour le programme des deux derniers épisodes de la saison.

> Saison 2

Publicités

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.