Russian Doll – S01E01-04

Épisode 1 – Nothing in this World is Easy – 15/20
Ben mince. J’avais un excellent souvenir du trailer alors je misais beaucoup sur cette série, mais finalement, ce premier épisode ne me donne ni un goût de trop peu, ni l’envie de vraiment poursuivre. À la rigueur, il pourrait presque se suffire à lui-même. Bon, je vais quand même continuer parce que quitte à commencer, autant aller au bout, mais ce n’est pas du tout le coup de cœur que j’en attendais…

01

Two minutes ago, I turned 36.

Si j’ai tout de suite accroché à la manière dont l’épisode était filmé et construit, j’ai peu apprécié d’y voir directement de la drogue. En même temps, c’est Netflix et avec cette actrice, je m’y attendais. En tout cas, pour un personnage qui vient d’avoir 36 ans, Nadia est clairement du genre à avoir une vie ravagée.

Elle a deux meilleures amies, Max et une autre dont je n’ai pas saisi le nom qui sort avec une jeune ne connaissant peut-être pas le 11 septembre (improbable point du Bingo Séries !), elle a un mec (plan cul ?) et elle connaît le SDF devant l’appartement où elle fait la fête. Elle se rend aussi dans une boutique pour faire ses courses.

On ne va pas se mentir, ce pilot m’a beaucoup surpris : il est beaucoup plus long que ce que j’imaginais à lancer son intrigue. Dans la bande-annonce, elle semblait toujours mourir à sa soirée… or c’est ce qui m’intéressait le plus, l’intrigue de la boucle temporelle. Là, on la suit dans une longue soirée qui n’en finit plus et avec très peu de « marqueurs » pour la boucle. Le but est très clairement de nous faire oublier ce qu’il va arriver à l’héroïne.

Franchement, ça a fonctionné à peu près, mais j’attendais quand même le moment où elle allait mourir. Elle se fait donc renverser par un taxi et elle revit le même début de soirée. C’est là que la série parvient enfin à être drôle : le début ne l’était pas du tout je trouve ; parce que les personnages sont trop perchés pour me faire rire.

Cependant, l’actrice a toujours su trouver les moyens de me faire rire dans ses rôles. C’est encore le cas ici, même si toute la série est pleine de personnages tous plus détestables et ravagés les uns que les autres. Nadia revit donc le même début de soirée, avant de changer de trajectoire pour la passer avec Ruth, une amie plus âgée, puis avec… son ex, parce qu’elle a dégagé le mec avec qui elle couchait au départ.

Bien sûr, elle a aussi pour intrigue la recherche d’Oatmeal, son chat : c’est à cause de lui qu’elle est morte la première fois, et c’est aussi à cause de lui qu’elle meurt la deuxième fois ! Elle pense l’avoir retrouvé… mais le chat disparaît de ses bras et elle tombe dans l’eau. Hmm. Les chats ont neuf vies, non ?

Sa troisième soirée, elle l’aime encore moins que les deux premières : elle envoie paître Max, manque de se tuer dans l’escalier et repart seule, apercevant encore et toujours le même SDF. Mouais.


Épisode 2 – The Great Escape – 15/20
Bien qu’un peu plus drôle dans sa deuxième moitié, j’ai quand même senti passer le temps devant cet épisode. Pourtant, le délire de la boucle temporelle est supposé nous empêcher de voir le temps passer. Seulement, la série propose une boucle bien personnelle assez peu répétitive et peine à choisir une direction bien définie. C’est peut-être mon plus gros problème : on ne voit pas où ça veut en venir.

02.jpg

Is there a history of mental illness in your family?

Pour ce deuxième épisode, nous retrouvons Nadia sur son lit, où elle est prête à fumer dès le réveil. Parce que oui, elle se réveille le lendemain et tout va bien. Elle peut téléphoner à Max pour obtenir des nouvelles et repasser dans sa superette de quartier où elle apprend que les choses se sont déroulées différemment la deuxième fois que la première où elle y était.

Elle ne semble pas y apporter plus d’importance que ça et enchaîne avec une « journée » de boulot qui dure deux minutes où son boss n’ose pas la virer. Arf, c’est embêtant, je continue par principe, mais je n’accroche pas tellement pour le moment, puisqu’elle enchaîne par un RDV avec son dealer et un coup de fil à son ex, pour l’engueuler parce qu’il n’essaye pas de l’aider.

