Blindspot – S04E08

Épisode 8 – Screech, Thwack, Pow – 14/20
J’ai attendu quelques jours afin de voir cet épisode en ayant le temps d’en faire une critique complète, et je le regrette, parce que pour une mi-saison, ce n’était vraiment pas passionnant. Il n’y a que sur la fin de l’épisode que j’étais vraiment dedans… et c’était la fin de l’épisode. C’est con. La suite attendra encore un peu.

> Saison 4


408.jpg

We’re not the good guys, are we?

C’est très cool de rattraper Blindspot des mois après la diffusion, mais ça pose quand même un problème de savoir à l’avance les épisodes que j’aurais envie de commenter de manière complète. C’est le cas de cet épisode et ça m’a forcé à laisser passer du temps avant de m’y mettre. Il commence plutôt bien, avec Rémi tirant sur Kurt, provoquant un accident. Et hop, on repart « plus tôt ce jour-là ». J’ai l’impression que je déteste ce genre d’épisode, mais d’un autre côté, j’y mets toujours des bonnes notes, alors oui, ça commence bien.

Plus tôt ce jour-là, donc, Reade fait équipe avec Weitz pour retrouver Zapata à Mexico ; et il s’en confie à Patterson parce qu’ils ont besoin d’elle, évidemment.

De son côté, Rich s’amuse à mettre au point une application capable de faire dire n’importe quoi à n’importe qui. Cela commence avec humour puisqu’il fait dire à Patterson qu’elle l’adore, mais ne soyons pas bêtes : ça servira plus tard dans l’épisode de manière bien plus sérieuse.

Patterson et Rich ne restent pas longtemps au boulot : ils sont convoqués dans l’appartement de Kurt pour apprendre que Jane est devenue Rémi. Bien qu’elle soit une terroriste hyper dangereuse, ils prennent la décision de n’en parler à personne. C’est ridicule, mais nécessaire pour la série, surtout que Patterson pense avoir trouvé un moyen de lui rendre ses souvenirs.

Pas le temps de s’en inquiéter cependant : le FBI reçoit une alerte un brin flippante : ils ont 32 minutes pour mettre à l’abri la population d’un missile nucléaire qui est en route vers New-York. Normal. Malgré la situation, c’est plus drôle que flippant, parce que Rich se met à flipper pour Boston plutôt que pour lui.

Cela lui permet malgré tout de découvrir que l’alerte est totalement infondée : il n’y a aucun missile nucléaire en route vers New-York, et pire que ça, le hack qui y fait croire vient de l’intérieur du FBI. On comprend aussitôt que c’est le grand plan de Rémi, même si je ne vois pas bien l’utilité d’une telle diversion pour libérer sa mère.

En plus, la diversion n’est que moyennement efficace. Bien sûr, c’est le chaos en ville, mais dans le bureau du FBI, tout le monde est calme même si personne n’arrive à stopper l’alarme. Cela leur permet de rapidement comprendre le lien entre Boston (qu’ils savent responsable du hack grâce au câble ethernet qui l’a permis) et Remi, même s’ils sont loin de se douter de la vérité : Rémi fait tout ça en forçant Boston à agir pour elle. Elle lui fait d’abord croire qu’il s’agit toujours d’une session de recrutement pour le FBI, avant de le menacer.

Et la menace doit être flippante, parce que Remi va de plus en plus mal : elle voit Roman partout et lui parle désormais, ayant des conversations avec lui en présence de Boston qui sent bien qu’elle est complétement vrillée du cerveau la pauvre. Par conséquent, il l’endort en lui disant qu’il veut faire équipe avec elle, mais laisse une piste facile à suivre pour le FBI qui, évidemment, comprend bien vite ce qu’il en est parce que Patterson est trop maligne.

Bien sûr, ils bougent quand même trop tard, pour changer : Remi parvient à libérer Sheperd sans trop de mal, laissant Violet pour morte, mais aussi Boston, qui est assez malin pour faire semblant d’être mort. C’est donc lui qui vient à la rescousse de Kurt quand il a l’accident de voiture que nous avions en début d’épisode. Et les agents le laissent faire, alors qu’il est techniquement du côté ennemi. Bon, il se fait quand même arrêter par Kurt.

Plutôt que d’essayer de rattraper Remi et Shepherd et malgré un énorme accident de voiture, Kurt souhaite en effet interroger Boston pour en savoir beaucoup plus : cela lui permet de comprendre que le ZIP fait halluciner Jane et que la situation est quand même pas mal merdique pour Jane – parce qu’il a encore espoir de ramener Jane bien sûr. Ce qui est tout de même sympa, c’est que ça permet une belle réunion entre Boston et Rich.

Bon, après, ce dernier fait croire à Boston qu’il est un gros connard qui le laisse retourner en prison parce qu’il préfère protéger Jane que lui. Boston profite donc de ce au revoir avec son ex pour lui dire qu’il l’aime encore et qu’il espérait finir avec lui. C’est à ce moment-là que Rich révèle qu’il mentait, et je dois dire que même moi, je suis tombé dans son piège sur ce coup-là. Patterson, elle, imagine que c’est l’application de Rich qui fait dire à Boston qu’il l’aime. Amusant.

Remi, elle, doit faire face à sa mère qui a perdu tout espoir et lui révèle que, oui, elle savait que le ZIP était un poison. C’est gênant, mais elles décident malgré tout de travailler ensemble ensuite, ne se doutant pas que le FBI a peut-être un moyen de raviver les souvenirs de Jane : l’application de Rich. Comme prévu, elle leur sert donc à piéger Remi : elle pense recevoir un mail vidéo de Roman qui lui dit de se rendre dans un entrepôt, alors que bien sûr, ce n’est que Kurt qui l’y attend. Et c’est là que l’épisode se termine pour cette intrigue, quand ça devenait enfin intéressant. Humph.

Pendant ce temps, à Mexico, la nouvelle d’un missile nucléaire ne semble inquiéter que Tasha. Elle continue donc son boulot comme si de rien n’était, forcée par Madeline Burke à le faire puisque celle-ci s’en contrefiche pas mal. C’est complétement perché comme idée ça : je veux bien que Madeline soit méchante, mais je ne comprends pas trop en quoi le risque de voir une ville américaine rayée de la carte ne l’inquiète pas plus que ça. C’est toute sa richesse qui s’effondre si ça arrive, alors euh, sa confiance est complétement débile.

Bon, il faut que j’arrête d’en attendre trop de cette série, de toute manière, ce n’est pas la première fois que rien n’a de sens. On ne voit pas Reade pendant un long moment, l’épisode préférant se concentrer sur le deal de Madeline avec un autre criminel. C’est particulièrement inintéressant avec un filtre jaune pas bien joli et le but est de nous montrer que Madeline est une cinglée avec beaucoup de pouvoir et une intrigue géopolitique inintéressante à offrir. Franchement, ça me fait presque regretter d’être à écrire une critique complète.

Après tout ça, Madeline et Tasha se séparent, à peu près deux secondes avant que Reade ne débarque et ne voit Tasha. Il ne faut pas longtemps pour qu’elle se retrouve prise au piège entre Weitz et Reade…

> Saison 4

Publicités

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.