Finalement, c’est encore quand elle meurt que je m’éclate le plus. Pour le troisième retour, elle cherche à fuir le plus vite possible de sa fête d’anniversaire et alors qu’elle essaye de reparler à son vendeur préféré, elle tombe dans le même trou dans le trottoir et meurt une nouvelle fois. J’ai bien ri, parce que l’effet de surprise fonctionnait bien.

C’est là que la série en arrive enfin à sa bande-annonce, avec une Nadia qui tente par tous les moyens de fuir sa soirée et se retrouve toujours morte en bas des escaliers. J’imaginais plutôt une tentative de fuite de la soirée pour l’ensemble des premiers épisodes et c’est le fait que ce ne soit pas le cas qui me pose le plus problème avec ce début de série.

Comme il faut bien occuper les huit épisodes, on voit ensuite Nadia en pleine soirée, à enchaîner les clopes, verres et prise de cocaïne. Le lendemain de cette soirée de défonce, elle utilise donc l’escalier de secours pour s’enfuir de l’appartement et s’éviter la mort. Pourquoi pas. Elle rejoint ensuite Ruth, qui lui conseille de monter dans une ambulance où les ambulanciers se comportent bien bizarrement avec elle. Elle finit par provoquer malgré elle un accident en voulant s’échapper de l’ambulance… et paf, Gotta get up. Ouais, un truc qui fonctionne quand même très bien dans la série est sa BO, oui, oui, même dans son générique de fin en français.


Épisode 3 – A Warm Body – 15/20
Forcément, à force d’épisodes, je finis par m’habituer et m’attacher au personnage de Nadia et à sa vie complétement foireuse. Cet épisode nous apporte quelques réponses bienvenues et finit sur ce qui est probablement la meilleure scène de la série pour l’instant, parce qu’elle ouvre de nouvelles perspectives nécessaires pour ne pas qu’on s’ennuie trop.

03.jpg

I said “What’s on your head?” Is that a wig or a hat?

Ouep, j’enchaîne, parce que je suis quand même pris au piège de la série et de ce qu’elle nous propose. Je ne sais pas où elle va, mais elle y va, et Nadia aussi. Elle se réveille donc dans l’appartement, interroge un inconnu dans les toilettes et n’ose pas utiliser l’escalier… préférant l’escalier de secours clairement plus flippant que l’escalier lui-même.

Son but dans cet épisode ? Se renseigner sur le bâtiment, tout en évitant au maximum l’entrée donc. Est-ce que j’ai fini par décrocher malgré moi ? Ma foi, oui. Je doute beaucoup que la quête « religieuse » de l’épisode soit la réponse aux questions de cette première saison. Concrètement, Nadia sympathise comme elle peut avec Shifra qui est dans le bureau du rabbin ayant conclu la vente de l’immeuble de Max où a lieu la fête et comprend que Nadia est complétement perchée. Elle accepte toutefois de prier pour elle, parce que Nadia qui n’y croit pas lui demande pour pouvoir lui dire qu’elle n’y croit pas. Normal.

Pour mener l’enquête, elle a aussi besoin de John parce qu’il lui faut quelqu’un pour poser ses questions au rabbin. Oh, comme ils ont une relation compliquée et ne sont plus ensemble depuis six mois, c’est super chelou. Il accepte de l’aider mais finit par s’énerver, pour la convaincre de lui dire ce qu’il se passe.

Si elle ne le dit pas, elle parvient à le convaincre malgré tout de coucher avec elle, avant d’obtenir les informations du rabbin qui ne sont pas utiles et avant de s’engueuler avec John. N’empêche que dans tout ça, elle tient plus longtemps que jamais, survivant jusqu’au lundi soir où… Elle se remet à boire des litres d’alcool. Bien. Ce n’est pas forcément l’idée la plus folle du siècle, amis ça lui permet de retomber sur le SDF de la fête.

Et cette fois, elle peut lui parler. Il s’appelle Horse et a pour obsession de lui couper les cheveux. Elle se laisse faire, puis passe la nuit avec elle… pour mieux mourir de froid. C’est con, parce que c’est une vraie mort qui l’attend. La meuf à un appart et elle se laisse mourir de froid, c’est merveilleux cette série.

Elle recommence donc une nouvelle soirée, où elle quitte les lieux bien vite, expliquant au téléphone à John qu’elle ne reviendra pas à la soirée et qu’elle ne veut pas être en couple avec lui – logique puisqu’il a rompu avec elle le lundi soir. Elle passe donc la nuit du dimanche au lundi avec Horse, histoire que personne ne lui vole ses chaussures dans son refuge. Le lendemain matin, il veut lui couper les cheveux, mais se barre.

Nadia décide quant à elle de se rendre au boulot où elle a un petit accident d’ascenseur. Pour la première fois, la série propose aussi un vrai cliffhanger : dans l’ascenseur, il y a aussi un type qui lui dit qu’il s’en fiche de mourir, parce qu’il meure tout le temps. Ah, les choses sérieuses vont pouvoir commencer alors !


Épisode 4 – Alan’s Routine – 17/20
Ah, voilà un épisode qui me parle déjà bien plus que les trois qui précèdent, parce qu’il y est question d’un peu plus de stabilité déjà ; et parce que le mystère s’épaissit… grâce à de nouveaux indices. Il y a tout de même de nombreux éléments auxquels je ne m’attendais pas, et la surprise apportée par cet épisode réussit à faire son effet sur moi. Il était temps, quand même.

04.jpg

It’s called name amnesia.

Cet épisode nous présente donc le personnage d’Alan qui est clairement dans la même boucle que Nadia. Cela fonctionne drôlement bien, parce qu’il a déjà mémorisé l’ensemble de sa journée, à la minute près. Cela lui permet d’avoir une routine absolument parfaite pour venir en aide aux gens… mais ça pose quand même le problème qu’il doit vivre en boucle sa rupture.

Oui, il veut se fiancer avec sa copine, mais celle-ci veut rompre avec lui, et elle ne se gêne pas pour le lui dire la Beatrice. Cela m’a fait rire de voir l’actrice choisie en tout cas, parce que ça sent le copinage d’Orange is the New Black tout ça. Quoiqu’il en soit, j’accroche beaucoup plus au personnage d’Alan qu’à celui de Nadia, parce qu’il a une vie déjà bien plus cool et rangée, même s’il est complétement dépité par sa mort à répétition. C’est aussi le pote mal en point de la superette, évidemment, puisque Beatrice a rompu avec lui.

Je l’aime bien, ouep, mais il me fait pas mal de peine quand même à ne pas oser avouer à sa mère qu’il n’est pas fiancé, parce que c’est ce qu’elle veut entendre. Il prend alors l’ascenseur pour tomber sur Nadia qui lui révèle qu’elle aussi meurt tout le temps. Ils reprennent tous les deux une nouvelle soirée, au cours de laquelle Alan découvre cette fois que Beatrice couche en fait avec un autre type, qu’elle critiquait régulièrement pourtant.

Cela me rend encore plus triste pour lui, même s’il est un peu cliché à rentrer chez lui et s’énerver sur son ordinateur, au point de le casser, quand il voit une photo de ce « couple ». De son côté, Nadia survit à la première nuit et se retrouve à mener l’enquête sur Alan. Comme elle a vu qu’il avait une bague de fiançailles en main, elle se lance dans une enquête pour savoir qui il peut bien être et ça la mène dans une bijouterie où elle finit par obtenir son identité grâce à une application de critiques en ligne.

C’est plutôt bien vu comme idée, je trouve… Nadia se débrouille donc pour aller à la rencontre d’Alan qui est loin de la remercier de lui avoir cassé sa routine parfaite, parce que maintenant il sait que Beatrice couche avec son prof. Un peu débordée par la situation, Nadia l’abandonne donc à ses pleurnicheries, préférant clairement continuer sa journée comme si de rien n’était.

Cela mène Alan auprès du mec de Beatrice pour le taper, puis sur un pont d’où il jette la bague avant d’être électrocuté. Il reprend donc pour une douzième fois la même soirée, mais cette fois-ci, il y a des changements, ce qui n’a aucun sens : la bague a disparu, son poisson aussi. OK. Je suis intrigué, je dois dire. Je vais quand même m’arrêter là pour ce soir, parce que la série ne m’a pas encore assez scotché pour que je me décide à passer toute ma soirée devant.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Russian Doll – S01E01-04 »

  1. J’ai eu à peu près les mêmes réactions que toi devant la série. Au bout de 3 épisodes je me suis demandé où ils voulaient en venir et j’avais peur que ça tourne en rond. L’arrivée d’Alan change la donne. Il y a quand même quelques scènes assez drôles.

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais bien envie de voir ce que donne l’actrice dans autre chose que Orange is the new black mais depuis, je m’en suis désintéressée. Je ne sais pas si je vais la commencer finalement, ça m’a pas l’air génial.

    J'aime

      1. Oui, j’en ai plein en stock aussi ! J’avais téléchargé celle-ci sur l’appli alors je me suis dit que c’était bête de ne pas en profiter :’)

        J'aime

Leave a comment if you want...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.